le Président Domitien Ndayizeye accepte sa sanction mais, continue la politique




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 29 juillet 2014  à 16 : 07 : 16
a

Domitien Ndayizeye a déclaré qu’il n’a aucune intention de diviser le parti de Ndadaye Melchior comme l’a récemment fait entendre le parti FRODEBU.

L’ancien président de la deuxième période de transition Domitien Ndayizeye dit qu’il n’ a même pas l’ambition de se faire élire en 2015 comme président de la république.

Au cours d’une conférence de presse que l’ancien président de la république a animée autour de la décision de sa suspension du parti de façon conservatoire, il a indiquée qu’il accepte cette suspension comme le veut le comité national du parti sans pour autant abandonner à faire de la politique non seulement pour le bien du pays mais aussi pour celui du parti Frodebu.

Le sénateur Domitien Ndayizeye a souligné que ses soucis de réunification du parti ont été mal interprétés par certains membres de ce parti en particulier par Léonce Ngendakumana et Fréderic Bamvuginyumvira qui ont vu derrière la réunification du parti de Ndadaye Melchior un risque de ne plus être à la tête de ce parti une fois celle-ci achevée.

"Qu’est ce qu’ils perdraient une fois la réunification achevée" a t il ajouté.

Selon lui, le projet de réunification des membres de ce parti du héro de la démocratie est une voie incontournable et est la seule possibilité pour le parti d’être encore efficace en 2015 pour les Burundais.

Il a dit qu’il a effectivement rencontré Sylvestre Ntibantuganya, Jean Minani, Léonce Ngendakumana et qu’ils ont cherché préalablement à dissiper les divergences entre eux pour ensuite faire ce projet de réunification du parti.

« C’est la seule possibilité de retrouver le Frodebu d’antan », a souligné le président Domitien toujours prêt à réunifier le parti meme en dehors des organes du parti.

Pour lui, tous les moyens sont bons pour retrouver le Frodebu de Ndadaye « Une réunification du parti à partir de l’extérieur du parti n’en est pas une certes, mais elle constitue un moyen pour nous de forcer la vraie réunification » a ajouté le sénateur au moment où certains disent qu’il mettrait en exécution un plan du gouvernement visant à empêcher la réunification du parti de Ndadaye Melchior.

Domitien Ndayizeye , sénateur Burundais a refusé toute tentative de se faire en 2015 à la tête de l’Etat.

« Au regard de l’état actuel de fissuration du parti de Ndadaye, je n’ai aucune ambition de se faire élire en 2015 » a-t-il ajouté.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

735 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  mardi 29 juillet 2014   à 19 : 53 : 59

IVYO VYARI VYIZA ,MUGABO NIMUJE HAMWE MURABE KO INTWARO YA CNDD FDD ITARONKA AHO IMENERA KUGIRA IMIGAMBWE IRI MURI ADC IKIBIRI IZOJE MU MATORA IKOMEYE,AHANDI NTACO MUZOBA MUFASHIJE ABARUNDI BARI BIZEYE KUVA MU MAGOGWA IGIHE AMATORA YOGENDA NEZA



Par weah mzalendo   ce  mercredi 30 juillet 2014   à 14 : 08 : 27

"Quand la rivière change son lit, le caiman intelligent est celui qui suit la rivière dans son nouveau lit" C’est pourquoi beaucoup de "politiciens" burundais font cette transhumance de parti en parti.Nous croyons vivement que ce Sage de Président Domitien n’est comme ceux-là.
Il veut le parti FRODEBU en puissance et ne veut même pas se voir à sa tête. Chose que beaucoup de Burundais n’ont pas (du moins les politiciens). L’un des problèmes que souffrent tous les partis y compris celui au pouvoir est de se voir devant au lieu de se réjouir de ta contribution idéologique. Nous assistons des partis mourir de cette façon. Il faut être devant même si tu n’as rien à donner mais chercher à puiser seulement. Le pouvoir l’a vu et en profite. Comment la politique d’idée et d’opinion va triompher si nous voulons aller devant juste pour acquérir des places dans les organes et finalement de chercher à s’enrichir. Le parti Uprona en souffre énormement surtout dans ces jours où les places au gouvernement tentent plus d’un Mudasigana.
Voyons clair (comme disent les ivoiriens. L’expression conduit à des idées de gestion de la chose publique et c’est l’origine de la bonne gouvernance. En tout cas,un parti uni doit aussi unir ces idées pour mieux contribuer au développement du pays et de ces citoyens. C’est dans cet ensemble que l’individu trouve son compte propre sinon la course au contrôle où le comportement du caïman face à la rivière qui change son lit ne font que ruiner le parti.
La suspension de cet homme pourra faire une leçon à plus d’un burundais pour en fin voir de quoi il est dans un parti.
La suspension n’est pas une solution pour ce gros poisson Frodebu mais un échec dans la réunification et le partage de la vie paisible et épanuie du parti.
Nous saluaons cette intiative de Mzee Domitien.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 11 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 8 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 8 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 5 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

ONU : Soutenons ce pays en exigeant encore,(popularité : 3 %)

Clin d’œil à l’endroit des Imbonerakure ,(popularité : 3 %)

L’Israël salut le rôle du Burundi en Somalie et promet d’aider pour la sécurité alimentaire ,(popularité : 3 %)