Les semences sélectionnées sont un défi pour le Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 19 juin 2014  à 08 : 52 : 03
a

Au troisième jour des états généraux de l’agriculture et de l’élevage, les débats ont tourné autour du manque d’intrants agricoles et de semences sélectionnées en vue d’accroitre le rendement agricole au Burundi.

La plupart de cultivateurs ont souligné que le paysan sur la colline ne parvient pas à avoir des semences de qualité en raison de la faible quantité mise d’une part à la disponibilité des collines et du faible traitement salarial réservé à un agronome sur la colline.

Mensuellement, il a droit à 30 milles francs, soit moins de 20 dollars. Pour pallier à ces conditions de vie précaires, certains mettent en vente les semences sélectionnées qui ont été mises à leur disposition au profit de la population pour leurs propres intérêts.

« Soyons logique comment un agronome peut aller conserver les semences au niveau des directions provinciales pour l’agriculture et l’élevage au moment il n’a rien à mettre sous la dent. C’est pourquoi ils sont acculés à les vendre », a-t-il souligné.

Le nombre d’agronomes est aussi insuffisant sur le territoire national, selon encore une fois ces participants.

L’une des solutions pour eux est l’augmentation du salaire mensuel pour ces hommes et femmes œuvrant dans ce domaine sur les collines du pays.

Pour pallier la rareté des semences sur l’échiquier national, ces participants proposent la création d’un forum national des cultivateurs qui se chargeraient de multiplier les semences.

Dans l’entre temps le directeur général de l’agriculture Ir Salvator Sindayihebura qualifie de mensonge les reproches faites contre ces hommes et femmes agronomes. Il a indiqué qu’avant de distribuer ces semences, les directions provinciales mettent à la disposition de chaque agronome un nombre de kilos de semences bien connus.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

106 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 20 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 12 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 10 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 10 %)

Rumonge : Les personnes vivant avec le VIH/SIDA en difficultés,(popularité : 9 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 9 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 9 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 9 %)

Société : Anniversaire de la Radio Isanganiro, un ouf de soulagement aux familles de Cashi,(popularité : 9 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 9 %)