Il est interdit de soutenir Mbonimpa, selon HRW




Par: Désiré Nimubona , vendredi 20 juin 2014  à 18 : 56 : 18
a

L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) se montre inquiète par le refus, des les autorités burundaises, d’autoriser une marche de soutien à l’activiste Pierre Claver Mbonimpa détenue depuis le 16 mai 2014.

« Non content d’emprisonner le défenseur le plus imminent des droits humains du Burundi, Pierre Claver Mbonimpa, le gouvernement a interdit à ses collègues d’organiser une manifestation pacifique pour réclamer sa libération, selon un communiqué transmis par cette organisation américaine des droits de l’homme aujourd’hui.

Human Rights Watch qualifie Pierre Claver Mbonimpa comme un militant pas comme les autres, dans ce communiqué et dit qu’il « a été accusé d’atteinte à la sûreté de l’État, maintenu en détention depuis plus d’un mois, mais il ne connaît toujours pas la date de son procès ».

Selon HRW, les campagnes pour sa libération sont nombreuses et différemment conduites, mais déplore que le gouvernement a fermé ses oreilles.

« Les organisations de la société civile ont fait campagne sans relâche pour sa libération. Au cours des dernières semaines, les radios et les médias sociaux ont été inondés de messages de solidarité » lit-on dans ce communiqué.

Il ajoute que même « des pétitions demandant sa libération circulent dans tout le Burundi. Et chaque vendredi a été déclaré « Vendredi vert », les organisateurs de la campagne demandant aux Burundais d’arborer du vert, couleur des uniformes portés dans les prisons du pays, pour exprimer leur soutien à Pierre Claver Mbonimpa ».

Le gouvernement a ignoré ces appels, allant au contraire encore plus loin la semaine dernière. En effet, lorsque les organisations de la société civile ont informé les autorités qu’elles préparaient une manifestation pacifique en soutien à Pierre Claver Mbonimpa, le maire de Bujumbura l’a interdite, déclarant que cette manifestation « ne peut être acceptée puisqu’elle a un caractère insurrectionnel » et que personne n’a le droit d’influencer la justice, déplore HRW

Les militants pour la libération de Mbonimpa ont même fait appel de cette décision auprès du ministre de l’Intérieur, mais ce dernier a également refusé, arguant que ces organisations de la société civile devraient laisser la justice faire son travail « au lieu de distraire le public. »

HRW compte lui aussi se joindre aux autres pour porter le vert chaque vendredi, pour demander la libération de Pierre Claver Mbonimpa, en prison depuis le 16 mai 2014.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

190 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par mwenegihugu   ce  vendredi 20 juin 2014   à 20 : 18 : 15

1- Ico kwigutirwa mu Burundi si ukuja muma-barabara ngo abantu bagiye gushigikira Mbonimpa. Mbega uwurimyw ubunebwe n’imigumuko yokwimbura iki ?
2- Ah’ubwo hamagarira abarundi kuja ku-kivi ! Kure amaboko mu mpuzu ; rwize ibikorwa kurusha amajambo.
3- Abenegihugu bahanzwe n’inzara n’ubukene : bagarukireko, mubereke ivyo/uko bokora kugira ngo biteze imbere.
4- Naho kugerageza kubayovyo canke guhungabanya umutekano aribwo butunzi nyamukuru bifitiye, ntibazobemerera. Ayo mashirahamwe ni bimwe nkunze kugereranya n’imbwa zambaye urushato rw’intama. Abenegihugu lero ubu barabahinyuye, igisaka c’imbwa....



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 60 %)

Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 7 %)

HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète ,(popularité : 7 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 6 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 5 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 5 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 5 %)

Un remous autour des cas d’exécutions extrajudiciaires,(popularité : 5 %)

Peu de pays reconnaissent à leurs citoyens le droit de faire recours à la cours africaine,(popularité : 5 %)

Certes le spot va cesser, et la libération de Ruvakuki ?,(popularité : 5 %)