Le PTD contre la privatisation des entreprises de l’Etat




Par: Désiré Nimubona , jeudi 5 janvier 2012  à 16 : 24 : 48
a

Le président du Parti des Travailleurs et de la Démocratie, PTD, Prof. Paul Nkunzimana appelle le Gouvernement Burundais à arrêter la privatisation des entreprises de l’Etat, surtout le café, et à la nationalisation de celles déjà privatisées.

Dans une conférence de presse de ce jeudi à Bujumbura, Paul Nkunzimana souligne que, à titre d’exemple, le café est en voie de disparition à cause de certaines multinationales qui ne cherchent que de l’argent aux dépens des citoyens burundais, un peuple dont la vie se détériore chaque jour alors que ces entreprises amassent des sommes colossales.

Se référant sur la filière café qui se libéralise actuellement, Prof. Nkunzimana trouve que, depuis le début de la privatisation, le peuple burundais n’a jamais cessé d’assister à un banditisme légalisé et autorisé par le Gouvernement lui-même.

Selon lui, le Webcor, qui avait pourtant acheté 12 stations de lavage du café dans les provinces du nord du Burundi, vient de prouver que la privatisation a échoué.

« Webcor a acheté du café à un prix de 350F le kilogramme alors que la Sogestal payait 490F par kilogramme de café cerise. Dans ce cas qu’est-ce que le caféiculteur a gagné ? » s’interroge Paul Nkunzimana, président du PTD lors de sa conférence de presse à Bujumbura, indiquant que la politique de libéralisation n’est qu’un malheur pour le Burundi.

Ce n’est pas sur Webcor seulement que les mauvais signes de la privatisation se sont manifestés, Paul Nkunzimana rappelle que des banques, des entreprises comme le Cotebu, Onama, et autres, se sont englouties sous l’œil du Gouvernement suite à la politique de privatisation, une politique qui, selon lui, a envoyé dans la rue des milliers de travailleurs, sans espoir de trouver d’ emplois demain.

Par contre, selon Nkunzimana, seul ces multinationales étrangères s’enrichissent aux dépens des peuples, alors que ces richesses appartiennent aux peuples en premier lieu.

Paul Nkunzimana s’inscrit en faux contre l’attitude des institutions comme la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International, FMI, qui veulent contrôler toutes les richesses du monde tout en maintenant dans la pauvreté sans nom des citoyens dans leurs pays.

« Imaginez-vous quand la Banque Mondiale ordonne la privatisation même de l’eau ? » déplore Prof. Nkunzimana.

Il trouve plutôt que « le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté mérite d’être appelé Cadre Stratégique de Renforcement de Pauvreté », suite à ses résultats inefficaces, ou tout simplement proches ou inférieurs à zéro.

« Le burundais sera plus pauvre demain plus qu’il l’est aujourd’hui si ces politiques persistent », martèle le Professeur Sociologue de l’université du Burundi. « A chaque, minute qui s’ajoute, les burundais reculent toujours ».

Il s’indigne contre les politiques de la Banque Mondiale et de la FMI qui font que des pays comme le Niger (riche en coltan), le Congo (avec tous ses minerais) et le Burundi (5% des réserves mondiales du nickel) soient respectivement connus comme pays les plus pauvres de la planète.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1785 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 9 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Taux d’intérêt bancaire, un casse-tête,(popularité : 2 %)

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité,(popularité : 2 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 2 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 2 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)