Mbonimpa victime de son travail pourtant nécessaire




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 28 mai 2014  à 09 : 28 : 11
a

L’EHAHRDP, Eastern horn of Africa Human Rights Defenders Projects estime que l’arrestation de Pierre Claver Mbonimpa illustre les risques de montages auxquels font face les acteurs de la société civile Burundaise et en particulier les défenseurs des droits humains au moment où la tension politique au Burundi s’envenime davantage.

Dans un communiqué de presse rendue public ce mardi cette organisation non gouvernementale chargée de la protection des défenseurs des droits humains en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique a relevé une série de pratiques qu’elle qualifie d’entrave par rapport à l’exercice des libertés publiques au Burundi.

Parmi celles-ci , il ya notamment la restriction des droits civiles et politiques contenues dans les nouvelles lois sur les manifestations publiques et les tentatives de modification du contenu de la loi fondamentale en vue permettre à Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat présidentiel. Cette organisation estime que le maintien en prison de Pierre Claver Mbonimpa devrait constituer une préoccupation des partenaires au développement du Burundi.

Hassan Shire , Directeur Exécutif de cette organisation non gouvernementale chargée de la protection des défenseurs des droits humains en Afrique de l’Est et dans la corne de l’Afrique juge les accusations portées contre le défenseur des droits humains sans fondements. Ce sont plutôt des moyens de l’empêcher à continué son travail de défense des droits humains et surtout des enquêtes qui étaient en route au moment où elles sont plus que nécessaires.

Ce même mardi, le Parcem, une des organisations de la société civile a rejoint d’autres organisations pour plaidé pour la sortie de prison de Pierre Claver Mbonimpa. Faustin Ndikumana le président de cette organisation qualifie d’arbitraire et injuste son incarcération. Pour lui, les gouvernements se succèdent. Il a appelé les dirigeants du pays à un sursaut national pour le faire sortir de prison en disant la loi le plus vite possible et avec objectivité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

266 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 7 %)

EurAc plaide pour des sanctions contre certains responsables burundais,(popularité : 7 %)

Le nouveau gouverneur de Gitega prend ses fonctions,(popularité : 7 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 7 %)

Burundi : Le président Domitien NDAYIZEYE dans le viseur de parti présidentiel,(popularité : 7 %)

Bujumbura : Une marche à Bujumbura contre la nouvelle résolution de l’ONU,(popularité : 7 %)

La réunification des FNL sujette de controverse à Rumonge,(popularité : 7 %)

Samedi, un congrès du CNDD-FDD sans « agenda » connu,(popularité : 7 %)

Le congrès du parti au pouvoir vient de débuter à Bujumbura,(popularité : 7 %)

Élèves et écoliers en manifestation forcée, pour des enseignements de haine,(popularité : 7 %)