L’ACOBU supplante le SYGECO ?




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 2 juillet 2014  à 17 : 40 : 59
a

Les victimes de l’incendie du marché central de Bujumbura ont encore une fois choisi quatre personnes qui vont suivre la distribution des stands au marché situés tout près de l’ancien Cotebu la semaine écoulée.

Lors d’une conférence de presse ce lundi, Pierre Claver Niyonzima, le porte parole des victimes de l’incendie du marché central de Bujumbura, a indiqué que ladite décision a été prise par l’assemblée Générale le 27 de ce mois.

Selon Pierre Claver Niyonzima en 2013, les victimes de l’incendie du marché central avaient reçu des lettres de démission de 4 personnes qui dénonçaient ce qu’ils qualifiaient de "flou" dans la distribution des stands au marché de l’ancien cotebu.

Ces personnes, elles aussi plaidaient pour la définition des critères de nature à permettre à ce que les victimes de l’incendie reçoivent des stands lorsqu’il en sera question.

Plus d’une année après, ces victimes de l’incendie du marché qui se disent laissées à elles mêmes, ne saisissent pas un tel revirement.

« Au nom de l’Association des Commerçants du Burundi, nous avons entendu 4 des 5 ont transmis une lettre au deuxième vice président de la république pour demander pardon et réintégrer », ont-ils souligné tout à fait scandalisés.

Pierre Claver Niyonzima souligne que jusqu’alors si une fois le deuxième vice président de la république du Burundi ne reconnaitrait pas les noms des personnes qui ont été choisies lors de l’Assemblée Générale, ils ne vont pas cautionner les décisions qui seront prises à leur égard.

« Nous avons confiance envers le deuxième vice président de la république mais qu’il sache qu’une décision pour nous sans nous n’en est pas une », a-t-il indiqué.

Le porte parole des victimes de l’incendie du marché central de Bujumbura, Pierre Claver Niyonzima estime que le Sygeco a suivi les difficultés de ces commerçants qu’il serait aberrent de les reléguer à l’écart aujourd’hui.

Pierre Claver Niyonzima a été évasif sur la question selon laquelle cette association serait née pour s’opposer au syndicat général des Commerçants Sygeco.

« Nous collaborons même si ce n’est pas fréquent » a-t-il dit.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

891 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 9 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 6 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 5 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 5 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 5 %)

Le syndicat des commerçants sommé de disparaitre,(popularité : 5 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 5 %)

Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 5 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 5 %)