L’OBR nie tout lien avec les « informateurs »




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 24 juillet 2014  à 18 : 40 : 34
a

« L’OBR n’a pas de convention avec les informateurs. Tout d’abord je voulais informer que c’est tout habitant du Burundi ou même ceux qui sont à l’extérieur du pays qui peuvent collaborer avec l’OBR pour révéler une fraude qui est entrain de se commettre quelque part », a déclaré ce jeudi le Commissaire général de l’OBR , au cours d’une réunion avec les chefs de postes et bureaux frontaliers de l’OBR.

Ces « informateurs » sont des gens qui se disent souvent détenteurs des informations sur les cas de fraudes ou corruption dans les déclarations des marchandises ou autres produits, faites par les contribuables.

Selon certains chefs de postes frontaliers de l’OBR, des fois ces informateurs donnent de vraies informations sur les fraudes, mais d’autres fois ils commettent des fraudes(ou vol) en complicité avec certains contribuables, et surtout avec la même casquette d’informateur, ce qui risque d’entacher certains agents de l’OBR puisqu’ils se disent être informateur de cet office.

En plus certains de ces chefs de bureau se demandent si réellement on peut jouer ce rôle d’informateur alors qu’on est connu partout comme informateur.

« ( … ) moi je donnerais même l’exemple d’un informateur qui est célèbre dans la ville de Ngozi. Partout où il va aujourd’hui, il est connu et se fait passer pou un agent de l’OBR », a indiqué le chef de poste de Kobero en province Muyinga.

A ce propos, le Commissaire général n’y va pas par quatre chemins.

Il condamne ces gens qui ne sont nulle part reconnus dans les statuts régissant cet office.

En même temps, il pointe du doigt à certains agents de l’OBR qui « recrutent » ces informateurs pour faire le travail d’enquête à leur place.

« Ceux qui recrutent ces informateurs, ils devront eux même les payer, donc c’est leur affaire. Nous, nous n’avons pas d’intérêt d’entretenir un groupe d’inconnus comme informateur », a dit Domitien Ndihokubwayo.

Il fait en outre savoir que tout le monde est appelé à jouer ce rôle d’informateur selon les statuts régissant l’OBR, que ce soit les résidents du pays ou ceux qui sont à l’extérieur, sans qu’ils soient nécessaire de faire des conventions avec eux.

Toutefois, le Commissaire général de l’OBR que celui qui révèle l’information sur des cas de fraudes ou de corruption, garde son droit de recevoir 10% de la somme qu’il fait retourner dans les fonds publics.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

337 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 16 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 5 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 5 %)

Grognes des abonnés de la Regideso à Buyenzi,(popularité : 5 %)

Muyinga/L’avocat, produit d’exportation,(popularité : 5 %)

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA,(popularité : 5 %)

Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge ,(popularité : 5 %)

Karusi : Un incendie décime le marché de Bugenyuzi pour la deuxième fois en moins d’une année ,(popularité : 5 %)

Vers la fermeture du port commercial de Rumonge ?,(popularité : 5 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 5 %)