Muyinga : trois upronistes sortent de la prison




Par: Dieudonné Nzeyimana , mardi 3 juin 2014  à 20 : 42 : 45
a

Poursuivis pour autres atteintes à la sureté intérieure de l’Etat, trois membres du parti Uprona en Commune de Giteranyi ont passé cinq nuits à la prison centrale de Muyinga. L’information diffusée à la radio Bonesha FM sur une probable distribution d’armes à Giteranyi, c’était la motivation de leur arrestation.
Jean Baptiste NIYONGABO, deuxième secrétaire du parti UPRONA en Commune Giteranyi, Marie MINANI représentante du même parti en zone Ruzo et Bosco MAJAMBERE, simple membre, voilà les hommes qui sont libres depuis lundi soir après cinq jours de détention à la prison centrale de Muyinga.

Ils sont poursuivis pour autres atteinte à la sureté intérieure de l’Etat conformément à l’article 602 du code pénal burundais. L’alinéa 2 du même article parle des personnes passibles d’un emprisonnement allant de deux mois à trois ans ou d’une amande de plus de cinquante mille francs, la diffusion de faux bruits de nature à alarmer la population ou à les exciter contre les pouvoirs publics ou à la guerre civile ou encore la diffusion des rumeurs sont évoqués dans les alinéas 2 et 3 de l’article 602.Ces militants de l’UPRONA ont été arrêtés depuis le 22 mai.

Une information diffusée sur la radio Bonesha FM, c’est le point de départ de l’acharnement des administratifs à Giteranyi contre ces personnes pointées du doigt comme étant des personnes ressources de ladite radio.

L’information qui a suscité la colère des administratifs faisait état d’une probable distribution d’armes aux jeunes du parti au pouvoir en commune Giteranyi.

Au parquet de Muyinga, on se refuse de déclarer si le dossier est classé sans suite. Les enquêtes continuent, précision d’Ernest NDUWIMANA Procureur de la République à Muyinga. Il s’agit d’une libération provisoire.

Du deux poids, deux mesures

Telle est l’analyse faite par certains défenseurs des droits humains à Muyinga. C’est un bon geste de la part de la justice à Muyinga. Le code pénal et le code de procédures judiciaires doivent être appliqués de la même manière sur tout le territoire national. A ce sujet, le représentant de l’APRODH à Muyinga et celui de l’AVDP dans la même province trouvent que M. Claver MBONIMPA, président de l’APRODH devrait avoir déjà bénéficié aussi de la libération. Il est en prison pour ses révélations sur des probables entrainements militaires en faveur de certains jeunes burundais sur le sol congolais. Pourquoi ne pas le libérer et continuer les enquêtes sans empiéter sur ses droits ? Interrogation sans réponse, mais aux lèvres des défenseurs des droits humains à Muyinga.

Le journaliste correspondant de la RPA à Muyinga va de nouveau comparaitre au parquet de Muyinga ce vendredi. Le Gouverneur de la province de Muyinga et le commissaire de police dans la même province ont déposé une plainte contre lui. Il a fait un reportage sur une probable manipulation d’un de ces upronistes relaxés afin de charger certains acteurs politiques et quelques journalistes comme étant des instigateurs de fausses informations sur la distribution d’armes. Le Gouverneur demande au parquet de punir le journaliste pour mensonge.

Le journaliste Alexis dit être prêt à se défendre devant le juge, il a des preuves que le gouverneur a fait sortir du cachot de police M. Marie pour lui offrir à boire et à manger au restaurant et au cabaret et cela pendant la nuit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1258 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mercredi 4 juin 2014   à 06 : 23 : 29

rekura na LIONEL NINTERETSE na uwundi mu JRR bafunganywe kuko abo bose ntanumwe atabona ko bazira ubuza ataruko banse gukurikira GASTON na CONSILIE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 3 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 3 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 2 %)