La gestion du budget de l’Etat est aussi opaque




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 30 juillet 2014  à 07 : 55 : 59
a

Le professeur Nihangaza Charles estime que les fonds hors budget échappent au contrôle des institutions chargées de lutter contre le détournement des fonds de l’Etat.

Au nom de la Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le Changement des Mentalités (PARCEM), une ONG locale, ce professeur a plaidé pour que la transparence soit de mise dans la gestion de ce type de Budget.

Au cours d’un atelier sur le contrôle dans la gestion des finances publiques au Burundi, le professeur Nihangaza Charles a indiqué que les institutions de gestion des fonds de l’Etat manquent d’indépendance de prise de décision.

Leurs services se limitent uniquement à des constats mais jamais à des sanctions raison pour laquelle ces institutions sont semblables à tigres en papier selon Charles Niangaza.

« L’inspection générale de l’Etat manque d’indépendance parce que leurs décisions ne s’accompagnent pas nécessairement d’effet », a souligné Charles Niangaza qui a indiqué que 42 % des décisions que ce service a prises n’ont pas eu de suite en justice ou ailleurs.

Selon Charles Nihangaza , les comptes hors budget devraient le plus possible être diminué parce qu’ils ouvrent la porte aux détournements des biens de l’Etat et aux malversations économiques.

Pour qu’il ait contrôle efficace des biens de l’Etat, Charles Nihangaza estime que le Burundi devrait se doter du poste de directeur général chargé de contrôler toutes institutions de l’Etat jusqu’à la présidence de la république à l’instar des autres pays.

Selon lui, dans ce volet de contrôle de la gestion et des politiques de gestions du budget de l’Etat, la société civile devrait collaborer avec le parlement pour qu’il y ait plus de transparence dans la gestion des biens de l’Etat.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

396 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 24 %)

Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 7 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 7 %)

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs ,(popularité : 7 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 6 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 4 %)

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

Colloque sur l’élevage au Burundi : les acteurs veulent moderniser le secteur,(popularité : 4 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 3 %)