Un membre du MSD sorti de l’hôpital et conduit en prison




Par: Désiré Nimubona , mercredi 28 mai 2014  à 08 : 50 : 46
a

Roger Muhizi, blessé sur son bras droit lors des affrontements du 8 mars 2014 à la permanence Nationale du MSD, a été arrêté étant encore sur son lit d’hôpital, selon notre constat puis conduit au parquet de la Marie avant d’être conduit à la prison de Mpimba ce mardi.

Hospitalisé depuis le 8 Mars après les affrontements entre la police et les membres de l’opposition burundaise, à l’hôpital Prince Louis Rwagasoré suite à deux balles qu’il avait reçu dans son bras droit, Muhizi avait été opéré, il y a deux semaines, selon son garde malade.

L’un de ses gardes malades nous a relaté les faits :

« Un policier s’est présenté avec un mandat d’amené et nous avons résisté par ce qu’il est encore malade et qu’il bénéficie au moins du respect qu’on accorde aux malades dans les bonnes conditions », a déclaré l’une des gardes malades.

Mais les « bonnes conditions des malades » sur les lèvres de l’une des gardes malades de Roger Muhizi ont été aussi rejetées par l’Hôpital lui-même.

Un chef du service de chirurgie, qui a refusé de parler sur les micros des journalistes a emboité le pas la justice qui venait d’émettre son mandat d’amené en signant à son tour un billet de sortie de Roger Muhizi de l’hôpital pour faciliter la police qui le recherchait sur ordre du substitut du procureur de la République en Mairie de Bujumbura.

« Je ne suis pas responsable de ce qui se passe » a laissé entendre le chef du service chirurgie à cet hôpital de l’Etat, avant d’ajouter que « ce sont les médecins qui savent qu’il est temps qu’un patient rentre ou pas » voulant affirmer qu’il était temps que Muhizi quitte l’hôpital.

Mais les avocats du malade ne l’entendent pas de cette oreille. L’un d’eux va annoncer que le chef de service de Chirurgie sera traduit en justice, de même que le directeur de l’hôpital Prince Louis Rwagasoré pour violation des droits d’un malade.

La police a alors pris Muhizi vers le parquet de la Mairie pour être entendu. Conduit sur une chaise roulante, il a été ensuite mis dans un véhicule de la police malgré ses cris quand des agents de la police le faisaient entrer dans leur véhicule.

Dans l’après midi de ce mardi, Muhizi a été ensuite transféré à la prison de Mpimba.
Le geste a immédiatement fait écho dans la salle où se tenaient des assises des jeunes des partis politiques burundais pour les élections apaisées de 2015.

Après midi, des jeunes des partis de l’Alliance des Démocrates pour le Changement décident de quitter les travaux. Motif : « impossible de parler de l’intolérance politique alors que l’un d’eux été conduit en prison alors qu’il venait de subir une opération », c’est à dire Roger Muhizi, qui venait de rejoindre la prison de Mpimba.

Le 8 mars 2014, des membres de l’opposition et des éléments de la police s’entrent dedans à la permanence nationale du MSD, faisant des dizaines de blessés dont Roger Muhizi et au moins 80 arrestations parmi les membres de l’ADC-ikibiri, et spécialement les membres du MSD.

Quelques jours plus tard, une vingtaine d’entre eux seront jugés à de lourdes peines, c’est-à-dire la perpétuité.

La communauté internationale elle, va condamner l’arrestation des opposants politiques burundais craignant d’ailleurs pour la sécurité au Burundi surtout avec les informations de distribution des armes, survenues un mois après les affrontements du 8 mars 2014.

Entre temps, le MSD sera suspendu sur mesure du Ministre de l’Intérieur pour quatre mois au Burundi, suite à ces affrontements.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

593 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 6 %)

La lumière sur le carnage de Gatumba est pour quand ? ,(popularité : 4 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 3 %)

Le syndicat des magistrats réclame l’indépendance de l’appareil judiciaire ,(popularité : 2 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 2 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 2 %)