Burundi : Bientôt la création d’une entreprise en ligne




Par: Désiré Nimubona , vendredi 30 mai 2014  à 09 : 19 : 13
a

Le Burundi va initier en 2015 la création d’une entreprise à distance, c’est-à-dire à l’aide de l’internet pour faciliter les investisseurs de tous les coins d’investir au Burundi.

Selon Adolphe Birehanisenge, cadre de l’Agence de Promotion des Investissements (API) au Burundi et Secrétaire Exécutif du groupe Doing Business au Burundi, « créer une entreprise en ligne concerne qui le désire et qui n’est pas à mesure de le faire sur place au Guichet Unique » à Bujumbura.

Mais selon lui, il ne faut pas seulement s’arrêter à la création d’une entreprise car « la finalité n’est pas la création d’une entreprise en ligne mais plutôt de faire un suivi adéquat des entreprises créées en créant un registre informatisé d’entreprise fiable ».

Non seulement il sera possible de créer une entreprise en ligne mais aussi les institutions qui constituent le guichet unique (Tribunal de commerce, API, Inspection du travail, Office Burundais des Recettes, Institut National de Sécurité Sociale (INSS)) seront interconnectées et il y aura échange d’informations en temps réel, ajoute t-il.

Mais pour y arriver, le Burundi doit aussi revoir certains textes sur le commerce surtout en introduisant des dispositions en rapport avec les nouvelles technologies de la Communication.

L’API explique qu’un projet de lois sera initié dans les plus brefs délais pour réguler les activités commerciales en ligne, pour permettre aux investisseurs éloignés du Burundi ou de la capitale de créer une entreprise en ligne et surtout payer ce qu’il faut, électroniquement sans quitter son pays ou sa région.

Le Burundi, qui dit avoir enregistré plus de 1960 entreprises en 2013, espère avoir plus de nouveaux investisseurs qui viennent au pays et surtout beaucoup plus de nouveaux emplois qui se créent suite à l’introduction de nouvelles réformes.

Depuis 2010, date de création de l’Agence de Promotion des Investissements au Burundi (API), 912 milliards de francs burundais ont été investis au Burundi, créant au moins 13.700 nouveaux emplois.

Selon le rapport Doing Business 2014, rendu public par la Banque Mondiale en octobre 2013, le Burundi est classé parmi les meilleurs réformateurs ; sur une liste faite par l’Ukraine, le Rwanda, la Russie, les Philippines, le Kosovo, Djibouti, la Côte d’Ivoire, Macédoine et le Guatemala.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

837 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par mwenegihugu   ce  vendredi 30 mai 2014   à 19 : 51 : 04

Voila’ des pas en avant. Il faut continuer sans oublier le petit mwenegihugu...



Par Joe Hasabumutima   ce  vendredi 30 mai 2014   à 21 : 43 : 13

C’est evident, l’API est entrain de revolutionner les outils des affaires au Burundi. Malheureusement, l’administration qui est sensée faciliter la suite ne semble pas suivre. La creation de l’entreprise ne suffit pas. Il faut que l’entreprise créée fonctionne selon un plan d’affaire etabli. Tout le processus passant par les administrations des ministere de tutelle, c’est la ou commencent les problemes.La bureaucratie s’en mele. On ne sait pas qui est responsable de quoi. Et meme si on le connait, il ya toujours des raisons pour retarder tel ou tel document. Imaginez attendre une signature du DG ou du ministre pendant 6 ou 12 mois.
Certains parlent de corruption, mais il ya plus.Le controle de rendement n’est pas encore dans notre culture. Un dossier complet, verifié par les personnes a la base ne devrait pas dormir sur la table du chef pour plus de 10 jours ouvrables. Il est temps que le service public et l’administration au sein des ministeres soient soumis a un code de conduite clair ou chaque employé s’engage a remplir ses fonctions pour la satisfaction des clients. S’il faut instaurer des commissions, qu’on le fasse de facon legale pourvu que les affaires soient expediées en temps acceptable. Otherwise, bravo API.



Par Rose Hakizimana   ce  lundi 9 juin 2014   à 00 : 33 : 15

Ndabaza iyo API niyaba ifasha kugira Uburundi buter intambwe
nikuki Abagwiza tUNGA BO HANSE BATEMEREGWA GUKORERA MU BURUNDI,KUBER IKI BASABWA IGITURIRE,KANDI BAJE KUTEZ IMBERE
IGIHUGU,BAZOTANGA IKORI,BAZOTANGA AKAZI,

NSUBIYE KURI Nimubona Desire ndamushimiye kuri iryo terambere
azanye,Abakiri bato Uburundi nimwe buzeye kourukiza cane cane
mwebwe mwaronse amahigwe yokuja mu Bihugu biteye imbere naho
nyene ubuzima bugoye mwarize vyinshi,kenyera mukize UBURUNDI



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 46 %)

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi ,(popularité : 13 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 11 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 8 %)

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir",(popularité : 7 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 7 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 7 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 6 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 6 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 6 %)