Comités de sécurité : Le ministre de l’intérieur tranquillise




Par: Aubin Niyonkuru , dimanche 15 juin 2014  à 07 : 44 : 14
a

La mise sur pied des comités de sécurité récemment annoncée par le ministre de l’intérieur a suscité des inquiétudes dans la classe politique de l’opposition. Celle-ci craignait que ces comités soient constitués uniquement des membres du parti au pouvoir et surtout utilisés pendant les prochaines élections pour influencer les électeurs.

Edouard Nduwimana avait déclaré mardi dernier que des comités mixtes de sécurité humaine venaient d’être mis sur pied sur tout le territoire national.

Aussi avait-il indiqué que des sessions d’éducation et de formation patriotique à l’endroit de ces comités sont organisées depuis août 2013 et qu’elles vont se poursuivre.

Selon Edouard Nduwimana, la mise sur pied de ces comités de sécurité n’a rien à voir avec le processus électoral.

« Nous avons informé l’opinion nationale et internationale qu’il y a des comités de sécurité mixtes qui sont entrain d’être mis sur place sur toute l’étendue du territoire, mais ils n’ont aucun lien avec les prochaines échéances électorales.

Ces comités tirent leur naissance de la stratégie nationale de sécurité qui montrent très bien que les menaces sécuritaires sont plus que les gens ne puissent le penser », a dit le ministre de l’intérieur

Edouard Nduwimana fait savoir qu’il est prévu dans cette stratégie nationale, la création de ces comités de sécurité qui puissent prévenir toutes ces menaces sécuritaires. Il précise aussi que ces comités seront opérationnels avant, pendant et après les élections de 2015.

Concernant leurs compositions, le ministre de l’intérieur dit qu’il n’y a pas à s’inquiéter puisque la composition sera multiforme : c’est-à-dire de l’administration, à la société civile en y insérant les partis politiques et les confessions religieuses comme l’organise l’ordonnance conjointe signée par le Ministre de l’intérieur et celui de la sécurité publique. Cette ordonnance a donc prévu toutes les couches sociales quant à la composition comme il l’a souligné.

Edouard Nduwimana dit qu’il s’agit d’une information erronée quant à ceux qui pensent que ces comités ont été créés pour intimider les électeurs de l’opposition, autrement dit que cela peut constituer une des formes de fraude électorale envisageable. Selon lui cela ne se justifie pas puisque même les membres de l’opposition feront partis de ces comités. En plus, dit-il, les fraudes électorales sont impensables dans notre pays car les élections sont suivies de la base au sommet, même par la communauté internationale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

270 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par mwenegihugu   ce  dimanche 15 juin 2014   à 12 : 51 : 16

Inyishu kuri ayo makenga/ubwoba ni uko ayo ma comites yobonekamwo abenegihugu bose hirengagijwe ico cose kibatandukanya (amadini, ama-politike, amoko, ibitsina...). Ubujuju butegerezwa gutakanza ikibanza mu mitwe n’imitima yacu twese, tugatahura ko ata n’umwe yotekanirwa kandi umwenegihugu mwenewabo/umubanyi... ariko ararira/arangazwa !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril



a

Burundi : Des contributions aux élections en voie de détournement



a

Burundi : Des contributions aux élections en voie de détournement



a

Le budget des élections de 2020 reste en secret



a

La levée des sanctions contre la BBC et VOA n’est pas pour aujourd’hui



a

Les responsables des partis politiques inquiets à la veille des élections de 2020



a

Le parlement burundais réclame un Sommet des pays contributeurs à l’AMISOM



a

Les parlementaires burundais préoccupés par la dette du pays envers l’EAC



a

Huit ONGs étrangères se font réenregistrer pendant la période de prolongation



a

Le président somalien en visite au Burundi





Les plus populaires
Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 11 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 9 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 9 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 9 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 9 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 9 %)

‘’Acteur politique’’, un concept aux limites politiquement flous,(popularité : 9 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 9 %)

Le Conseil des Evêques Catholiques du Burundi appelle encore une fois au dialogue inclusif ,(popularité : 8 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 8 %)