BNUB : Un autre officier de sécurité renvoyé par le Gouvernement




Par: Désiré Nimubona , mercredi 4 juin 2014  à 09 : 37 : 07
a

Le Gouvernement du Burundi a donné mardi 48 heures à Abednego Mutua un officier de sécurité au sein du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) pour quitter le pays, après avoir été surpris en possession de deux chargeurs pleins de cartouches à l’aéroport international de Bujumbura.

L’histoire remonte au 25 mai 2014 à 19h. Alors que Mutua, de nationalité kenyane voulait voyager à bord de Kenya Airways, des scanners de l’aéroport ont détecté des objets suspects dans son sac, comme l’explique le Directeur de l’Information au Ministère de la Coopération Daniel Kabuto, joint par téléphone ce mercredi matin.

Après vérification, les agents de sécurité à l’aéroport ont trouve ces deux chargeurs garnis de cartouches, continue t-il.

Mais selon lui, « l’intéressé n’a pas voulu s’exprimer sur cette situation, sur le pourquoi de ces armes dans son sac », mais a quand même « signé le procès verbal » fait par ces mêmes agents de sécurité, ce qui signifie, selon Kabuto « qu’il reconnait les faits ».

Abednego Mutua, selon Kabuto est un agent des Nations Unies, qui connait sans doute la Convention de Chicago, qui interdit le transport des armes dans des avions civiles, d’où la fermeté du Gouvernement burundais.

La décision de le renvoyer a été alors prise hier mardi et a été donné 48heures pour quitter le territoire burundais, selon toujours le chargé de l’information au Ministère de la Coopération, qui s’étonne aussi comment cette affaire est parvenu dans les oreilles des médias alors qu’elle avait été traité en toute discrétion.

Avec des informations sur l’armement des jeunes qui circulent dans le pays (en provenance aussi du BNUB, se référant au câble du 3 avril 2014, Ndlr), Kabuto souligne que le Gouvernement ne devrait pas rester les bras croisés face à cette situation.

Les relations BNUB-Gouvernement sont, ces derniers jours caractérisées par une tension. En effet, en Avril dernier, un Conseiller de Sécurité Paul Debbie avait été renvoyé du Burundi, après que son nom ait été cité dans un câble destiné au Conseil de Sécurité, selon lequel, certains officiers de l’armée burundaise étaient en train d’armer les jeunes à Rumonge (sud du Burundi).

Le Bureau des Nations Unies au Burundi BNUB avait alors sorti un communiqué, dans lequel, il ne niait pas les faits, soulignant tout simplement que son rôle était de tirer la sonnette d’alarme.

Les partis de l’opposition et la société civile avaient demandé des enquêtes impartiales et internationales sur ces allégations mais le gouvernement avait qualifié ces informations de rumeur non fondée, rejetant ainsi l’idée d’une enquête indépendante.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1424 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par vios   ce  mercredi 4 juin 2014   à 11 : 26 : 13

Mr Kabuto il n’y a plus de secret dans ce pays ou tout s’achète , igiturire n’ubukene nivyo vyishi igihugu, ubu pour survivre le burundais est même prêt à vendre son âme
Ntuganzwe rero nuko les médias ont eu cette information niziruta iyo barazironka

La corruption tue le bonheur d’un peuple et dans le cas précis de notre pays ce phénomène est à la mode.



Par   ce  mercredi 4 juin 2014   à 13 : 15 : 08

Daniel, mon frère, tu dois connaitre mal ou peu le metier de journaliste meme si tu es porte-parole ! Un bon journaliste est celui qui trouve ce que les pouvoirs publics ou autres acteurs cachent au peuple. Il peut l’exploiter ou pas ; donc que tu ne t’étonnes pas si les media ont eu cette information qui semble être de petite importance comparée aux autres secrets que les media gardent... Savais-tu que les journalistes peuvent connaitre bien ce qu’une personne-institution fait chez lui, s’ils le veulent ?



Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 4 juin 2014   à 15 : 06 : 05

mbega uwo Kabuto yibagiye umugani w abasogokuru ngo uwagiye
mu kuzimu yaramenyekanye,[sindawuzewose] Nayo ivyo kuvuga ko
BNIB ariyo itanga ibigwanisho ivyo ntaco nibavyereklana ko aribo
babitanga izoba ari enquette mu zindi,abarundi bakeneye ukuri
inyishu,s ukwirukana canke gupfunga
inyishu nukumenya iyo biva,ni gituma bija mu mbonerakure nico
bazobikoresha
jewe kandi ndibaza igituma urwego rw igisirikare ataco babivugako ; ndindiriye inyishu



Par   ce  mercredi 4 juin 2014   à 21 : 54 : 10

Iyo mwandika amacommentaires yubujuju murantwenza. Iyo ni inzigo gusa ibadya kuburyo ikintu cose reta ikoze kiba kinuka kurimwebwe. Ariko birumvikana ihinduka mu Burundi ryari ryitezwe nabake, nico gituma muzanasara mugakura impuzu



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 7 juin 2014   à 14 : 26 : 41

Sinashaka kwishurana numuntu numwe,kuko tutanga intererano
ngo Igihugu cacu gikire
kuko wewe utivuze izina kandi ukaba uciye ubwenge,ugenda babupime ku m umunzane batubwire kg bupima,mugabo nabonye
umengo ufise ubwo gutukana gusa ,ubwo nabwo ntaco bumarira
UBURUNDI
Nsubiye kusaba ko haba Commission d enquette International
ku bigwanisho vyahawe imbonerakure ,nabo bariko bariga ivya
gisirikare,kugir ukuri kuje ahabona



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 80 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 14 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 3 %)

Les dessous d’un triple meurtre ,(popularité : 3 %)

Muyinga/Incendie du marché de Karama en commune Gasorwe ,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Bubanza, un écolier tué par une grenade dans les enceintes de l’école ,(popularité : 3 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 2 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 2 %)