Actualité thématique

Economie


Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques

Environnement


Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues

Justice/Droits de l’homme


L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


La levée des sanctions contre la BBC et VOA n’est pas pour aujourd’hui

Santé


Hôpital Mpanda : Contribution de 2000 tournant vers une amende de 20 litres de gasoil suspendue par le ministère

Sécurité


Mutimbuzi : Deux policiers tués par un inconnu ce mardi

Société


« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge

Sport et culture


L’équipe nationale U-23 déterminée à battre les Diables du Congo Brazza ce mercredi


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 18 ntwarante 2019

Débat


Mosaïque, 16 mars 2019

Diaspora


Karadiridimba, 17 ntwarante 2019

Economie


Umuyange, 6 Munyonyo 2018

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 18 ntwarante 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 28 ruhuhuma 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 8 ruhuhuma 2019

Mugona iki ?


Gira ico ushikirije, 15 ntwarante 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 17 ntwarante 2019


L’Ombudsman et le Ministre de l’Intérieur dans le collimateur de la COMIBU




Par: Désiré Nimubona , mercredi 4 janvier 2012  à 15 : 34 : 22
a

La Communauté Islamique Burundaise, COMIBU, dénonce le duo Edouard Nduwimana, ministre de l’Intérieur, et Mohamed Rukara, Ombudsman burundais, de militer pour la déstabilisation de la COMIBU, selon une correspondance, datant du 26 décembre 2011, adressée au Président de la République, par Cheick Haruna Nkunduwiga, actuellement à la tête d’une transition, après l’éviction de Cheick Sadiki Kajandi de la tête de cette communauté depuis novembre dernier.

« (…), ces derniers jours, les musulmans du Burundi subissent un traitement ignominieux, humiliant et révoltant entretenu par le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Edouard Nduwimana, qui était supposé devoir lire et objectivement interpréter les textes réglementaires du moment qu’en plus de son poste qui le veut ainsi, il est juriste de formation", lit-on dans cette correspondance adressée au Président Nkurunziza.

Ces accusations de la part de cette communauté des musulmans du Burundi à l’endroit de Mohamed Rukara et de Edouard Nduwimana sont liées, selon cette lettre, à l’ingérence à la gestion de cette confession religieuse après le refus du Ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana, de reconnaître la nouvelle équipe dirigeante de cette communauté avec Cheick Haruna Nkunduwiga à la tête.

Pour cette nouvelle équipe dirigeante de la COMIBU, l’Ombudsman est en train de contourner cette communauté, dont il fait pourtant parti car, « il serait créé un Comité de crise (…), qui serait constitué des gens à la solde de Rukara Mohamed pour qu’au bout soient mis en place des responsables qu’ils manipuleront à leur guise ».

Rukara chercherait aussi à dissoudre la COMIBU pour le remplacer par son Alibu, une organisation qu’il a lui-même créée, qui n’est même pas une organisation religieuse, déplore la correspondance au Président de la République.

L’Ombudsman, souligne la correspondance, "a un plan macabre (...) visant la dissolution de de la COMIBU pour imposer son Association "ALIBU" comme seul organe représentant les musulmans auprès du Gouvernement et autres partenaires".

L’Ombudsman Mohamed Rukara, membre de cette communauté lui aussi donne des ordres à la police et même au ministre Nduwimana, pour étouffer dans l’œuf les plans des "ayant-droits", c’est-à-dire, le groupe contestataire

La correspondance au Président de la République souligne que Cheick Kajandi a exagéré en date du 6 novembre 2011 en procédant au recrutement « des jeunes voyous non musulmans armés et en soutane (…) pour perturber l’ordre » des fidèles qui refusent ses injonctions.

Le camp opposé à la présence de Kajandi à la tête de la communauté des musulmans demande enfin la tranquillité et la paix comme toutes les autres religions du pays qui ne connaissent aucune intrusion et instabilité.

Notons qu’en date du 11 septembre 2011, un conseil de cheikhs et d’autres fidèles de cette confession a décidé de remplacer Cheick Saidi Kajandi par Cheick Haruna Nkunduwiga, à la tête de la COMIBU, l’accusant de fautes lourdes et manquements à la confession, et bien d’autres que cette communauté jugeait de ne pas dire à haute voix pour le « respect de l’être humain ».

Avant cette décision, les musulmans avaient déploré l’ingérence de la police et surtout le commissariat de Bujumbura, suite à son intervention pour disperser les musulmans en date du 27 août 2011, alors qu’ils se rassemblaient pour une prière habituelle.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1105 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 22 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 14 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 14 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 12 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 12 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 11 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 10 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 10 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 10 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 9 %)