Foire informatique : Les jeunes moins intéressés




Par: Désiré Nimubona , jeudi 7 août 2014  à 19 : 21 : 10
a

Au troisième jour de la foire d’informatique à Bujumbura, deuxième édition, les visites des jeunes ne sont pas fréquentes selon Nibogora Evangeline chargé du marketing à la société étatique Onatel.

« Les jeunes ne viennent pas en nombre important au moment où nous savons qu’il y a beaucoup de facultés d’informatique » a déploré Nibogora.

Les jeunes selon elles, devraient plutôt aller voir comment d’autres développent des applications que d’attendre que celles-ci soient prêtes pour leur utilisation, soulignant que des talents informatiques sont présents dans cette deuxième édition de la Foire Informatique à Bujumbura.

Selon nos constats sur les lieux, près de 70 stands sont ouverts dans les enceintes de l’école primaire Stella Matutina en mairie de Bujumbura.

Cependant les stands de Zebra Electronics qui vendent des appareils électroniques tels que les ordinateurs sont plus visités.

Un autre stand qui semble séduire les visiteurs appartient à Great Lakes Mix (GLM) qui a pu installer sa radio en ligne et qui émet sur place à l’aide des technologies de l’Information et de la Communication.

« Nous faisons la promotion des artistes locaux et de la région » a dit Julien Barinzigo, l’un des agents de GLM.

Pour lui, le constat est que peu de jeunes étudiants en informatique ne sont pas présents dans ses travaux, alors que « c’était le moment pour eux d’enter en contact avec ceux qui sont engagés en TIC ».

D’autres déplorent le manque de considérations des informaticiens locaux par les opérateurs burundais.

C’est le cas de Sabimana Aloys de l’entreprise Kurugero Soft. Cette entreprise vient de mettre à la disposition des juristes burundais, avocats et autres pratiquants de la loi, un logiciel appelé Itegeko Version 1.0 permettant aux usagers de trouver facilement des lois données en un laps de temps sans avoir consulté toutes les pages ou livres et trouver avec précision un article dans une loi vaste soit-elle.

Vendu à 150.000F, Sabimana Aloys dit que le nombre de clients n’est pas assez important et appelle le Gouvernement à donner de la valeur aux œuvres informatiques locales et achetant lui-même des logiciels locaux pour donner de l’exemple.

« Je ne vois pas comment on préfère des logiciels d’Europe alors que nous sommes à mesure de se créer nous même des logiciels adaptés à nos réalités » s’est étonné l’informaticien.

Pour certains autres, c’est un moment de faire contacts aussi avec les maisons informatiques pour travailler ensemble les jours qui viennent.

La foire qui va se clôturer ce vendredi avait été organisé par le trio Glice Burundi, Burundi Eco et Academia Network.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

465 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Le secteur thé du Burundi envisage des extensions à grande échelle jusqu’en 2016,(popularité : 4 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 3 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 2 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 2 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 2 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 2 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 2 %)