EBOLA : Le Ministère de la Santé tranquillise




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 6 août 2014  à 08 : 45 : 49
a

Le porte parole du Ministère de la santé a annoncé que ce ministère est près à intervenir dans le cas où il se présenterait des cas de personnes atteintes de l’épidémie d’Ebola.

Au cours d’une conférence de presse de ce mardi, le Docteur Thaddée Nsabimana a souligné qu’il y a déjà une équipe de médecins qui ont été formés pour intervenir d’urgence en cas de besoin.

Cette équipe a été mise en place à l’époque où cette épidémie était identifiée dans les pays de la région (République Démocratique du Congo et l’Ouganda), a-t-il expliqué.

« Comme c’était des pays proches, le Ministère de la Santé en partenariat avec l’Organisation Mondiale de la Santé, avait mis en place une équipe chargée de faire la surveillance du virus d’Ebola et d’autres maladies transfrontalières épidémiques », a souligné Dr Thaddée Nsabimana.

Le porte parole du Ministère de la Santé rappelle que cette épidémie d’Ebola est contagieuse par le rapprochement ou le contact étroit avec celui qui présente cette pathologie. Concernant les autres moyens de prévention, il fait savoir que certaines précautions ont été prises dans le cadre du transport aérien.

« Même au niveau des agences de transport aérien, ils ont mis des mesures pour limiter la propagation de cette maladie, mais qu’à cela ne tienne je pense que cette équipe qui existe déjà va être réactivée », a ajouté le Dr Thaddée Nsabimana.

Il a aussi informé que l’hôpital Prince Régent Charles est toujours « au stand by » pour accueillir un cas qui se présenterait. Le même hôpital dispose aussi de quelques kits qui peuvent être utilisés dans le cas du besoin, comme l’a expliqué le porte parole du Ministre de la Santé. Il a même informé qu’il y a un émissaire qui a été envoyé en Afrique de l’Ouest par l’OMS pays, pour travailler avec d’autres équipes.

Selon le dernier bilan de l’OMS, cette épidémie a déjà fait dans moins de deux mois, 887 morts sur 1603 cas (confirmés, suspects ou probables), dont 358 en Guinée, 273 en Sierra Leone, 255 au Liberia et un au Nigeria.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

302 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Weah Mzalendo   ce  mercredi 6 août 2014   à 11 : 51 : 49

Je pense que la formation de cette équipe de médecins est caduque car très ancienne. En plus, le contrôle de cette épidémie est multidisciplinaire pour dire que les médecins seuls ne peuvent pas juguler une telle épidémie (pour les épidémilogistes)
Ce processus de préparation aux urgences et en particulier à l’épidémie d’ebola doit être continu dans un Ministère de la santé avec une large mobilisation des autres ministères concernés.La prévision et la disponibilité des resources minimales doivent être sur place (dès qu’il ya rumeur la riposte se déclenche sans ambages) Un plan de riposte doit être diffusé à tous les concernés y compris la population (partie qui les concerne du moins), des formations et simulations doivent être conduites pour aiguiser le staff à l’action. Nous savons que les secondes victimes constituent les membres de la famille ainsi le personnel soignant. Ces derniers doivent être bien préparés pour y faire face si l’on veut produire de bons résultats (réduire le taux d’incidence et de mortalité aboutissant au halte de l’épidémie). Noter que l’une des indicateurs majeurs de succès prend en compte le personnel tué entrain de sauver les autres.
Une situation d’urgence comme celle d’ebola n’est pas une simple photographie prise à un moment donné. Elle suit une dynamique de son évolution potentielle vers le pays et dans le pays.Commencer déjà à évaluer les besoins des victimes et les ressources disponibles localement (sachant qu’au Burundi,même une route coupée par une pluie diluvienne prend plus d’une année pour sa réfection au Burundi)
Cette notion de déséquilibre entre les besoins des victimes et les services à diposition fait toujours trainer une riposte en laissant la propagation libre de l’épidémie. Nous le voyons pour d’autres épidémies comme le choléra à Rumonge et dernièrement au Zimbabwe (2008-2009)

Bonne compréhension.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger





Les plus populaires
Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre,(popularité : 53 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 16 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 15 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 15 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 15 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 14 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 14 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 14 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 14 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 14 %)