Burundi : Human Rights Watch dénonce une justice instrumentalisée par le pouvoir




Par: Désiré Nimubona , jeudi 17 juillet 2014  à 08 : 59 : 11
a

« Le procès des membres d’un parti d’opposition (MSD, ndlr) a été d’une iniquité flagrante et gravement défectueux du début à la fin », c’est le constat du responsable de l’organisation américaine des droits de l’homme Human Rights Watch dans son communiqué ce mercredi soir.

Daniel Bekele (voir photo) directeur de la division Afrique à Human Rights Watch a demandé au gouvernement du Burundi de ne pas alors harceler les opposants en faisant recours à la justice.

« Le gouvernement burundais devrait cesser de politiser le système judiciaire et faire en sorte que les tribunaux ne soient pas instrumentalisés pour punir collectivement les opposants à l’approche des élections nationales de 2015. », a déclaré Daniel Bekele

Cette organisation déplore le fait que depuis 2013 les médias privés et la société civile burundaise de même que les partis de l’opposition ont été harcelé par des agents de l’Etat ou les membres du parti au pouvoir.

« Human Rights Watch a documenté une tendance à restreindre les droits aux libertés d’expression, d’association et de réunion observée au Burundi au cours des quatre dernières années », selon ce communiqué, ajoutant que depuis cette même année « une escalade des affrontements a été constatée entre le parti au pouvoir et l’opposition, ainsi qu’un harcèlement constant des partis d’opposition par des agents de l’État et des membres du parti au pouvoir ».

Revenant sur les incidents du 8 mars, au cours desquels deux policiers avaient été retenus par les membres du parti MSD, HRW demande aussi la traduction en justice de ceux qui avaient osé prendre en otage les policiers.

« Les personnes responsables de la prise en otage des deux policiers devraient être traduites en justice, mais leur infraction ne justifie pas les méthodes excessives et disproportionnées utilisées par la police, ni les dizaines d’arrestations arbitraires », a déclaré Daniel Bekele.

Concluant son communiqué, HRW demande au Gouvernement de bien faire attention si réellement il veut des élections crédibles et transparentes en 2015.

« Si le gouvernement burundais souhaite réellement que les élections de 2015 soient libres et équitables, il doit impérativement mettre fin aux mesures répressives et faire tous les efforts possibles pour éviter que les tensions ne s’aggravent encore » a-t-il conclu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

542 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  vendredi 8 août 2014   à 21 : 40 : 17

SI REELEMENT LES MEMBRES DE MSD SONT EN PRISON AVEC UNE PAINE DE BEAUCOUP D ANNEES PAR TOUT SIMPLEMENT OTTAGE DE DEUX POLICICIERS DANS LA PERMENANCE DE MSD
MBEGA ABO BA POLICE BARI BAJE MURIYO NZU GUKORIKI,MBEGA UGUSANZE IWAWE MU NZU AFISE IBIGWANISHO ,WOMUGIRA GUTE IYO ATARIWEWE WAMUHAMAGAYE ,IKINDI NUKWO BABUGARANYE BARIKO BARABARASA NONE ABA MSD NOBO BOHANWA CANKE HOHANWA ABO BABATEYE ARIBO BA POLICE ,JEWE NTA KOSA NARITOYA MBONA KU BA MSD



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 7 %)

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 3 %)

Pas droit au secret des sources dans la loi sur la presse attendue,(popularité : 2 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Comparution en audience publique des présumés putschistes,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 1 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 1 %)