La révolution informatique : Du livre sur papiers au livre sur ordinateurs




Par: Désiré Nimubona , mardi 15 juillet 2014  à 07 : 15 : 27
a

Academia Network dit être entrain de mettre en place des bibliothèques en ligne pour permettre aux étudiants par exemple d’avoir accès aux livres difficilement disponible au Burundi.

Léonard Rumonge, qui dirige cette organisation au Burundi (et en Afrique de l’est) explique que la commande des livres par des universités de la place sont plus chères par rapport aux livres électroniques.

Prenant l’exemple du cout de 3000 livres à l’étranger et leur transport, il explique qu’avec les techniques actuelles d’information et de communication les livres coutent moins cher.

Alors que les livres coutent chers et prenne du temps pour être acheminés au Burundi, Academia Network trouve qu’il est raisonnable de payer seulement 3 million et demi et avoir accès à plus de 3,5 millions de livres sur son ordinateur.

« Je travaille avec les institutions universitaires comme l’Université Lumière de Bujumbura (….) » a dit Léonard Rumonge patron d’Academia Network, ajoutant que son organisation ne travaille pas directement avec Amazon le géant du livre électronique, mais avec une maison belge qui s’approvisionne chez Amazon directement.

Les organisations Academia Network, Glice et Burundi Echo vont pouvoir se mettre ensemble pour une deuxième Forum de l’Informatique et de la Technologie de Bujumbura le mois prochain.

Plus de 70 stands des opérateurs informatiques seront réservés et ce consortium compte aussi mettre ensemble les jeunes informaticiens pour les aider à faire face aux besoins informatiques du moment.

Roger Ouedraogo ; directeur général de Great Lakes Initiatives for Communities Empowerment (GLICE) dit que les jeunes « sont capables ».

Selon lui, les trois organisations veulent donner de l’espace aux jeunes informaticiens, « les mettre en contact avec les opérateurs » pour qu’ils montrent leurs compétences.

Selon lui, les jeunes informaticiens burundais sont en masure de créer des applications dont le pays a besoin ; inutile alors d’aller les chercher à l’étranger avec des prix exorbitants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

195 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 5 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 4 %)

Bujumbura frappé par la pénurie du ciment,(popularité : 3 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)

Le budget 2016 voté par le parlement burundais,(popularité : 3 %)

La BRB met la main sur les devises des personnes morales, PARCEM en voit une crise,(popularité : 3 %)

Muyinga : Le crédit warrantage : un moyen de sécuriser la production agricole au Nord du Pays,(popularité : 3 %)

La création d’une union monétaire n’est pas pour demain ,(popularité : 3 %)