Comités de sécurité : Le ministre de l’intérieur tranquillise




Par: Aubin Niyonkuru , dimanche 15 juin 2014  à 07 : 44 : 14
a

La mise sur pied des comités de sécurité récemment annoncée par le ministre de l’intérieur a suscité des inquiétudes dans la classe politique de l’opposition. Celle-ci craignait que ces comités soient constitués uniquement des membres du parti au pouvoir et surtout utilisés pendant les prochaines élections pour influencer les électeurs.

Edouard Nduwimana avait déclaré mardi dernier que des comités mixtes de sécurité humaine venaient d’être mis sur pied sur tout le territoire national.

Aussi avait-il indiqué que des sessions d’éducation et de formation patriotique à l’endroit de ces comités sont organisées depuis août 2013 et qu’elles vont se poursuivre.

Selon Edouard Nduwimana, la mise sur pied de ces comités de sécurité n’a rien à voir avec le processus électoral.

« Nous avons informé l’opinion nationale et internationale qu’il y a des comités de sécurité mixtes qui sont entrain d’être mis sur place sur toute l’étendue du territoire, mais ils n’ont aucun lien avec les prochaines échéances électorales.

Ces comités tirent leur naissance de la stratégie nationale de sécurité qui montrent très bien que les menaces sécuritaires sont plus que les gens ne puissent le penser », a dit le ministre de l’intérieur

Edouard Nduwimana fait savoir qu’il est prévu dans cette stratégie nationale, la création de ces comités de sécurité qui puissent prévenir toutes ces menaces sécuritaires. Il précise aussi que ces comités seront opérationnels avant, pendant et après les élections de 2015.

Concernant leurs compositions, le ministre de l’intérieur dit qu’il n’y a pas à s’inquiéter puisque la composition sera multiforme : c’est-à-dire de l’administration, à la société civile en y insérant les partis politiques et les confessions religieuses comme l’organise l’ordonnance conjointe signée par le Ministre de l’intérieur et celui de la sécurité publique. Cette ordonnance a donc prévu toutes les couches sociales quant à la composition comme il l’a souligné.

Edouard Nduwimana dit qu’il s’agit d’une information erronée quant à ceux qui pensent que ces comités ont été créés pour intimider les électeurs de l’opposition, autrement dit que cela peut constituer une des formes de fraude électorale envisageable. Selon lui cela ne se justifie pas puisque même les membres de l’opposition feront partis de ces comités. En plus, dit-il, les fraudes électorales sont impensables dans notre pays car les élections sont suivies de la base au sommet, même par la communauté internationale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

251 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par mwenegihugu   ce  dimanche 15 juin 2014   à 12 : 51 : 16

Inyishu kuri ayo makenga/ubwoba ni uko ayo ma comites yobonekamwo abenegihugu bose hirengagijwe ico cose kibatandukanya (amadini, ama-politike, amoko, ibitsina...). Ubujuju butegerezwa gutakanza ikibanza mu mitwe n’imitima yacu twese, tugatahura ko ata n’umwe yotekanirwa kandi umwenegihugu mwenewabo/umubanyi... ariko ararira/arangazwa !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions



a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !





Les plus populaires
Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions,(popularité : 100 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 35 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 3 %)

Le torchon brûle entre militants du CNDD-FDD en Commune de Muyinga,(popularité : 3 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Burundi : Le président Domitien NDAYIZEYE dans le viseur de parti présidentiel,(popularité : 2 %)

Les étudiants membres de l’ADC interpellent le CNDD-FDD à plus de patriotisme,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)