Pierre-Claver Mbonimpa devant la chambre de conseil de la cour d’appel




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 5 juin 2014  à 17 : 23 : 52
a

Le président de l’Association pour la défense des droits humains et des détenus a été entendu par la chambre de conseil de la cour d’appel. La cour d’appel de Bujumbura a moins de 48 heures pour infirmer ou confirmer la détention de Pierre Claver Mbonimpa.

Vers 10 heures, Pierre Claver Mbonimpa est arrivé à la cour d’appel de Bujumbura en tenue de détenus accompagnés de ces geôliers. Il était venu à bord de la camionnette de la direction générale des affaires pénitentiaires.

Au sortir de l’audience dans la chambre de conseil, Me Antoine Nzobandora a souligné que le siège les a bien écoutés et qu’ils attendent que leur client sorte de prison.

« Il y a écart énorme entre les sanctions dirigées contre la personne de Pierre Claver Mbonimpa à savoir l’atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat. L’article 529 contenu dans le livre deux du code pénal précise que l’individu est sanctionné lorsqu’il a commis des infractions palpables mais mon client n’a rien commis de visibles », a-t-il souligné.

Pour lui, l’arrestation et l’incarcération de Pierre Claver Mbonimpa ont été fait à la va vite et en violation de la loi. « C’est au plus profond de l’abime qu’il faut croire à la lumière, nous croyons que notre client aura droit à la libération de la prison », a-t-il ajouté.

Ce procès était au départ attendu vendredi prochain mais il a eu lieu ce jeudi. Les défenseurs des droits humains nationaux et internationaux et les diplomates onusiens, européens et africains ont déjà émis leurs inquiétudes par rapport aux informations sur la distribution d’armes et la formation militaires en République Démocratique du Congo dans lesquels sont cités certains burundais.

Le président de la république du Burundi en visite en France depuis ce mardi a qualifié archi-faux ces propos qui ont valus la prison à Pierre Claver Mbonimpa.

Quant à sa renommée internationale qui contraste à son incarcération au regard de sa contribution dans la promotion des droits humains au Burundi depuis plus de 20 ans, Pierre Nkurunziza a indiqué qu’il devra répondre en justice. « On n’est pas ce qu’on était, on est ce qu’on devient » a souligné le président de la république du Burundi qui a aussi interpellé tout le monde à faire preuve de patience quant à décision qui sera rendue par la justice sur le dossier Mbonimpa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

351 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  vendredi 6 juin 2014   à 10 : 34 : 00

Souvent on devient ce qu’on a été



Par   ce  vendredi 6 juin 2014   à 16 : 14 : 17

Abarundi abo bagabo BA Pacifiqu, mutabikuyeko muzoba mumbwira nukuri. Mbe mwumvise abantu avugako bazaha izo nyandiko bavuga. Abo nyene bavuga ko bazoha izo nyandiko bamwe nibo babatuma. Mugurishe ico gihugu iyo muzoja muzoharondera. Uru muntu wibuka ivyo abarundi twaciyemwo hanyuma ukumva ivyo Pacifique avuga woturika n’inzigo. Uwo mugabo iyo azodushikana tuzohabona



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 3 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 3 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 3 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 3 %)

L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 2 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 2 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 2 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)

Criminalité : L’opposition salut l’incarcération de deux agents de la police et du SNR,(popularité : 2 %)