Mwaro : Abandon scolaire, phénomène inquiétant




Par: Aubin Niyonkuru , lundi 30 juin 2014  à 18 : 52 : 49
a

Jusqu’ à la fin du 2e trimestre de l’année scolaire en cours, la direction provinciale de l’enseignement en province de Mwaro avait déjà enregistré 511 cas d’abandon dans les écoles secondaires. Parmi ces cas, 244 sont des filles des différentes écoles secondaires de cette province, et 267 sont des garçons.

Selon les données de la direction provinciale de l’enseignement dans la même province, la commune de Kayokwe vient en tête avec 135 élèves ayant abandonné l’école, parmi eux 56 filles. La 2e commune dans le classement des taux d’abandon scolaire est celle de Nyabihanga avec 132 cas, dont 65 filles.

La commune de Ndava quant à elle avait déjà enregistré dans la même période 80 cas d’abandon scolaire. La commune qui a enregistré moins de cas d’abandon scolaire est celle de Gisozi avec 27 cas.

Dans les écoles primaires, les taux de cas d’abandon scolaire sont plus élevés par rapport aux écoles secondaires.1424 écoliers des différentes écoles de cette province avaient déjà abandonné l’école vers la fin du 2e trimestre de cette année scolaire, selon les mêmes données de la direction provinciale de l’enseignement.

La pauvreté, la recherche de petits emplois et les grossesses précoces, sont certains des principales causes d’abandons scolaires selon le directeur provinciale de l’enseignement. Certains de ces élèves abandonnent l’école pour rester à la maison, ou pour aller cultiver selon la même autorité. Il précise que 14 cas de grossesse ont été inventoriés dans les différentes écoles de la province de Mwaro, dont 2 cas de mariages précoces.

Face à ce phénomène qui devient de plus en plus inquiétant, la direction provinciale de l’enseignement indique qu’elle compte organiser des descentes sur terrain pour la sensibilisation. Selon Simon Ngendakumana, les parents, les directeurs des écoles, les autorités administratives à la base, les confessions religieuses, ainsi que les autres partenaires du système éducatif doivent contribuer pour que ce phénomène cesse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

451 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 100 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 7 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 6 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 5 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 5 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 4 %)

Pénurie d’eau au chef-lieu de Cibitoke : risques des maladies des mains sales ,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 4 %)

Cibitoke : les syndicats des enseignants contre les contributions obligatoires ,(popularité : 4 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 4 %)