‘’Acteur politique’’, un concept aux limites politiquement flous




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 9 juillet 2014  à 11 : 18 : 14
a

Léonidas Ndayisaba, politologue et Professeur d’Universités interpelle le Gouvernement à définir clairement les droits et les devoir des acteurs politiques Burundais pour une bonne issue des élections de 2015.

Dans une interview qu’il a en effet accordée à la Radio Isanganiro ce mardi , ce politologue a déploré qu’à l’heure actuelle les hommes politiques qui n’ont pas eu l’occasion d’être appelés acteurs politiques suite à une guerre de leadership au sein de leurs organisations politiques ne sont pas libres d’aller voir leurs membres à l’instar des présidents des partis politiques.

Il a indiqué qu’au fond les acteurs politiques jouissent les mêmes droits civils et politiques à l’instar des présidents des partis politiques.

Selon lui, c’est vraiment illogique et injuste de constater que ces acteurs politiques à savoir Rwasa Agathon et Charles Nditije ne soient pas aussi libre d’aller visiter leurs membres au moment où les présidents des partis politiques sont sur terrain.

« Dans la logique des faits, la campagne de propagande pour les élections de 2015 n’a pas encore commencé.Même ceux qui sont sur terrain font campagne de manière informelle au nom de la liberté d’expression » a-t-il souligné.

Pour le politologue, les partenaires politiques devraient voir ensemble les droits qui devraient accompagner ce concept d’acteur politique pour que les élections de 2015 se déroulent à la satisfaction de tout le monde.

Le professeur Léonidas Ndayisaba a également qualifié d’erreur pour le pouvoir de Bujumbura le fait de laisser persister les fissures des partis politiques de l’opposition.

Selon lui, un parti politique qu’il soit de l’opposition ou pas a intérêt à ce que ses partenaires politiques soient forts pour l’intérêt de la gouvernance.

« J’ai récemment entendu qu’il y aurait un député de l’Uprona qui a choisi d’aller dans le camp Concilie Nibigira. Si tel est le cas, le pouvoir devrait savoir que le parlement est l’élément clé en démocratie et qu’il n’a aucun intérêt à ce que cette institution soit faible en matière d’accès au débat contradictoire » a souligné le professeur Léonidas Ndayisaba.

Cette position du politique autour concept ‘’acteur politique’’ est tel au moment où le ministère de l’intérieur a déjà dit que les acteurs politiques devront rencontrer leurs membres les deux semaines qui précèdent les éléctions reconnues par la loi pour faire campagne électorale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

490 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par weah mzalendo   ce  jeudi 10 juillet 2014   à 13 : 13 : 31

Twibaza ko professeur Ndayisaba atomoye uko iki kibazo cifashe. nagira ndamwunganire nvuga ko kubona Ministère de l’Intérieur (canke Edouard Nduwimana) ariwe yemeza canke agahakana abarongora imigambwe i Burundi kandi nawe afise uwo arimwo bitunvikana kuko birunvikana ko atoreka guhengama. Iri tegeko rigenga imigambwe nico gituma yaribaze agakuramwo kwiha ubwo bubasha. Twibaza ko vyose ariho biva kandi bidahindutse urunva ko ataho biriko birashikana débat contradictoire na liberté d’expression biranga intwaro ya demokarasi i Burundi.
Abo rero bitwa "acteurs" politiques ata bubasha bafise bwo gushikira ababayoboka ni kuzivya ivyiyunviro vy’abantu kandi biteye amakenga menshi mu Burundi.
None hamwe hoba amatora abanywanyi bazoshira he amajwi ko imigambwe izoba icitse amababa hanyuma mbere bikanatera ibibazo no mukwiyamamaza. Hari mbere naho uyo Edouard yokwongereza amajwi uwo ashaka guheka mu nzira zo gukomeza izo ndyane mu migambwe

Aha ikibazo ni ico twese tuzi kikabonekera ukwo kutorohereza imigambwe hakaba abavubikiwe ntibakorere ivyo abanywanyi babo babashakako. Urunva ni kubura demokarasi no kwinjira mu ntwaro zasezerewe.



Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 13 juillet 2014   à 02 : 57 : 40

MWARAMUTSE NEZA ,NAGIRA NAJE NUNGANIRE ABO BAGIZE ICO BAVUGA JEWE NI BAZA KO EDOIRD NDUWIMANA AKAZI YARONSE KU BUSHIKIRANGANJI BWI NTWARO YO HAGATI MU GIHUGU ,SIKO KAZI AKORA ,AHUBWO UBUTUMWA YARONSE N UGUSAMBURA IMIGAMBWE,KANDI ARABISHOBOYE KUKO AKORA MUKUNEZEREZA ABAMUTUMYE. MUGABO REKA NDAMUCIRE AGACE,HARYA URARONA UBUTUNZI BUCIYE MU BUKOZI BWI KIBI,URUTWA NU MURIMYI ARI MURUGO RWIWE ARYA BIKE AKARYAMA KARE MU MAHORO,ARIKO WEWE UTUNZE IBIVUYE MU KIBI,BITEBE BITEBUKE UZOVYISHURA



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 3 %)

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?,(popularité : 3 %)

Vers la mutation des administrateurs des communes urbaines ? ,(popularité : 3 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 2 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)