2015 : la décision de la CENI sera importante




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 22 juin 2014  à 17 : 19 : 29
a

Le professeur belge Vandeginste a publié encore une fois étude sur le probable mandat de Pierre Nkurunziza. Cette fois son analyse semble mitigée quant au troisième mandat qui serait envisagé par le numéro un burundais en 2015.

Dans cette analyse en effet le professeur donne des points de vue à propos des récents développements dans cette affaire qui a défrayée la chronique des médias ces derniers jours.

Selon lui si comme il le dit le président de la république la Commission Electorale Nationale Indépendante serait amené à refuser la candidature de Pierre Nkurunziza qui aura huit jours pour soumettre sa réclamation auprès des instances habilitées. Par ailleurs, lorsque la CENI l’acceptera sans autres critiques éventuelles, la cour constitutionnelle cautionnera la décision de la CENI.

« Nulle part dans la constitution , dans le code électoral ou dans la loi régissant la cour constitutionnelle, il n’est prévu que la cour doive confirmer une candidature une candidature déclarée par la CENI » a-t-il souligné dans ce documents.

Il précise en même temps que le principe de la limitation du nombre de mandat n’a aucun impact sur l’évaluation de la recevabilité de l’éventuelle candidature de Pierre Nkurunziza aux élections présidentielles de 2015 par la CENI.

Ce professeur dit ainsi au moment où les partis politiques regroupés au sein de l’Alliance Démocratique pour le Changement ont déjà indiqué que le retour de Pierre Nkurunziza dans les présidentielles de 2015 sera synonyme de coup d’Etat.

Ces partis parlent de violations de la constitution, des accords de paix pour la Réconciliation du peuple Burundais hérités d’Arusha et bien d’autres. Le président de la république de sa part a indiqué qu’il a attend l’avis de son parti politique d’origine.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

5094 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par mugenzi   ce  dimanche 22 juin 2014   à 18 : 50 : 29

Il s’agit d’un document flou qui sème l’amalgame.
Il ne dit rien sur les accords d’arusha.
Certains article de la constitution sont malerprêtés.
Je ne sais pas si il a fait par omission ou par malhonnêteté intellectuelle.
A moins que ca soit une expertise commenditée et payée par Nkurunziza



Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 22 juin 2014   à 20 : 40 : 34

NAGIRA MBAZE UWO MU PROFFESSEUR UMAZE KURENGA KU MASEZERANO
KU MATEGEKO AGENGA IGIHUGU NKA MASEZERANO YI HARUSHA NKI BWIRIZWA NSHINGIRO NA CODE ELECTOPRAL .IVYO VYOSE BIKABA ATANAHAMWE HEMERA MENDAT IGIRA GATATU,YOTUBWIRA KO BITANYE N UKUGIRA COUT D ETAT CANKE KWIBA AMATORA
IKINDI NACO KUVA NKURUNZIZA AGIYE KU BUTEGETSI IGIHUGU CASUBIYE INYUMA INCURO 300/100 IGIHUGU CATWAWE NK ABANA BI
MFUVYI BATAGIRE IYO BAJA NIYO BAVA ,MBEGA WUMVA ICO GIHANO
COBA GIHAWE ABARUNDI NINDE YOCEMERA.ABAHINGA NIBAMUHE BILLAT
YAHO IGIHUGU GITEYE KUVA AGIYE KU BUTEGETSI.AHEZE AREKE KWIBOHERA KU KAZI ATASHOBOYE



Par   ce  dimanche 22 juin 2014   à 22 : 37 : 47

Est ce que sommes nous encore et toujour de la colonie belgique ? pourqoui continuer de s’ingerer dans des affaire d’un pays independent ? la maladie chronique semee de division ethinique HUTU TUTSI n’est pas suffisante ? babonye amoko tugiye kuyarengana none reka binyegeze inyuma y’amamanda BARUNDI MURIBUKA WA MUGANI NGO NDAGUKUNDA NKAKWANKIRA UMWANA

KANDI UWUKUNZE UMWANA GUSUMBA NYINA ABASHAKA KUMURYA !!!

mbega ko mu 93 batagiriy’ inama abishe NDADAYE ko ingaruka ihonya bwoko ryakurikiye uruphu rwa NDADAYE suko bari bazi ibizoba maze bakaronka akaryo ko gukoroneza kandi ...

kubwanje hako mba mugikoroni nokwemera mandant ya gatatu

BARUNDI NI MWIGIRE KURI LIBYA uko ibintu vyari bimeze kuri KADAFFI n’uko ubuzima bumeze inyuma ya kadaffi...



Par   ce  lundi 23 juin 2014   à 01 : 28 : 13

La limitation du nombre de mandants présidentiels n’est pas une coquille vide parce que la constitution burundaise fait référence à l’accord d’ARASHA de 2000 comme mentionné dans cette loi fondamentale et je cite : « RÉAFFIRMANT NOTRE FOI DANS L’IDÉAL DE PAIX, DE RÉCONCILIATION ET D’UNITÉ NATIONALE À L’ACCORD D’ARUSHA POUR LA PAIX ET LA RÉCONCILIATION AU BURUNDI DU 28 AOÛT 2000 ET AUX ACCORDS DE CESSEZ –LE-FEU ».

Or, selon cet accord d’ARUSHA, le nombre de mandats présidentiels est de deux et je cite : « LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EST ÉLU POUR UN MANDAT DE CINQ ANS RENOUVELABLE UNE SEULE FOIS. NUL NE PEUT EXERCER PLUS DE DEUX MANDATS PRÉSIDENTIELS ».
Une autre chose, nous devons cesser de confondre la façon dont les élections ont été organisées et les mandats. D’après l’article 103 de la Constitution et je cite : « LE MANDAT DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉBUTE LE JOUR DE SA PRESTATION DE SERMENT ET PREND FIN À L’ÉNTRÉE DE SON SUCCESSEUR ». Or, le Président Pierre NKURUNZIZA est dans son deuxième mandat, situation que personne ne peut contester.
Notons également que le parti CNDD-FDD, la cour constitutionnelle et la CENI n’ont rien à changer sur la loi fondamentale parce que même l’Assemblée Nationale a échoué.
En plus de cela, le parti CNDD-FDD est dirigé directement par le Président de la République (Président des Sages du parti CNDD-FDD) et personne ne peut le contredire dans ses propositions et décisions. La cour constitutionnelle a été aménagée pour cette cause de sorte qu’elle ne peut pas contredire non plus la proposition du Président de la République. La CENI est conduite par un Président contesté par l’opposition suite aux vols qui ont eu lieu en 2010. Il ne devrait pas être là au vu et au su de tout ce qui s’est passé aux cours des élections de 2010. Il a été reconduit par le Président de la République pour les services rendus.
En conclusion, la reconduction de la candidature du Président NKURUNZIZA Pierre aux élections de 2015 repose sur lui-même et non sur ses 3 services qui n`ont rien à décider sur la question en cause, comme mentionné ci-dessus.
Je soutiens donc totalement le point de vue de l’ADC-IKIBIRI qui dit que le retour du Président Nkurunziza Pierre dans les présidentielles de 2015 sera synonyme d’un coup d’état qui contredit la décision de l’Assemblée Nationale qui a maintenu la Constitution de 2005 qui reconnait l’Accord d’Arusha.
Je demanderais donc Mr Stef Vandeginste d’éviter de poser de fausses questions ainsi que d’appuyer un coup d’état constitutionnel que le pouvoir actuel ait dans ses projets. Wait and see.



Par Gahanga   ce  lundi 23 juin 2014   à 03 : 25 : 43

I doubt if there is anything independent in Burundi anymore. I have lost any confidence and partiality in our judicial system. Look who gets persecuted or gets jailed ... only those who dares to speak against the power in place or those who put to light Nkurunziza shortcomings or incompetence. Everything is pretty much predictable these days when it comes to court system. We all know and aware our poor judges are remotely controlled to uphold the power in place will, to assist in suppressing the opposition matter fact they are nominated and appointed by those same DD. .... biensur la cour de Peter Nkurunziza va l’approuver ...



Par citoyen   ce  lundi 23 juin 2014   à 10 : 23 : 18

Le professeur belge ! pourquoi lui ?
Parole d’évangile ? Au lieu que les politiques s’attèlent aux stratégies de mobilisation de leur électorat,ils s’acharnent contre des éléments qui peuvent constituer des distracteurs !
A bon entendeur,salut !



Par Uwarugwanye   ce  lundi 23 juin 2014   à 16 : 47 : 38

Notre professeur belge devrait cesser de poignarder le peuple burundais dans le dos. Il nous entraîne dans une rhétorique inutile. Nkurunziza et son règne aura été une calamité pour notre pays. Si cela fait plaisir aux Belges, je regrette bcps. Ce qui est sûr et certain, notre constitution est très claire sur la question des mandats. On ne doit pas être constitutionnaliste pour le savoir.

Et Nkurunziza aura fait un coup d’état s’il ose forcer un 3è mandat en 2015. Gare à Pierre Claver Ndayicariye de la CENI. Je demande aux autres candidats de poursuivre leurs préparatifs, en organisant leurs troupes sur terrain, plutôt que de se laisser distraire par des spéculateurs sans vision.



Par Nziko   ce  lundi 23 juin 2014   à 19 : 26 : 35

Ne vous tracassez pas la tête, le chercheur Stef Vandeginste est d’accord avec l’ADC-Ikibiri que la constitution et l’accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi n’autorisent pas l’actuel président de la République Mr Pierre Nkurunziza à briguer un troisième mandat. La grande question que le chercheur belge se pose aujourd’hui est de savoir qui va l’en empêche ? La CENI, la Cour Constitutionnelle, les partis politiques d’opposition ou la communauté internationale ? Qui a la force entre la LOI et la CENI de valider une candidature ? Les articles 96, 302, 103, 7 et 8 de la constitution de 2005 et l’article 7, alinéa 3 du protocole II, chapitre I de l’Accord d’Arusha seront-ils respectés par la CENI avant de valider chaque candidature à la présidence ? Dans le cas contraire quel comportement affichera l’opposition en tête de laquelle l’ADC-Ikibiri ? Quelle est l’attitude que prendra la communauté internationale ? Quel est le rôle de la Cour constitutionnelle dans un contexte de non respect de la constitution et de l’Accord d’Arusha par la CENI ? Voilà quelques grandes questions que le Chercheur belge Stef Vandeginste se pose et pose la classe politique burundaise ?



Par   ce  lundi 23 juin 2014   à 22 : 21 : 11

Mr ou Mme Nziko,
Voici une des réponses à votre question : « DANS LE CAS CONTRAIRE, QUEL COMPORTEMENT AFFICHERA L’OPPOSITION EN TÊTE L’ADC-IKIBIRI ? ».
L’UPD (aile Mugwengezo) : "Pierre Nkurunziza n’a pas encore cédé sur le 3ème mandat"
(Source : Iwacu Burundi)
Le 19 juin 14
Chauvineau Mugwengezo estime que de façon démasquée, le pouvoir Nkurunziza serait en train de monter un autre plan pour briguer le 3ème mandat. Il prend pour témoin la CENI. Cependant, celle-ci signale n’avoir reçu qu’une seule candidature de M. Nkurunziza.
"Avec le soutien de toutes les forces vives de la nation, nous allons nous lever comme un seul homme pour empêcher Pierre Nkurunziza de se présenter aux élections de 2015", lance Chauvineau Mugwengezo, se réclamant président du parti UPD-Zigamibanga. Il y a peu, poursuit-il, le président burundais donnait l’impression d’avoir renoncé à son troisième mandat. Pourtant, M. Mugwengezo constate que malgré toutes les pressions sur l’échiquier national et international, Pierre Nkurunziza ne veut pas lâcher comme en témoignent ses récentes déclarations sur les médias étrangers lors de sa dernière visite en France.
Les manœuvres de M. Nkurunziza, indique M. Mugwengezo, traduisent une volonté délibérée de se maintenir au pouvoir afin de couvrir tous les crimes politiques et économiques commis par l’oligarchie actuellement aux affaires.
Entre mandat et candidature
D’après lui, ce n’est pas gratuit si Pierre Nkurunziza implore en plus de son parti, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et la Cour constitutionnelle : "Il sait très bien que ces deux organes sont inféodés à son parti, le Cndd-Fdd". Et de mettre la CENI devant ses responsabilités : "Devant cette cacophonie politique, la CENI doit préserver le pays d’une situation chaotique éventuelle". En cas de recevabilité de la candidature de M. Nkurunziza, avertit Chauvineau Mugwengezo, elle sera illégale et irrégulière étant donné que la CENI a déjà reçu ses deux candidatures en 2005 et 2010.
Quant à la Cour constitutionnelle, celui qui se réclame président de l’UPD n’y va pas par quatre chemins : "Pierre Nkurunziza a déjà prêté deux serments en tant que président de la République devant cette Cour".
Contacté, Prosper Ntahorwamiye, chargé de la communication et de l’éducation civique à la CENI, est sans équivoque : "Au-delà de toute spéculation politicienne, la CENI a déjà reçu une seule candidature du président Nkurunziza, celle de 2010". Ce dernier rappelle qu’en 2005 Pierre Nkurunziza a été élu par ses paires parlementaires.
Et Chauvineau Mugwengezo de brandir l’article 103 de la Constitution : "Le mandat du président de la République débute le jour de sa prestation de serment et prend fin à l’entrée en fonction de son successeur".



Par   ce  mardi 24 juin 2014   à 03 : 24 : 46

555 visiteurs seulement MU BURUNDI nta kamaro ko gukoresha ubuhinga bwa none bashaka ko inkuru ishika hose bakoreshe MUNWA pe !!!



Par Rose Hakizimana   ce  mardi 24 juin 2014   à 18 : 07 : 15

NANJE NDABAJIJE UWO MUBILIGI ABIBAZA NGO ABIKORESHE IKI ,ASHAKA KUBIMENYA NABAZE UKWO IGIHUGU KIMEZE UBU AHEZE AGIRE CONLUSION MURAYO MA RECHERCHE YIWE, CANKE AGIRE SONDAGE MU BARI MU BUTEGETSI CANKE MURI OPPOSITION,MUGABO NTATUZANIRE UBUNDI BU COLONI, ICO NOHANURA PRESIDENT NKURUNZIZA NUKWO YORUNGIKA ABANTU BATANDUKANYE KUBAZA INGENE INTWARO YIWE IMEZE, KUGIRA AMENYE UKURI GUTYO NTAGWE MU RUDUBI MU KWITOZA KANDI AMENYE KO NIYARENGA KU MPANURO AHABWA ,NIBAZA KO ABARUNDI BATAZOSUBIRA KWEMERA AMAGOGWA BABONYE KURIYI NTWARO YIWE



Par Reka nitwengere!!!   ce  mercredi 2 juillet 2014   à 16 : 04 : 35

@Rose Hakizimana

Ewe Rose Hakizimana mwene mama,

Uti amagorwa abarundi babonye kuri iyi ntwaro ? Aruse ayo babonye imbere yayo rero ? Ahubwo Nkuru aho yirenganirira nyene akari mu nyuma karahinda !!! Sangwa twiteze kuzotungishwa na Mungwengezo na Rwasa canke Jacques ? Eka turacigorewe ndakurahiye pe !!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 5 %)

Bujumbura : Que devient le prochain round d’Arusha ?,(popularité : 4 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 4 %)

Une journée du combattant qui divise ,(popularité : 3 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 3 %)