Le Sygeco appel au secours des commerçants de Kayanza




Par: Aubin Niyonkuru , mardi 3 juin 2014  à 10 : 08 : 55
a

Le Syndicat Général des Commerçants demande à toute personne physique ou morale animée de bonne foi de venir en aide aux victimes de l’incendie qui a ravagé le marché de Kayanza vendredi dernier.

Au cours d’une conférence de presse ce lundi à Bujumbura, le président du Sygeco a précisé que cet incendie a entrainé la misère pour beaucoup de gens qui vivaient principalement de l’activité commerciale.

« Nous vous signalons qu’aucun kiosque dudit marché n’a été épargné », a dit Audace Bizabishaka.

Outre les dégâts matériels, Audace Bizabishaka a aussi rappelé qu’il y a eu des pertes en vies humaines.

« Un commerçant a également été tué et 2 autres personnes blessées juste avant ce malheureux événement », a-t-il souligné.

Pour rester au près de ces commerçants en détresse, le président du Sygeco a aussi informé qu’un comité de 11 personnes, chargées de la gestion de ce catastrophe a été crée.

Celui-ci devra travailler en partenariat avec l’administration provinciale et communale.

Ce n’est pas tout ! Un compte dénommé « Solidarité Marché de Kayanza » a aussi été crée pour recevoir les aides qui viendront soutenir plus de 500 commerçants touchés par l’incendie de vendredi dernier à Kayanza.

Ce compte a été ouvert à la Banque Commerciale du Burundi (Bancobu), et porte le numéro 41 936 01.

Le Sygeco a aussi lancé un appel particulier aux commerçants des autres marchés du pays, aux entreprises fournisseurs de différents produits et services aux commerçants de Kayanza, aux organismes nationaux et internationaux , à la diaspora burundaise et autres , de contribuer pour aider ces victimes à reprendre leurs activités.

Le marché temporaire de Kayanza a pris feu vendredi dernier vers 18h30’ quand les commerçants commençaient déjà à fermer leurs kiosques.

Selon le témoignage du représentant des commerçants à Kayanza, un homme en tenue militaire a tiré sur un commerçant nommé Amissi, qui est mort sur le champ, et 2 autres personnes ont été blessées .

Quelques temps après le feu a éclaté du kiosque d’Amissi et s’est propagé dans d’autres kiosques.

« Le feu a été impossible à maitriser jusqu’à ce que tous les kiosques soient réduits en cendre. Tous les commerçants estimés à plus de 350, personne n’a pus récupérer quoi que ce soit. Ceux qui essayaient de récupérer quelque chose, un feu ardent les en a empêché d’une part, et d’autres part les voleurs essayaient d’en profiter. Tout ça a fait qu’aucun commerçant n’a pu récupérer quoi que ce soit » a déclaré le représentant des commerçants à Kayanza.

Au moment du drame aucun véhicule anti incendie n’était dans cette province. Celui qui est arrivé le premier venait de la province de Ngozi.

Selon certaines sources, l’autre qui venait de Masanganzira est tombé en panne en cours de route.

Le Sygeco a demandé à l’Etat d’organiser un débat élargi impliquant tous les acteurs sur la sécurité, le mode d’assurance et la gestion globale de pareils catastrophes afin de bannir à jamais ces incendies en cascade des marchés du pays qui dépouillent les commerçants de leurs fonds de commerçants.

Le 2e Vice Président de la République a effectué une descente à Kayanza le lendemain du drame.

Il a conseillé à tous les commerçants d’assurer leurs marchandises. Gervais Rufyikiri a aussi promis à la population de Kayanza un camion extincteur.

Ce lundi, c’était le tous du Président de la République Pierre Nkurunziza de descendre à kayanza.

Au cours de sa visite, il a demandé l’accélération des travaux de construction du marché modernes presque fini, pour que ces commerçants soient transférés dans les nouveaux bâtiments du marché moderne en construction.

L’autre message aux commerçants de Kayanza, c’était de procéder à faire assurer ses marchandise dans les maisons d’assurance.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

88 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mardi 3 juin 2014   à 12 : 22 : 55

J’éprouve une compassion à l’endroit des sinistrs de Kayanza.
Leur venir en aide est une bonne chose et cela fait meme partie de la bonne tradition burundaise. Cependant,le compte ouvert sera géré comment ? Est-ce que il y a eu concertation avec les SINISTRéS DE kAYANZA POUR QU’ILS éMETTENT LEURS POINTS DE VUE SUR LE mode de gestion du compte ?
Si par exemple les sinistrés du marché central de Bujumbura auraient trouvé satisfaction dans la gestion de leur situation, il ne resterait que copier-coller !
Toutefois,il faut une enquete minutieuse sur les raisons des incendies et voir comment les arreter car ils tuent directement et indirectement beaucoup de mondes.
Ensuite,assurer les marchandises et les magasins,les marchés en général devrait etre obligatoire.Seulement au rythme actuel des cas,les compagnies d’assurance risquent d’émettre beaucoup de réserves.



Par   ce  mardi 3 juin 2014   à 12 : 25 : 24

J’éprouve une compassion à l’endroit des sinistrs de Kayanza.
Leur venir en aide est une bonne chose et cela fait meme partie de la bonne tradition burundaise. Cependant,le compte ouvert sera géré comment ? Est-ce que il y a eu concertation avec les SINISTRéS DE kAYANZA POUR QU’ILS éMETTENT LEURS POINTS DE VUE SUR LE mode de gestion du compte ?
Si par exemple les sinistrés du marché central de Bujumbura auraient trouvé satisfaction dans la gestion de leur situation, il ne resterait que copier-coller !
Toutefois,il faut une enquete minutieuse sur les raisons des incendies et voir comment les arreter car ils tuent directement et indirectement beaucoup de mondes.
Ensuite,assurer les marchandises et les magasins,les marchés en général devrait etre obligatoire.Seulement au rythme actuel des cas,les compagnies d’assurance risquent d’émettre beaucoup de réserves.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 9 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 5 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Flambée des prix des denrées alimentaires à Gitega,(popularité : 4 %)

Burundi : La Poste compte réduire les couts de transferts des fonds de la diaspora ,(popularité : 4 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 3 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 3 %)