Le procès de P C Mbonimpa fixé au 04 juillet




Par: Aubin Niyonkuru , samedi 28 juin 2014  à 06 : 35 : 58
a

Le procès en audience publique du président de l’Aprodh vient d’être fixé au 04 juillet 2014.Pierre Claver Mbonimpa sera devant la barre au Tribunal de Grande Instance en Mairie de Bujumbura, à 9h pour répondre de ses chefs d’accusation dont l’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure du pays.

Le président de l’Aprodh a été arrêté le 16 mai dernier à l’Aéroport International de Bujumbura lorsqu’il se rendait en mission de travail au Kenya. Il avait déjà répondu à deux convocations de la police judiciaire pour faire la lumière sur ses déclarations médiatiques. P C Mbonimpa avait bel et bien affirmé qu’il y a des jeunes burundais qui ont fait des entrainements para militaires en République démocratique du Congo.

« J’ai accepté qu’il y a des jeunes qui se trouvent en RDC. Il y a même certains de ces jeunes qui sont déjà retournés. Je les ai vus et j’ai leurs noms. Je n’ai jamais dit qu’il s’agit des imbonerakure, plutôt j’ai parlé de la jeunesse dans l’ensemble, parce que en RDC il y a des jeunes qui œuvrent pour Nzabampema et d’autres qui y vont pour d’autres motifs », a avait affirmé P C Mbonimpa.

Lors de la 2eme comparution à la police judiciaire, le président de l’Aprodh avait annoncé qu’il répondra à toute convocation de la justice que pour donner tous les détails de cette information. Il disait qu’il avait livré cette information pour que les autorités publiques songent à mener des enquêtes afin de prévenir le pire.

La défense de Pierre-Claver Mbonimpa se dit satisfait de voir son dossier fixé en audience publique. Ils ont toujours dit que leur client détient toutes les preuves tangibles de ce qu’il a déclaré. Ses avocats font savoir qu’ils sont satisfaits d’attendre que ce dossier a été fixé pour le 04 juillet devant le juge.

« Nous demandons à l’opinion nationale et internationale de venir assister à ce procès en audience publique parce que nous avons toujours crié haut et fort que notre client a des preuves de ses révélations », déclaré Maitre Armel Niyongere, un de ses avocats.

Selon Me Armel Niyongere, la défense de P.C Mbonimpa a toujours montré que sa détention est arbitraire parce que basée sur la présomption de culpabilité.

Il a aussi annoncé qu’ils vont demander l’autorisation à la Présidente du TGI pour que la salle où se tiendra cette audience publique soit sonorisée pour que tout le monde sache la vérité sur ce dossier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

181 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 32 %)

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 10 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 4 %)

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 3 %)

Les avocats rejettent les agents de la documentation comme témoins dans l’affaire Gatumba,(popularité : 3 %)

Contradictions autour de la mise en place de la CVR : le peuple attend Godot ?,(popularité : 3 %)

Le président du Parcem libéré : déterminé à combattre la corruption,(popularité : 3 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 3 %)

Carnage de Gatumba : le jugement tombe « à huis clos »,(popularité : 3 %)

Human Rights Watch accuse la police d’user d’une force excessive,(popularité : 3 %)