"De Comandant Puant à Commandant des Soldats de la Paix"




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 6 juin 2014  à 18 : 23 : 37
a

« Je me suis rappelé de l’année 1987. J’entrais à l’Université du Burundi après les humanités générales. Les nouveaux étudiants m’ont désigné à leur représenter sous l’appellation de Commandant Puant.

Près de 30 ans plus tard, c’est pour moi un miracle de voir que je viens de recevoir un titre de Comandant des Soldats de la Paix par le biais de ce prix qui m’est décerné. Je demande en particulier à la jeunesse les dons qu’ils ont reçu de Dieu car tôt ou tard son projet se réalise sur chacun de nous », ce sont les propos de Pierre Nkurunziza, président de la république du Burundi, à son arrivée à l’aéroport international de Bujumbura.

Ce prix lui a été décerné par l’Association Internationale des Soldats de la Paix. Il a été accueilli par les hautes autorités de ce pays, certains des diplomates accrédités à Bujumbura et surtout la jeunesse qui, pour la plupart n’a pas eu accès aux cours.

Le long de la route menant vers à l’aéroport international de Bujumbura, des personnes s’y étaient donné rendez- vous et l’applaudissaient au passage. Les motards et les vélos privés et certains véhicules de l’Etat n’avaient manqué au rendez vous.

Le président Pierre Nkurunziza a souligné que ce prix est synonyme de récompense pour l’œuvre des militaires et policiers burundais dans le retour de la paix certains pays d’Afrique et d’ailleurs.

Selon lui, ce prix constitue un témoignage que la communauté internationale s’intéresse au Burundi et qu’elle est satisfaite de ses contributions dans le retour de la paix et l’imposition de celle-ci là où il s’avère nécessaire.

Pierre Nkurunziza a profité de l’occasion pour dire que lors de sa visite en France, il a profité de l’occasion pour plaider en faveur de l’élection de Pierre Buyoya à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie en Novembre prochain et de la création d’un Institut Régional d’Education Sportif.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

636 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par GN   ce  samedi 7 juin 2014   à 14 : 05 : 07

Un autre président de la République n’aurait pas accepté de recevoir personnellement un prix remis par une association privée dans un pays tiers.

Malheureusement, ce n’est pas pour la première fois que ce genre d’associations remet des prix que le Président Nkurunziza va recevoir à son nom et qui distraient les burundais de leurs activités de production.
En effet, ce sont toujours des occasions de contraindre les motards, taxivélos et autres petites gens, sans oublier les pauvres élèves du primaire et du secondaire, à passer des journées à applaudir un président qui fait sa propre propagande, tant pis si les enfants s’évanouissent et si les petites gens ne gagnent rien en honneur à leur cher très, très, très démocratique Président.

On se croirait aux siècles du passé !

Par ailleurs, il est ridicule, pour un président de la République, de passer incognito pour recevoir un soi-disant prix du Combattant de la Paix, dans un pays qui célèbre un important évènement d’une grande valeur militaire, à savoir le 70ème anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie.

Ici, je reviens sur le choix du moment qui est un très mauvais choix et reproche aux conseillers du président en matière de stratégie, de communication et de relation publique d’être incompétents. S’il n’est pas invité, à ces cérémonies, il aurait choisi de se faire remettre le prix dans son propre pays ou de se faire représenter par Edouard Nduwimana, son émissaire de toujours pour les questions problématiques, surtout que ce dernier s’ennuyait au même moment en Norvège, où il n’a été accueilli par aucune autorité, ni même par ses compatriotes qu’il voulait convaincre de rentrer "au vu du calme, de la paix, de la sécurité et de la serénité qui règnent au Burundi".

On aura tout vu et le ridicule ne tue pas.

Les experts pourraient nous en apprerendre davantage sur le coût d’un tel déplacement, préjudiable pour le pays sur les plans financier, économique, politique, social et autres.



Par Rose Hakizimana   ce  lundi 9 juin 2014   à 17 : 55 : 42

Yama aronka Utushimwe tw abamuhenda kandi tw ama shirahamwe
Eka ni President puant
nagende atware imigwi n amashirahamwe y imipira nayo ivy
ugutwara Igihugu, kuriwe wabaye umuzi w Ibuye



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 5 %)

Bujumbura : Que devient le prochain round d’Arusha ?,(popularité : 4 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 4 %)

Une journée du combattant qui divise ,(popularité : 3 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 3 %)