Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Climat politique : Le gouvernement n’a rien à changer




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 5 juin 2014  à 07 : 44 : 03
a

La question de restriction de l’espace politique et des libertés civiles qui entrave les activités de l’opposition, de la société civile et des medias, à l’approche des élections de 2015 a été évoquée par plus d’un ces derniers et surtout les diplomates de la sous région qui ont visité le Burundi la semaine dernière.

Au sortir de l’audience avec le Président du Sénat burundais le 31 mai dernier, l’Ambassadeur des Etats unis dans la région des Grands lacs n’a pas caché ses inquiétudes quant au climat politique actuel, à la veille des élections de 2015.

« Je dois signaler un élément important qui a fait objet de notre discussion avec le Président du Sénat. Il ne s’agit pas du tout d’un bon déroulement des élections le jour du vote qui en assure la transparence, la priorité est d’avoir un processus électoral où tout le monde peut se sentir libre de participer. Cela signifie que les partis politiques doivent avoir la liberté de se réunir, d’exprimer leur programme et les médias d’avoir la possibilité de couvrir ces élections. Nous la communauté international sommes préoccupés que cela ne soient pas fait dans les brefs délais » ; a déclaré Russel Feingold.

Gabriel Ntisezerana, Président du Sénat s’est plutôt monté optimiste. « Tous les partis politiques reconnus par la loi sont libres de travailler conformément à la loi », a-t-il souligné après cette audience.

Deux jours après, l’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands lacs Mary Robinson, le Représentant spécial de l’Union africaine pou le Burundi et la région des Grands lacs Boubacar Diarra et le Coordinateur principal de l’Union africaine pour la même Région Koen Vervaeke ont exprimé les mêmes inquiétudes dans leur communiqué du 02 juin.

« Le Burundi a fait des progrès louables en arrivant à surmonter une histoire faite de conflits, mais ces progrès risquent d’être remis en cause par la mise en œuvre des mesures visant à entraver le processus électoral et empêcher la pleine participation de toutes les parties prenantes », peut-on lire dans ce communiqué.

Le même communiqué dit que tout effort visant à empêcher les réunions, d’intimider les participants ou de fragiliser l’action de l’opposition met en péril le processus électoral et va à l’encontre de l’engagement exprimé par le gouvernement Burundais pour la démocratie.

Le gouvernement burundais apprécie positivement toutes les visites effectuées par ces différents diplomates selon son porte parole. Mais Philippe Nzobonariba dit qu’il n’y a pas lieu de changer quoi que ce soit en matière d’assainissement du climat politique.

« A partir de maintenant tout comme hier le gouvernement burundais n’a pas à changer. Plutôt le gouvernement réitère son appel à tous les partenaires politiques de respecter la loi », a déclaré Philippe Nzobonariba dans une interview à la Radio Isanganiro.

Selon le porte parole du gouvernement, si ces diplomates ont émis ces inquiétudes que certains milieux politiques sont malmenés, c’est normal parce qu’après avoir rencontré les membres du gouvernement, ils ont aussi rencontré l’opposition, et ils en appellent à la responsabilité de tous les partenaires, mais le gouvernement ne va pas changer dans le sens de laisser les gens violer la loi.

Concernant les inquiétudes de l’opposition en rapport avec les élections de 2015 qui risquent de ne pas être financées, Philippe Nzobonariba trouve qu’il n’y a aucun obstacle à ce que ces élections ne soient pas financées. « Le gouvernement est bien conscient que ces élections vont être financées », a-t-il ajouté.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

275 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  samedi 7 juin 2014   à 15 : 59 : 09

Ingorane mu Burundi tufise Ubonye ko yatowe akaja a la tete du
Pays aca aba intahanugwa kuko aca yibaza ko kirya kibanza
atanumwe yaragikwiye atariwe wenyene

Ni ngorane nini kuko twigira incabwenge,kandi ubwo bwenge bwo kutahanugwa atari bwiza na gato
nkavuga nti ko tufise ABATUTWARA basenga nigira bosab IMANA
Ubwenge bwo gutwara neza mu Bwitonzi no kwicisha bugufi



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 13 %)

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 13 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 10 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 10 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 7 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 7 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 7 %)

Le président somalien en visite au Burundi ,(popularité : 7 %)

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa ,(popularité : 7 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 7 %)