Léon Manwangari n’est plus




Par: Aubin Niyonkuru , samedi 2 août 2014  à 11 : 59 : 13
a

Le secrétaire général et porte parole du parti Palipe Agakiza n’est plus de ce monde à partir de la nuit de mercredi dernier selon les sources de ses proches. Léon Manwangari a succombé d’une maladie.

Né en 1940 sur la colline Karema de la commune Gatara en province Kayanza, Léon Manwangari était l’un des fondateurs du mouvement Palipehutu Fnl, avec son ancien compagnon de lutte Rémy Gahutu et d’autres.

Il a fait ses études primaires à Gatara, ses études secondaires au petit séminaire de Mureke ; pour les terminer au séminaire de Burasira où il a décroché un diplôme des humanités générales.

En 1960, Léon Manwangari a travaillé au Ministère de la justice, et entre temps il a fait un stage professionnel de 6 mois en Belgique.

En 1965 ; il a été incarcéré à la prison centrale de Mpimba, quelques temps avant qu’il ne prenne le chemin de l’exil vers Balaka au Zaïre, actuelle République Démocratique du Congo, en 1960. A Balaka, il a été enseignant à l’école secondaire, et a aussi fréquenté l’université de Lubumbashi, dans le Département d’Histoire.

Pendant la même période, L Manwangari a aussi travaillé au camp militaire de Kimpembe, toujours à Lubumbashi.

En politique, L Manwangari a été parmi les fondateurs du parti PP, en 1962.En 1978, il a adhéré au mouvement Tabara. En 1980, il a été aux cotés de Gahutu Rémy, et autres pour fonder le mouvement Palipehutu (Parti pour la Libération du Peuple Hutu).

Entre 1998 et 2000, L Manwangari a participé dans les négociations d’Arusha. Entre 2000 et 2005 ; il a été député à l’Assemblé Nationale de transition.

Pacifique Nininahazwe, l’un des activistes des droits humains au Burundi déplore la mort de l’une des figures qui auraient beaucoup à révéler sur le passé du pays, surtout que la machine de mise en place des mécanismes de justice transitionnelle est déjà en marche.

« …J’appréciai son franc-parler et il allait être une source importante pour la prochaine CVR. Ses témoignages sur l’histoire du Burundi post colonial étaient suivis avec beaucoup d’attention » ; a dit Pacifique Nininahazwe, avant de rappeler le dicton de l’écrivain Béninois Hamadou Hampate Ba : « …en Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brule », a-t-il noté.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1069 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Yohani   ce  dimanche 3 août 2014   à 15 : 03 : 08

Tout à fait d’accord avec Pacifique qu’il avait un franc-parler. Par contre, M. Léon Manwangari arrondissait trp les angles quand il parlait de la période des années 1965. Ivyinshi ntivyarivyo.



Par patrick mitabaro   ce  lundi 4 août 2014   à 11 : 28 : 31

le franc parler de cet homme est extraordinaire.c’est à lui que les nouvelles générations héritent d’un message de son frère de lutte Mr Remy Gahutu, fondateur de Palipehutu.et bien je cite" le combat contre les tutsi sera facile à gagner, mais j’ai peur pour celui entre hutu..." ako kajambo yagiye akavuze. ese kobera icigwa abarundi...



Par Gerard Mikamba   ce  mardi 5 août 2014   à 05 : 28 : 27

Ni Umwigishasha ata curagura mu cigwa c’iwe.
Kandi ari mubantu bafashije urwaruka rwari rugorewe muri Tanzania.



Par Birahinduka   ce  mardi 5 août 2014   à 12 : 42 : 03

Niyigire igihe ciwe cari kigeze kuko aho ubona yaramaze gusimba impfu nyinshi.Hanyuma uwo avuze ko muvyo yavuga vyinshi atarivyo ashatse kuvuga se ko ivy’ukuri ari ivy’abatutsi bavuga gusa !Mwanwangari yahora avuga ivyamubayeko,ivyo yabonye n’amaso yiwe.Hanyuma ngo yari umubeshi !!Ese abarundi tuzogeza ryari kubona ibifise ishingiro muvy’iwacu gusa canke ukuri muri twebwe gusa !!?Uwo muntu yibaza ko ari bangahe bakiriho kugira babe bovuga ama temoignages nka yiwe !?Ahubwo ivyo vyotuma umuntu yibaza ko urupfu rwiwe atari naturelle,n’ukwicwa yoba yishwe kugira ntaze avugire aheru ivyo abo bantu badashaka kwumva !



Par nkunzimana juvenal   ce  mercredi 6 août 2014   à 19 : 27 : 07

imana imwakire



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 3 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 3 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 3 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 3 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 3 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 3 %)