Renvoie d’un officier onusien : le Burundi et le BNUB en bras de fer




Par: Désiré Nimubona , jeudi 5 juin 2014  à 15 : 03 : 48
a

Le Bureau des Nations Unies au Burundi s’est (contrairement à ses habitudes) opposé à la décision « verbale » de renvoyer un membre de la garde rapprochée du Représentant Spécial des Nations Unies au Burundi.

Le Porte-parole du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) Vladimir Monteiro dit que son agent avait le droit de porter une arme, suivant d’ailleurs une convention de 2011 signée entre le Burundi et le Bureau des Nations Unies, accuse le Burundi d’avoir violé des convention qu’il a lui-même signées.

« Le BNUB rappelle qu’en tant que spécialiste de la protection rapprochée de l’ONU affecté au Burundi et conformément au paragraphe 36 de l’Accord entre l’Organisation des Nations Unies et le Burundi concernant le statut d BNUB, conclu le 28 décembre 2011 (…), les officiers de sécurité du BNUB sont autorisés à détenir et à porter des armes à feu et de minutions », a déclaré Monteiro, Porte-parole du BNUB ce jeudi à Bujumbura.

Selon le BNUB « l’infraction reprochée à l’officier du BNUB (Abednego Mutua, Ndlr) l’est contre une réglementation et non contre une loi, de surcroit une loi quelconque de l’État burundais ». Par voix de conséquence, les mesures préconisées (de renvoie de Mutua, Ndlr) apparaissent donc disproportionnées.

Le Bureau de l’ONU au Burundi regrette la décision et le refus de traiter ce différend à l’amiable.

Selon Monteiro « … même s’il avait eu infraction volontaire comme semblent l’insinuer les autorités burundaises qui se sont prononcées sur cet incident, l’Accord entre les Nations Unies et le Burundi concernant le BNUB contient des prévisions spécifiques de règlement de différends qui pourraient survenir entre les deux parties ».

La demande d’expulsion ne se justifie en aucun cas et n’est pas conforme aux engagements du Burundi, qu’il devrait, en tout état de cause, se garder de violer, déplore le BNUB.

« La doctrine de persona non grata, tel que décrit la Convention de Vienne sur les Relations Diplomatiques, s’applique aux agents diplomatiques qui sont accrédités par le gouvernement d’un Etat au gouvernement d’un autre Etat. Elle ne s’applique pas aux fonctionnaires ou experts des Nations Unies qui se trouvent en mission » défit le BNUB qui accuse le Gouvernement d’avoir violé des lois qu’il devrait plutôt faire respecter, citant l’article 100 paragraphe 2 de la Charte des Nations Unies, à la quelle le Burundi a adhéré.

L’impossible résolution à l’amiable

Stephane Dujaric Porte-parole de Ban Ki-Moon Secrétaire Général des Nations Unies,avait annoncé mardi soir à Inner City Press que les deux parties (Burundi et Nations Unies) allaient résoudre le problème par des voix diplomatiques habituelles, ce qui a aussi étonné le porte parole du BNUB ce matin à Bujumbura, qui disait que l’affaire a dévié de son contexte et s’est retrouvé là ou il ne fallait pas qu’elle soit.

Le 25 mai 2014, Abednego Mutua, un officier Kenyan de la garde rapprochée au sein du BNUB au Burundi sera surpris en possession de deux chargeurs dans son sac à main.

Le Directeur de l’Autorité de l’Aviation Civile Albert Maniratunga a dit hier tard la nuit que l’intéressé avait deux chargeurs contenant chacun quinze cartouches d’un pistolet, mais n’avait pas de pistolet sur lui, une information confirmée aussi par le Porte-parole de ban Ki Moon Stephan Dujaric, qui s’est convié à Inner City Press le 3 juin 2014 sur la même affaire.

Avant de partir vers son pays, Mutua a accepté de signer un procès verbal établi par un responsable de la sécurité et les deux chargeurs gardés par les agents de sécurité à l’aéroport, selon lequel, il reconnaissait avoir été surpris par les agents de sécurité en possession des cartouches.

De retour à Bujumbura, le 2 juin, de son congé, Mutua va apprendre que le Gouvernement burundais veut le déclarer persona non gratta avec 48heures pour quitter le territoire nationale, comme le précise Dujaric, porte-parole de Ban Ki-Moon.

Daniel Kabuto, responsable de l’information au Ministère de la Coopération disait hier que le Gouvernement ne devrait pas croiser les bras face à cette situation.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, l’officier du BNUB avait violé la Convention de Chicago, une convention qui interdit le port des armes dans des avions civiles comme le Kenya Airways que l’intéressé allait prendre le 25 mai 2014.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

535 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 5 %)

Le responsable de la police présidentielle limogé trois mois après sa nomination,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 3 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 3 %)

UA : La Mauritanie accueille le 31ème sommet de l’Union Africaine,(popularité : 3 %)

Politique : La CENI autorise le vote par récépissé ,(popularité : 3 %)

Gouvernance dans la pêche, le Burundi classé 2ème en Afrique,(popularité : 3 %)

« Toutes les équipes au complet »,(popularité : 3 %)

Burundi : Les Batwa déplorent l’ exclusion au dialogue d’Arusha ,(popularité : 3 %)