Les commerçants du marché de Rumonge craignent leur tour




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 12 juin 2014  à 07 : 34 : 57
a

A partir de 16h certains commerçants du marché central de Rumonge commencent à emballer leurs marchandises dans des sacs ou cartons. Les sources sur place indiquent que certains de ces commerçants préfèrent les conserver dans des magasins situés aux alentours de ce marché, tandis que d’autres optent de rentrer chez eux avec leurs marchandises et un mouvement de retour s’observe tous les matins.

Les mêmes sources précisent que ces mouvements répétitifs des déplacements des marchandises sont observables depuis le récent incendie qui a ravagé le marché de Kayanza, c’était le 30 mai dernier. A ce sujet les réactions des commerçants diffèrent : certains préfèrent le silence et les autres expliquent ces mouvements inhabituels par la crainte qu’ils ont de voir leurs marchandises réduits en cendre.

A l’origine de cette situation, les rumeurs qui circulent depuis quelques jours en commune de Rumonge disent que c’est le tour de ce marché d’être incendié à tout moment, selon certains commerçants. Ces derniers demandent aujourd’hui l’autorisation de remplacer leurs stands construits avec des planches par des stands érigés avec des briques avec des portes métalliques.

Gérard Ndukumana, administrateur de la commune Rumonge reconnaît que cette réclamation des commerçants est fondée. Aussi, affirme-t-il qu’elle a déjà été formulée officiellement. Toutefois cet administratif dit qu’il faut attendre la décision du conseil communal qui se penchera sur cette question le 20 juin courant.

La police de protection civile à Rumonge se dit prête pour intervenir en cas d’incendie. Mais le responsable de cette police dit qu’il vaut mieux prévenir. Il précise que ce marché est bien surveillé.

Ce marché central de Rumonge a ouvert ses portes il y a à peine un mois. Il a été construit par un privé et l’administration communale a donné le terrain. Il est situé dans le quartier Kanyenko tout près de la route Bujumbura-Nyanza lac.

Le phénomène des marchés qui prennent feu devient de plus en plus fréquent. Après le feu qui a ravagé le marché central de Bujumbura le 27 janvier 2013, d’autres d’ici et là à l’intérieur du pays ont subi le même sort. Le dernier fut celui de Kayanza qui a pris feu le 30 mai dernier.

Plus de 350 commerçants de ce marché n’ont pu rien sauvé de leurs marchandises. Le véhicule anti incendie qui est intervenu provenait de la province de Ngozi. Le lendemain de ce drame, le 2e Vice Président de la République leur a promis un véhicule anti incendie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

249 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 22 %)

Le barrage de Kajeke, 12 milliards de FrBU coulés à l’eau ,(popularité : 5 %)

Un orphelin cherche désesperemment 5.000 dollars américains pour son opération ,(popularité : 4 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 4 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 3 %)

Le Burundi parmi les prochaines victimes de la famine, parle un rapport ,(popularité : 3 %)

Gitega : Une fillette malformée attend beaucoup de vos gestes charitables,(popularité : 3 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 3 %)

Les journalistes burundais en marche avant le dernier jugement ,(popularité : 3 %)

Pénurie d’eau au chef-lieu de Cibitoke : risques des maladies des mains sales ,(popularité : 3 %)