L’OBR nie tout lien avec les « informateurs »




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 24 juillet 2014  à 18 : 40 : 34
a

« L’OBR n’a pas de convention avec les informateurs. Tout d’abord je voulais informer que c’est tout habitant du Burundi ou même ceux qui sont à l’extérieur du pays qui peuvent collaborer avec l’OBR pour révéler une fraude qui est entrain de se commettre quelque part », a déclaré ce jeudi le Commissaire général de l’OBR , au cours d’une réunion avec les chefs de postes et bureaux frontaliers de l’OBR.

Ces « informateurs » sont des gens qui se disent souvent détenteurs des informations sur les cas de fraudes ou corruption dans les déclarations des marchandises ou autres produits, faites par les contribuables.

Selon certains chefs de postes frontaliers de l’OBR, des fois ces informateurs donnent de vraies informations sur les fraudes, mais d’autres fois ils commettent des fraudes(ou vol) en complicité avec certains contribuables, et surtout avec la même casquette d’informateur, ce qui risque d’entacher certains agents de l’OBR puisqu’ils se disent être informateur de cet office.

En plus certains de ces chefs de bureau se demandent si réellement on peut jouer ce rôle d’informateur alors qu’on est connu partout comme informateur.

« ( … ) moi je donnerais même l’exemple d’un informateur qui est célèbre dans la ville de Ngozi. Partout où il va aujourd’hui, il est connu et se fait passer pou un agent de l’OBR », a indiqué le chef de poste de Kobero en province Muyinga.

A ce propos, le Commissaire général n’y va pas par quatre chemins.

Il condamne ces gens qui ne sont nulle part reconnus dans les statuts régissant cet office.

En même temps, il pointe du doigt à certains agents de l’OBR qui « recrutent » ces informateurs pour faire le travail d’enquête à leur place.

« Ceux qui recrutent ces informateurs, ils devront eux même les payer, donc c’est leur affaire. Nous, nous n’avons pas d’intérêt d’entretenir un groupe d’inconnus comme informateur », a dit Domitien Ndihokubwayo.

Il fait en outre savoir que tout le monde est appelé à jouer ce rôle d’informateur selon les statuts régissant l’OBR, que ce soit les résidents du pays ou ceux qui sont à l’extérieur, sans qu’ils soient nécessaire de faire des conventions avec eux.

Toutefois, le Commissaire général de l’OBR que celui qui révèle l’information sur des cas de fraudes ou de corruption, garde son droit de recevoir 10% de la somme qu’il fait retourner dans les fonds publics.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

316 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 6 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 5 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 4 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)