Nickel de Musongati : Le Burundi et BMM se partagent les parts




Par: Désiré Nimubona , lundi 16 juin 2014  à 16 : 11 : 13
a

En moins d’une année, le Burundi Mining Metallurgy (BMM) et le Gouvernement burundais vont commencer l’exploitation du nickel à Musongati, dans la province de Rutana, comme l’a annoncé le Ministre de l’Energie et Mines Côme Manirakiza (voir photo) vendredi dernier.

« Le Gouvernement du Burundi va avoir 15% des parts et le BMM 85% des parts » dans une nouvelle société qui sera créée dans un mois et qui va exploiter le nickel, a annoncé le Ministre Come Manirakiza.

Dans cette nouvelle société mixte (composée par BMM et le Gouvernement), le personnel burundais sera privilégié, selon Côme Manirakiza, qui dit que au sein du Conseil d’Administration 30% seront des burundais.

Au début, des expatriés seront engagés pour conduire les travaux au sein de cette société. Mais avec le temps, ils vont céder la place aux personnels locaux selon le Ministre de tutelle.

« Au fur et à mesure qu’on avancera, il y aura une diminution des travailleurs étrangers pour laisser place aux travailleurs burundais » a dit Manirakiza dans son briefing vendredi dernier.

Dans huit ans, à compter à partir du jour du début des travaux de la société, 80% seront des nationaux.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, un personnel étranger coute énormément cher à l’entreprise avec des honoraires importants, des billets d’avions, etc.

Sur le manque d’expérience dans le domaine de l’exploitation du nickel, les deux parties se sont engagées à former et recycler des jeunes burundais pour qu’à la longue, ils puissent remplacer des expatriés qui, en premier lieu, viendront au Burundi dans le cadre de ces travaux, mais dont les honoraires sont exorbitants.

Le Burundi compte plus de 150 millions de tonnes réserves de nickel à Musongati, dans la province de Rutana, selon Côme Manirakiza, tandis que celui de Waga-Nyabikere dans la province de Karusi possède au moins 90 millions de tonnes de réserves de nickel.

Des investisseurs locaux aussi

Le site de Musongati a été attribué à BMM tandis que celui de Waga-Nyabikere a été attribué à l’Association Internationale de Sport.

Selon Côme Manirakiza, le site de Waga-Nyabikere a été attribué à une ONG qui ne cherche pas assez de profit, contrairement à BMM qui est une organisation commerciale.

Il a souligné que pour le cas du site de Waga-Nyabikere, le Gouvernement a pu avoir 20% de parts, au moment où pour le BMM, il a seulement 15%.

Mais les deux projets ont quand même des points communs, selon toujours Come Manirakiza, Ministre qui a estimé que dans les deux projets, les investisseurs locaux ont aussi leur part.

Dans le projet de Waga-Nyabikere, les investisseurs locaux ont une part de 29% pour faire en tout 49% des parts nationaux, c’est-à-dire ceux du Gouvernement (20%) et des investisseurs locaux (29%).

Pour le cas de BMM, les investisseurs locaux n’ont pas encore manifesté leur volonté de se joindre au projet.

« Nous n’avons pas encore eu des investisseurs locaux, mais ici aussi ils sont les bienvenus » a dit le Ministre, qui a ajouté que les parts du Gouvernement et des investisseurs locaux réunis ne peuvent pas aller au-delà de 49% aussi comme c’est le cas du site Waga-Nyabikere.

« Si les investisseurs locaux ne viennent pas c’est le BMM qui va garder toutes les 85% » a dit Come Manirakiza.

La découverte du nickel au Burundi date des années 70 et se classe parmi les grandes réserves du monde. Le site de Musongati pourrait être exploité pendant 50 ans.

BMM qui a gagné ce marché de la part du Gouvernement burundais est presque une propriété de Kermas Holding, qui détient à lui seul 91% des actions du BMM.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

5785 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Stan Siyomana   ce  mardi 17 juin 2014   à 04 : 37 : 36

Je detecte un manque de transparence :
1. Si nous savions combien de milliards de dollars que ces projets vont couter alors (peut-etre que) tous ces grands pourcentages pour le Gouvernement et les investisseurs locaux auraient un sens.
Franchement, combien de millions de dollars que les investisseurs nationaux peuvent lever pour le secteur minier ?
2. Pendant des decennies, l’un des grands problemes etait le manque d’infrastructures. Les centrales hydroelectriques ne sont pas encore la, le chemin de fer non plus,..
3. Le Burundi n’a meme pas une ecole d’ingenieurs. De ces 80% du personnel qui seront des Burundais d’ici quelques annees, combien de geologues, ingenieurs des mines, metallurgists, autres techniciens pour faire fonctionner une mine de dimension internationale (vue l’etendue des reserves du nickel burundais) ?
Merci.



Par   ce  mardi 17 juin 2014   à 12 : 44 : 54

How can we, Burundians, be so naive and let BMM exploits the nickel for nothing ! 15% Vs 85% are ridiculous !!!!!

Murabe neza ko hatari corruption yihishe inyuma yiyo deal hagati ya Government na BMM.

Murundi
SA



Par Buntubwimana   ce  mardi 17 juin 2014   à 14 : 24 : 29

Et le dossier Andover Resources sur cette mine ? C’est fini ? J’en serai content. C’est dommage que le Burundi traine des marmites chaudes sur sa tete devant les instances internationales après les accords manqués à chaque changement de regime !... au lieu de trouver un compromis ou un jugement equitable pour epargner nos progenitures des dettes que nos predecesseurs ont occasionnées, on les ignore... SVP informez sur les acheminements des anciens accords que le Burundi a eu avec d’autres partenaires, surtout dans le secteurs miniers ! Rappellez-vous de ce qui s’est passé avec Affimet...



Par Rose Hakizimana   ce  mardi 17 juin 2014   à 20 : 43 : 36

Kuva ku Ntwaro ya President Bagaza twumva ko Igihugu cacu kifise Itunga ryinshi,kandi kurico gihe warabona ko ibintu
biriko biraza neza. Ahavuye vyose bica biraryama.Uu naho abo
bari ku butegetsi ico baduhayira ngo bavuye mw ishamba ukamengo nuwabarungitse canke ukamengo n itunga bazanye,
Boshaka ko Uburundi buterimbere boreka iryo tunga rigasangigwa nabose ,Ivyo bizoshoboka habonetse Intwaro ikunda abanyagihugu ikaha abarundi amahoro,Intwaro yemera
kuhanugwa,izoba yemera democratie,kandi ikakorera ku mugaragaro mu gutanga iryo soko rya Nickel ,n ubundi butunzi
bw Igihugu



Par Rose Hakizimana   ce  mardi 17 juin 2014   à 21 : 07 : 23

Ndagarutse kuko ntibishoboka ko iyo societe yoronka 85/100
Uburundi nyene Nickel ngo buronke 15/100 gusa .Bopfuma banganya 50/100 abandi 50/100.Nihabe umugwi wiga iyo dossier
kandi ube ugizwe cane cane n abahinga nka ba Ingeniers ,des
Economistes,des Juristes kandi babe abantu bakunda Igihugu, kugira ibizokogwa bizobe ibikiza abarundi bose
Ndabajije iyo societe BMM niyahe ,muraraba neza ntibe nkimwe
yagura Ikivuko ca Bujumbura



Par Stan Siyomana   ce  mercredi 18 juin 2014   à 10 : 25 : 28

@ Ce mardi 17 juin 2014 a 12:44:54 ("15% vs 85% are ridiculous...") ;
@Rose Hakizimana ce mardi 17 juin 2014 a 20:43:36 (" Uburundi nyene nickel ngo buronke 15/100...").
1. L’industrie miniere est a hauts risques (financiers)/highly risky business et demande beaucoup de capitaux/capital-intensive.
2. L’Etat burundais peut meme avoir une mine a 100%, s’il est pret a mettre la main a la poche. Le modele chilien (avec son Corporacion del cobre- CODELCO (=compagnie nationale pour le cuivre) est le mieux reussi.
(Voir : "Mining in Chile", www.wikipedia.org).
3. Le Burundi ne peut pas imposer sa propre loi dans ce secteur minier ou il ne fait qu’entrer. Aujourd’hui ces pays qui n’ont pas leurs propres capitaux pour investir dans l’exploitation de leurs ressources minieres NE PEUVENT QUE SE CONTENTE D’UNE PARTICIPATION GRATUITE DE 10-15%/Free carry investment. Les codes miniers du Burundi, RD Congo, Tanzanie, Kenya prevoient cette participation gratuite.
4. Article 63 : L’octroi d’un permis d’exploitation industrielle donne lieu a l’attribution a l’Etat d’au moins dix pour cent (10%) des parts ou actions d’apport de la societe d’exploitation.
La participation de l’Etat ne peut connaitre de dilution en cas d’augmentation de capital social.
(Voir Loi No.1/21 du 15 octobre 2013 portant Code minier du Burundi), www.presidence.bi).
5. Il faut ajouter aussi que les companies minieres creent de l’emploi et sont supposes payer toute une series de taxes.
Merci.



Par Stan Siyomana   ce  mercredi 18 juin 2014   à 20 : 19 : 42

@Ce mardi 17 juin 2014 a 12:44:54
@Rose Hakizimana ce mardi 17 juin 2014 a 20:43:36
L’EXEMPLE DE LA ZAMBIE
1. La Zambie etait le 6e producteur mondial du cuivre en 2011, et comptait produire 808.000 tonnes de cuivre en 2013.
2. KPMG est un reseau mondial (siege social a Amsterdam, Hollande) de prestations de services d’audit, fiscaux et de conseil.
(Voir "KPMG", www.wikipedia.org).
3. Le rapport de 2013 (par KPMG) sur l’industrie miniere de la Zambie donne une idee sur bien de sujets, dont :
- les risques associes a l’industrie miniere (a la page 3) ;
- le classement selon Fraser Institute de Toronto, Canada (a la page 6) ;
- les differentes taxes (a la page 11) ;
- le cycle de vie d’une mine/Mining asset life cycle (a la page 31).
(Voir KPMG : "Zambia country mining guide 2013", www.kpmg.com).
Merci.



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 21 juin 2014   à 16 : 15 : 51

MERCI BEAUCOUP MONSIEUR SIYOMANA STANY,KUKO UMPAYE INYISHU
KANDI WAGIZENEZA KUNSIGURIRA,ARIKO NAGIRA NUBU NYENE NDAKUBAZE,MBEGA UBURUNDI NTIBUSHOBORA KUGIRA CONTRAT NI GUHUGU KITEYE IMBERE NKA ENGLETAIRE,CANADA,AMERIKA,CHINE,
CANKE COMMISSION EUROPEENNE,KUGIRANGO MU MASEZERANO BAZOBA BAGIZE BUMVIKANE IBINTU BAZOKORA MU KUTEZ IMBERE IGIHUGU NK AMABARABARA ,NKUKURONSA AKAZI ABARUNDI MURIVYO BIKOGWA,KANDI ARI IBIHUGU BIGIRANIYE AMASEZERANO VYOBA VYIZA KURUTA KWUMVIKANA N AMASHIRAHAMWE,IKINDI NUKWO HOBA UKUGISHWA INAMA YA BASERUKIRA ABANDI,KANDI IYO DOSSIER IKIGWA NA BAHINGA, GUTYO AMAKENGA AHERE KANDI UBURUNDI BUKIRE GUSEGA



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 21 juin 2014   à 16 : 16 : 42

MERCI BEAUCOUP MONSIEUR SIYOMANA STANY,KUKO UMPAYE INYISHU
KANDI WAGIZENEZA KUNSIGURIRA,ARIKO NAGIRA NUBU NYENE NDAKUBAZE,MBEGA UBURUNDI NTIBUSHOBORA KUGIRA CONTRAT NI GUHUGU KITEYE IMBERE NKA ENGLETAIRE,CANADA,AMERIKA,CHINE,
CANKE COMMISSION EUROPEENNE,KUGIRANGO MU MASEZERANO BAZOBA BAGIZE BUMVIKANE IBINTU BAZOKORA MU KUTEZ IMBERE IGIHUGU NK AMABARABARA ,NKUKURONSA AKAZI ABARUNDI MURIVYO BIKOGWA,KANDI ARI IBIHUGU BIGIRANIYE AMASEZERANO VYOBA VYIZA KURUTA KWUMVIKANA N AMASHIRAHAMWE,IKINDI NUKWO HOBA UKUGISHWA INAMA YA BASERUKIRA ABANDI,KANDI IYO DOSSIER IKIGWA NA BAHINGA, GUTYO AMAKENGA AHERE KANDI UBURUNDI BUKIRE GUSEGA



Par jean   ce  dimanche 22 juin 2014   à 18 : 32 : 36

S´il y´a un ministre qui ne dit pas la vérité, c´est bien lui.C´est de la pure propagande mensongère.

Je le défis s´il va oser ouvrir les dossier miniers et les dossiers d´énergie.

On parle d´ONG,dans l´exploitation minière, c´est quoi cela ? Il dit qu´on a réussi à avoir 20% et 15%, est ce un exploit ? Et si les burundais voulaient 49% d´actions ? Les burundais sont devenus aveugles. Ils se laissent roulés comme des naifs.

Que ce gouvernement ouvre les dossiers au public et qu´il présente les réalisations de ces sociétés. Qu´il dise comment ces exploitations se feront. Y´aura-t´-il semi-transformation ?



Par Pierre Nd.   ce  dimanche 22 juin 2014   à 18 : 46 : 20

Amusez-vous à consulter ces Sociétés sur Google. Pourquoi on a pas continué avec les suèdois ?

Ils ont refusé de donner les pôts de vin.



Par Rose Hakizimana   ce  mardi 1er juillet 2014   à 19 : 22 : 43

MBEGA NONE URUHARA RW ABANYAGIHUIGU NURUHE ,MBEGA KO NTABONA ICO OPPOSITION ,SOCIETE CIVILE ,BABIVUGAKO, NONE ABARUNDI TURAKENYEYE TUNUME GUSHIKA RYARI,MBEGA KO TUFISE INCABWENGE NYISHI ,BOBA BARAGISHIJWE INAMA ,KUGIRA NABO BATANGE IVYIYUMVIRO,MBEGA KO TUFISE ABA JEUNNES BENSHI BAHEJEJE KAMINUZA BICAYE NGAHO ATAKAZI BAFISE,HATEGEKANIJWE IKI CO BAKURA MURIBWO BUSHOMERI KURI IYO DOSIER, UMWE WESE KUCO YIZE JEWE NIBAZA KO IYO DOSSIER YOTEGUGWA NEZA,MBERE RIKABA ITEGEKO RIZOCA MU NAMANSHINGAMATEKA,ABANTU BENSHI BAKATANGA IVYIYUMVIRO,NI NKA BIRYA NUMVISE VYEREKEYE UBURIMBI KU MBIBE ZIGIHUGU,BOBANZA KUBAZA NEZA



Par bahamaso   ce  vendredi 16 janvier 2015   à 02 : 07 : 09

Notre cheer Pattie a bcq recu des dons et aides depuis la colonization , nous devons aider Les Europeans et monde entire.!!!! Nouvelle former DE cooperation egale exploitation !!!!! Avec 85%, nos anceitres ne pourront NE pardonner , ooooooh, quelled gratitude ??????? A quoi serviront les 15% pour une douzaines des millions DE nos compatriotes !!!!!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Abamenyeshamakuru ba Radio Isanganiro bibuka ukwezi guheze iradiyo yabo ituriwe



a

Un mois après : les journalistes se souviennent de la destruction dIsanganiro



a

Radio Isanganiro démolie : ce n’est pas une fermeture mais une démolition



a

Les putschistes annoncent leur échec



a

La CENI va vers des difficultés financières



a

Deuxième semaine : Les manifestations regagnent l’intérieur du Burundi



a

CNDD-FDD : Une candidature de mauvais augure



a

Campagne mardi noir par l’UB empêchée aux environs du pont Muha



a

Des refugiés burundais au Rwanda et en Ouganda



a

Autre probable cause de la parlaysie des activités à l’A.N





Les plus populaires
Dix sept hauts cadres du Cndd-fdd signent contre le 3ème mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 15 %)

Une route baptisée Pierre Nkurunziza, une autre Denise Bucumi-Nkurunziza,…. ,(popularité : 12 %)

Pierre Nkurunziza sera désormais « commandant du soldat de la Paix »,(popularité : 10 %)

La sécurité à Cibitoke restaurée,(popularité : 10 %)

Un mois après : les journalistes se souviennent de la destruction dIsanganiro,(popularité : 10 %)

Les Burundais se rappellent des morts de 1972,(popularité : 10 %)

L’ Accord d’Arusha est la genèse de la paix, dixit les confessions religieuses ,(popularité : 10 %)

Le 3ème mandat : sa vie en danger, analyse du SNR ,(popularité : 10 %)

Burundi : Le Gouvernement fâché contre le rapport d’Amnesty Internationale ,(popularité : 9 %)

Nickel de Musongati : Le Burundi et BMM se partagent les parts,(popularité : 7 %)