Lacs du nord : La population obligée de laisser le lac respirer un peu




Par: , vendredi 20 juin 2014  à 12 : 08 : 26
a

La population qui avait des terres sur le bassin versant de ce lac du nord situé dans la région naturelle du Bugesera doit céder au lac ce qui est au lac, rien de plus. C’est dans l’objectif de faire respecter le nouveau code de l’eau du Burundi.

Ce code prévoit en effet qu’aucune activité, de construction, champêtre ou autre, n’est permise sur une largeur d’au moins 50 mètres autour des lacs de l’intérieur, ou près des rivières. Le programme WACDEP (entendez ici l’appellation en anglais : water, climate and development programme) œuvrant pour la sécurité en eau et la résilience au changement climatique, est en train d’appuyer l’Etat burundais dans la mise en application de ce nouveau code, sur deux collines de la commune Bugabira : Kigina et Gaturanda.

Certains habitants desdites collines trouvent la loi contraignante, simplement.
« Près du lac, c’est là où on pouvait cultiver et récolter, de par la fertilité et la résistance au soleil de ce lieu », indique une femme rencontrée sur place.

Elle n’est pas la seule à penser aux champs de bananiers dont les propriétaires n’ont plus le droit d’entretenir, puisque ces plantes doivent céder place cette fois aux arbres forestiers et fruitiers qui émergent peu à peu, ayant été plantés en début d’année en cours par WACDEP-Burundi. Sur une largeur de 50 mètres comme le prévoit la loi.

« Cohoha doit être protégé et regagner son espace », lance Christophe Gahungu, coordinateur national du programme, qui ajoute que la population n’a même pas le droit d’être indemnisée sur les terres cédées.

« C’est elle plutôt qui devrait indemniser le lac de ses eaux et de l’espace perdus suite à l’action de l’homme. Mais le lac est tout de même clément, doux, généreux, amoureux, … offrant le pardon à ceux qui l’ont offensé, mais qui se rachètent finalement des péchés commis à son égard », dit le numéro un de WACDEP-Burundi, qui précise qu’une cohabitation loyale entre Cohoha et l’être humain est des plus souhaitées. Objectif même de l’organisation.

Mais ces habitants ne sont pas abandonnés à eux-mêmes, à entendre M. Christophe Gahungu, de même que Jean-Paul Hakizimana, conseiller technique chargé du développement en commune Bugabira.

Des activités génératrices de revenus sont prévues à leur intention pour les accompagner dans la mise en application effective de ce programme. Christophe cite notamment le projet d’adductions d’eau potable sur les deux collines ; l’instauration d’un système de collecte d’eau des pluies qui aideront à arroser les champs (surtout que la région figure parmi celles qui connaissent prématurément la saison sèche), et d’autres projets encore.

Autour des éleveurs de bétails, on prévoit la mise en place de quelques systèmes de biogaz afin d’avoir du fumier. « Tous ces projets demandent la participation physique des habitants qui seront payés, bien que cela aille de leur intérêt », renchérit-il.

Une tache de sensibilisation revient donc à l’administration de ces gens qui doivent être regroupés en associations pour profiter de ce vaste programme. Kigina et Gaturanda sont deux collines pilotes parmi celles surplombant le lac Cohoha, et sur lesquelles le programme WACDEP compte appliquer le nouveau code burundais de l’eau.

Cinquante mètres doivent être cédés à partir du littoral pour être remplacés par les arbres forestiers sur les premiers trente mètres, et fruitiers sur les vingt derniers mètres. Le tout s’étend sur une longueur de 26 kilomètres.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

422 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  vendredi 20 juin 2014   à 18 : 29 : 09

JE SUIS NATIF DE LA REGION DE kIRUNDO. Chaque fois que je m’y rends pendant mes vacances, je verse des larmes. Quand j’allais à l’Ecole pendant la saison pluvieuse, il y avait des endroits où le lac coupait la route actuellement macadamisée et qui mene vers le Rwanda. On devait presque nager.... Aujourd’hui, on voit l’eau du lac à près de 2 km de la route, tellement le lac est parti. Partout des plantations, l’homme a déjà chassé le lac Cohoha. C’est triste



Par Rose Hakizimana   ce  samedi 21 juin 2014   à 16 : 47 : 23

IVYO VYOSE BIKURIKIJE AMATEGEKO INTWARO IKAYUBAHIRIZA NTA MUNYAGIHUGU YOYARENGAKO, ICO UMUNYAGIHUGU AKENEYE NUMWEREKA
ITEGEKO KANDI AKAMWUBAHIRIZA MU BIWE NO VYIWE,NTA NARIMWE
UMUNYAGIHUGU YIGENZA UKWO ASHAKA IYO HARI UBUTEGETSI BWIZA
UBUTEGETSI LERO ATACO BUBAMARIYE NTACO BUSHOBORA KUBASABA
NKASABA IYO ONG KO IMBERE YO KUFATA INGINGO IRABA ABANYAGIHUGU
KO BOBANZA KUKORANA NABO BATEGETSI MU KUFATA INGINGO ZOTEZA
IMBERE IGIHUGU NKO KWIMURIRA ABANTU MU BIGWATI,NUGUSHIRA ABAGOLONOME MU MACOMUNE BIGISHA ABANTU KURIMA KIJAMBERE GUTYO
ABANTU BAZOKORA BISUNZE INTUMBERE BAHAWE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article