Un autre pas vers la Cvr




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 11 juin 2014  à 10 : 11 : 25
a

Vingt huit jours après la promulgation par le Président de la République de la loi portant création de la Commission vérité et réconciliation, le Bureau de l’Assemblée Nationale vient de lancer un avis d’appel à candidature pour les commissaires membres de la commission vérité et réconciliation. Le document de cet appel à candidature ne comporte pas pourtant sa date de publication. Mais il précise la date limite de dépôt des candidatures qu’est le 27 juin de cette année à 15h.

La sélection se fera sur base de candidatures libres présentées par le Bureau de l’Assemblée Nationale. D’abord une commission paritaire ad hoc établira une liste définitive de 33 candidats sur base desquels les 11 candidats commissaires de la Cvr seront présentés devant l’Assemblée Nationale pour vote.

Ces candidats commissaires devront remplir certaines conditions entre autres être de nationalité burundaise et avoir 35 ans révolus. Ce document du bureau de l’Assemblée Nationale ajoute dans les conditions requises, la jouissance des droits civils et politiques, l’impartialité dans l’accomplissement de ses fonctions par rapport aux positions des partis politiques. Les candidats ne devront pas aussi avoir commis de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Pour accéder au poste de commissaire, les noms des 11 candidats seront votés à majorité simple par l’Assemblée Nationale. Aussitôt élus, les noms de ces commissaires seront transmis au Chef de l’Etat pour nomination ; la prestation de serment devant le Président de la République et le Parlement suivra.

Cette course vers la commission vérité et réconciliation semble toujours inquiéter certaines organisations de la société civile qui parlent plutôt d’un texte non connu. « Nous déplorons que même la loi portant création de la Cvr n’ait pas connu, le texte a passé 3 semaines après son adoption pour que nous ayons une copie, donc c’est un processus qui semble marcher toujours dans la clandestinité », a déclaré Maitre Simon Sibomana chargé des questions de justice transitionnelle au sein du Forum pour la conscience et le développement.

Pour que toutes les parties se sentent plus ou moins aisées par la mise en place de la Cvr, Maitre Simon Sibomana semble placer l’espoir dans l’Assemblée Nationale. « Actuellement c’est l’Assemblée Nationale qui a la balle dans son camp, le retour en arrière est difficilement envisageable mais l’Assemblée Nationale doit être prudente dans le choix de commissaires, il faut donc que soit choisies les personnes au dessus de tout soupçon, des personnes qui ne sont pas impliquées dans les différentes crises qu’a connu le pays et qui sont à mesure de rassurer les burundais de toutes les tendances », a-t-il précisé.

Le projet de loi portant création de la Cvr a été adopté le 17 Avril par le seul groupe parlementaire du Cndd fdd. Les autres groupes parlementaires avaient boycottés les travaux estimant que le climat politique d’alors ne convenait pas à l’adoption d’un texte aussi important que celle là. Les partis de l’opposition réunis au sein de l’Adc ikibiri estiment qu’il fallait attendre l’après élections de 2015 pour analyser ce projet de loi, car estiment-ils que c’est là où les esprits seront calmes.

Plus d’une douzaine d’associations et organisations réunies au sein du « groupe de réflexion sur les mécanismes de justice transitionnelle au Burundi avaient émis une série de propositions d’amendement au Président de la République. Malheureusement ces propositions n’ont pas été considérées parce qu’elles ont été transmises le 16 Mai alors que le texte avait été promulgué le 15 Mai.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

508 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Citoyen   ce  mercredi 11 juin 2014   à 12 : 05 : 46

Quelquefois nos reactions sont amusantes !! Tantot le Président de la République ne veut pas mettre en place la CVR, tantot le climat politique n’est pas propice pour une telle activité,il faut attendre 2015 après les elections pour que les esprits soient poses, tantot la balle est dans le camp des parlementaires, tantot la loi sur la CVR n’est pas connue !!!QUOI ??
Cela s’apelle tergiverseation et mauvaise foi manifeste !
La CVR est quelque chose de fondamental pour une meme lecture de l’histoire du Burundi afin que tout le people burundais se réconcilie avec lui-meme ! Donc on ne doit pas s’amuser avec cela.
Nos leaders politiques,nos Elus,devraient éviter toute sorte de fantaisie et prendre la chose au sérieux car les Burundais attendant beaucoup de la commission.
A toute personne qui se sent choquée par le commentaire,mes excuses ;mais j’ai été oblige de réagir ainsi.



Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 11 juin 2014   à 18 : 40 : 29

INCABWENGE NTIGAYA IVYO ABANDI BATEREREYE URABA IVYIYUMVIRO
VYAWE ICO VYOMARIR IGIHUGU
JEWE NSABA KO NYABUNA IMBERE YU KURONDERA AMA COMISSION YO KUJA MURIYO CVR NIBABANZE BASHIRE IRYO TEGEKO MU BASERUKIRA ABANDI NKO MU MASHIRAHAMWE MU MIGAMBWE BOSE BASUBIRE BARYIGE
HANYUMA INAMA NSHINGAMATEKA IRISUBUREMWO,IRYO SIRYO KIPFA
KWIRUKANGA KUKO NIRIBWIRIZWA KUTUNGANIRIZA ABARUNDI,.IKINDI NUKWO UBUTUNGANE ARI NTABANDUKA MURIRYO TEGEKO AHANDI HO NTACO VYOBA BITANDUKANYE NICO BITA AGASHINYAGURO



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 9 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 7 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 7 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 3 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 3 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 2 %)

Burundi : les ONGs sommées de se réinscrire quatre documents dans les mains ! ,(popularité : 2 %)

Amendement du projet de loi sur les libertés publiques qualifié de moins liberticide,(popularité : 2 %)

Rwasa rejette le contenu du rapport des experts des Nations Unies sur la RD Congo ,(popularité : 2 %)