Dossier stevia : Quand la politique constitue un frein pour le développement




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 6 juin 2014  à 18 : 20 : 51
a

Epitace Bayaganakandi qualifie d’illogique l’interdiction de la diffusion de la culture de stevia à travers le pays par la ministre de l’agriculture et de l’élevage et estime que le pays accuse en manque à gagner de plus de 2.841.000 de USD par an.

Avant qu’il n’arrive plus de 300 personnes employés par Epitace Bayaganakandi s’étaient donnés rendez vous à l’endroit où il devait animer une conférence de presse ce vendredi autour du feuilleton Stevia au Burundi qui défraie la chronique des médias ces derniers jours.

Epitace Bayaganakandi s’est inscrit en faux contre les propos de la ministre de l’agriculture et du directeur général du même ministère selon lesquels cette culture ne remplit pas les conditions exigées pour être vulgariser au Burundi.

Il a indiqué que lorsque cette culture a été introduite au Burundi cette société n’avait rien ménagée pour être en normes avec le ministère de tutelle. L’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi avait d’ailleurs souligné à travers son rapport de Mars 2013 la culture de stevia remplissait les normes exigés.

« Pour le moment je ne comprends pas encore pourquoi le ministre de l’agriculture se précipite pour dire que cette culture ne répond aux critères requis », a-t-il souligné.
Il s’est inscrit contre le conseil des ministres qui l’a interpellé à vérifier si cette culture serait homologuée au Burundi et à vérifier aussi si les cultivateurs de ce produit vont avoir des marchés d’écoulement.

« Les bananes, le palmerais, la café et bien d’autres ne sont homologués par Bujumbura mais plutôt par leurs pays d’origine. Le marché d’écoulement n’est pas affaire du gouvernement Burundais mais plutôt des responsables de ce projet à travers », a-t-il ajouté.


La politique s’en mêle aussi

La société stevia se présente aujourd’hui dans 10 provinces sur les 17 que compte le pays outre qu’elle accorde l’emploi aux burundais en chômage, elle réduit le taux d’inclusion financière à travers le pays.

Bujumbura aurait-il peur de perdre son électorat ? Par rapport à la question, Epitace Bayaganakandi représentant légal de la Société Stevia Company et président du parti politique de l’opposition Mouvement pour la Réhabilitation du Citoyen, MRC-Rurenzangemero, n’y va pas par quatre chemins.

« Si les raisons politiques auraient pris le devant sur son projet de lutte contre le chômage et la pauvreté dans ce pays, la décision relève de l’illogique », a-t-il martelé.

Pour lui, le pays perdra plutôt plus 2.841.000 de USD par an et plus de 3 milliards de taxes et impôts. Plus de 400 personnes qui étaient employés à temps vont perdre l’emploi. Chaque ménage qui a au moins 10 ha de culture va accuser un manque à gagner de plus de 500. 000 francs. Pour lui, la décision du ministre de l’agriculture et de l’élevage a des raisons que la raison ne connait pas.

Pour le compte du gouvernement, certaines autorités ont fait un déplacement au Kenya pour développer cette culture. Une association dont le président du sénat Gabriel Ntisezerana serait le tireur de ficelle de loin a été créée pour diffuser cette culture




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1058 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  samedi 7 juin 2014   à 17 : 28 : 22

Bazi ko ibintu vyose vy igihugu bitegerezwa kuja mu minwe
yabo iya ho bahanuza bakaja hamwe nabagira des projets,arko
bama basimbira kuvyo abandi bakoze,bishimimikije Ubutegetsi

Ahandi naho,haraho nibaza ko batakorera Abarundi,ko boba bafise aboba barabatumye kusambura Uburund, kuko ibigigwa
atawushobora kubitegera

Ico Gitegwa kizima cashitse mu Burundi,Abarundi ni bave hasi
bashigikire Bayaganakandi kugira Stevie itegwe mu Gihuguhose
kuko ari iterambere mu BARUNDI



Par CQJC   ce  samedi 7 juin 2014   à 18 : 27 : 20

La nyakurisation des partis politiques touche aujourd’hui le développement. Pourtant, Mr Bayaganakandi Epitace n’est pas contre la concurrence d’après ce que j’ai entendu dans Kabizi du 3 juin 2014 où il accepte que d’autres associations ou compagnies puissent intervenir dans la culture du Stevia. Ce qu’il condamne avec énergie, c’est l’intervention du ministre de l’agriculture qui veut les siens puissent récolter les résultats du travail fait par STEVIA COMPANY. Cet interventionnisme déloyal du ministre mérite d’être dénoncé. Les pertes annoncées par B.E. sur le plan financier, sur l’emploi et divers sont énormes.
Si le CNDD-FDD a peur de perdre son électorat, la population qui vient perdre sa ressource financière ne votera pas pour ce parti qui n’a rien de positif à vendre dans le pays sauf les divisions sur tous les plans (division des partis, suppression de l’indépendance de la magistrature et autres).



Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 8 juin 2014   à 16 : 58 : 40

EREGA KUBA WEMERA KO HABA CONCURENCE, KU BUTEGETSI BWA CNDD
FDD NTIBIKWIYE ,BASHAKA KO BOFATA IVY UBURUNDI MU MINWE BONYENE NI VYACU VYOSE BAKABITWARA ,TWEBWE TWESE BAKATWICA,
CANKE BAKATWANGAZA,HAGASIGARA ABA CNDD FDD BONYENE,NICO GITUMA PROJET YOSE IGIZWE N UTARI UMU CNDD FDD ITASHOBORA KWEMEGWA, NICO GITUMA KANDI INTUNGANE ZIHERERA MWI PRISON CANKE ZIKANGAZWA IYO BAGIZE IMANA NTIBICWE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 14 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 12 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 3 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 3 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 2 %)

Le secteur thé du Burundi envisage des extensions à grande échelle jusqu’en 2016,(popularité : 2 %)

Le nouveau marché de Cotebu presque achevé ,(popularité : 2 %)

Ouverture solennelle des six marchés réhabilités en Mairie de Bujumbura,(popularité : 2 %)

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction,(popularité : 2 %)