"Gaston" devenu témoin de "Sindimwo" !




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 13 juin 2014  à 17 : 17 : 34
a

Me Niyongabo Bienvenu s’indigne contre la décision de la cour d’appel de Bujumbura relative à l’emprisonnement d’un membre du parti Uprona alors que son collègue avec qui ils étaient accusés de la même infraction a recouvré sa liberté.

Au cours d’une interview qu’il accordée à la Radio Isanganiro ce vendredi, Me Niyongabo Bienvenu, l’avocat du parti Uprona, aile non reconnu par le ministre de l’intérieur , a dit que la cour d’appel de Bujumbura a entendu en chambre de conseil les deux personnes pendant plus de deux heures accusées par la justice d’avoir attaqué chez Gaston Sindimwo, un membre de l’Uprona proche à Concilie Nibigira, bras droit au ministre de l’intérieur.

48 heures plus tard comme le veut la loi, la cour d’appel a accordé la liberté provisoire à l’un de ces deux jeunes selon l’avocat de la défense.

Pour Me Niyongabo Bienvenu, il est illogique de voir que la justice ait déclaré une de ces deux personnes libres alors qu’elles toutes accusées de la même infraction. Selon lui, Gaston Sindimwo avait déclaré sur les médias qu’il n’avait pas pu repérer les personnes qui avaient attenté à sa sécurité. Devant le siège, cette fois il avait indiqué qu’il avait bien repéré la personne de Harushimana Fabrice avait largué une grenade.

Pour lui, il y a une contradiction totale entre les propos de Gaston Sindimwo. Il estime que cela aurait du constituer une matière pour le siège si respect de la loi il y en avait eu lieu.

« Comment est-ce que Gaston Sindimwo devrait être un témoin pour sa propre personne », a-t-il indiqué.

L’affaire Gaston Sindimwo a des dessous politique depuis son début. L’avocat du parti Uprona qu’il n’a pas de preuves à propos de cette question mais que cette variable n’est pas à écarter.

L’affaire Gaston Sindimwo a son début dans la crise au sein de l’Uprona. En mars 2014, une attaque à la grenade a eu lieu chez lui au quartier Nyakabiga en Mairie de Bujumbura. Il a directement pointé du doigt certains de sa famille politique comme étant responsable de cette attaque.

Le camp Charles Nditije a de sa part souligné que cette attaque est un montage ayant pour objectif de faire arrêter des leaders de l’Uprona qui ne seraient pas du goût d’Edouard Nduwimana.

En attendant, la polémique à l’Uprona reste d’actualité et ce jeune reste écroué à Mpimba. Me Niyongabo Bienvenu et l’Uprona de Charles Nditije réclament que justice soit dite.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

463 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 3 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 3 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 3 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 3 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 3 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 3 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 3 %)

Trois anciens présidents dénoncent l’absence de débat contradictoire pour une démocratie solide,(popularité : 3 %)

Rwasa rejette le contenu du rapport des experts des Nations Unies sur la RD Congo ,(popularité : 3 %)