Les semences sélectionnées sont un défi pour le Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 19 juin 2014  à 08 : 52 : 03
a

Au troisième jour des états généraux de l’agriculture et de l’élevage, les débats ont tourné autour du manque d’intrants agricoles et de semences sélectionnées en vue d’accroitre le rendement agricole au Burundi.

La plupart de cultivateurs ont souligné que le paysan sur la colline ne parvient pas à avoir des semences de qualité en raison de la faible quantité mise d’une part à la disponibilité des collines et du faible traitement salarial réservé à un agronome sur la colline.

Mensuellement, il a droit à 30 milles francs, soit moins de 20 dollars. Pour pallier à ces conditions de vie précaires, certains mettent en vente les semences sélectionnées qui ont été mises à leur disposition au profit de la population pour leurs propres intérêts.

« Soyons logique comment un agronome peut aller conserver les semences au niveau des directions provinciales pour l’agriculture et l’élevage au moment il n’a rien à mettre sous la dent. C’est pourquoi ils sont acculés à les vendre », a-t-il souligné.

Le nombre d’agronomes est aussi insuffisant sur le territoire national, selon encore une fois ces participants.

L’une des solutions pour eux est l’augmentation du salaire mensuel pour ces hommes et femmes œuvrant dans ce domaine sur les collines du pays.

Pour pallier la rareté des semences sur l’échiquier national, ces participants proposent la création d’un forum national des cultivateurs qui se chargeraient de multiplier les semences.

Dans l’entre temps le directeur général de l’agriculture Ir Salvator Sindayihebura qualifie de mensonge les reproches faites contre ces hommes et femmes agronomes. Il a indiqué qu’avant de distribuer ces semences, les directions provinciales mettent à la disposition de chaque agronome un nombre de kilos de semences bien connus.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

77 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout



a

Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 53 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 21 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 18 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 14 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Floresta - Burundi : Une ONG pour mieux éduquer la population à lutter contre la faim ,(popularité : 3 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard,(popularité : 3 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 3 %)