Dossier des armes : Des signatures pour exiger des enquetes indépendantes




Par: Aubin Niyonkuru , mardi 3 juin 2014  à 10 : 31 : 06
a

L e Forum pour le Renforcement de la Société civile (FORSC) a officiellement lancé ce lundi une pétition dont la teneur est d’exiger l’urgence d’une enquête indépendante et crédible sur les allégations de distribution des armes aux jeunes imbonerakure, de constitution d’une milice armée et d’entrainement para militaire des jeunes burundais en République Démocratique du Congo.

Au cours d’une conférence de presse, marquant le lancement de cette pétition, le Délégué Général du Forsc a précisé que cette pétition est lancée et va être signée pour exiger la mise sur pied d’une commission d’enquête indépendante qui va faire conduire des investigations.

« (...) Nous disons qu’il est aujourd’hui urgent que cette enquête soit diligentée et cette demande est adressée à l’endroit du Président de la République du Burundi, du Président de la République Démocratique du Congo, du Secrétaire Général des Nations Unies ainsi que du Président en exercice de l’Union Africaine », a déclaré Vital Nshimirimana, Délégué Général du Forsc.

Il a aussi annoncé qu’ils s’attendent à ce que des milliers de Burundais qui soutiennent l’action de la société civile, qui soutiennent que le Burundi n’a pas encore besoin que le sang des Burundais et Burundaises soit re-versé, signent massivement cette pétition.

Concernant les lieux ; le délégué général du Forsc a précisé que cette pétition sera envoyée aux sièges de plusieurs organisations de la société civile ainsi que dans leurs succursales que ce soit dans les provinces, les communes ou dans les quartiers, aux médias, ainsi qu’une autre pétition qui sera signée en ligne pour les Burundais qui ne se trouvent pas sur le territoire national.

Vital Nshimirimana a aussi dénoncé le comportement du pouvoir public qui ne veut plus respecter la liberté d’expression qui est garantie par la constitution et d’autres textes internationaux.

« Nous interpellons le gouvernement du Burundi à travers ses différents services qu’il s’avère extrêmement nécessaire de respecter la liberté d’opinion ; la liberté d’expression, et surtout la liberté de manifestation pacifique et que lorsque les citoyens montrent leur opinion, ils ne devraient pas être poursuivis pour cela », a déclaré le délégué général du Forsc.

Il affirme qu’il y a des gens qui sont poursuivis pour avoir klaxonné vendredi dernier pour dénoncer l’emprisonnement du président de l’Aprodh.

Plutôt si les citoyens répondent à un tel appel, si des gens se cherchent d’autres moyens de s’exprimer, le gouvernement devrait en profiter pour tirer une leçon parce que cela montre qu’il y a un déficit, donc qu’il y a d’autres canons qui leurs sont fermés, a-t-il affirmé.

A cet égard, il ajoute que des textes juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme démontrent même que les populations du monde entier doivent exercer leur liberté d’expression et d’opinion aux risques de s’adonner à la révolte en tant que dernière solution.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

244 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
La Communauté Islamique divisée plus que jamais ,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 4 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 4 %)

Burundi : Un hôpital couronné par le Président de la république,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Léon Manwangari n’est plus ,(popularité : 3 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 3 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 2 %)