Culture de la Stevia : Près de 200 emplois perdus et des milliards d’investissement en danger




Par: Désiré Nimubona , jeudi 14 août 2014  à 08 : 53 : 53
a

Quelques jours après les sabotages des pépinières de stevia (voir la photo Iwacu) dans la province de Bubanza, nord-ouest de la ville de Bujumbura, le Directeur Général de la Stevco s.a., une entreprise de la stevia au Burundi estime à 200 emplois déjà perdus dans un pays où le chômage bat son plein.

Estimant à 50 personnes en moyenne par site, le Directeur général de la Stevco Daniel Kinigi évalue à 200 empois déjà perdus sur un total de 500 emplois dans tous le pays.

Daniel Kinigi, qui regrette aussi la méchanceté des saboteurs des pépinières de cette plante médicinale, accuse les administratifs de Bubanza de fournir peu d’efforts pour traquer les malfaiteurs qui ont détruit quatre sites de pépinières il y a quelques jours.

« Même les membres des coopératives avec lesquelles nous collaborons commencent à avoir peur » dit Kinigi, qui ajoute aussi que personnes ne connait pas encore les motifs de ces séries de sabotages des pépinières de la stevia.

Daniel Kinigi ajoute que le Gouvernement devrait plutôt protéger les investisseurs, car, estime t-il, la constitution de la République du Burundi stipule que « le Gouvernement doit protéger les citoyens et leurs biens ».

Au point de vue investissement, l’entreprise dit avoir investi près de 1,2 milliards de francs burundais dans la culture de la stevia.

Dans ses projections, la Stevico s.a. dit qu’en collaboration avec KingBoon International Ltd basée en Chine, la construction de l’usine de transformation et d’autres travaux allaient dépasser 18 millions de dollars, soit près de 30 milliards de francs burundais.

Pour rappel, il y a quelques semaines, des gens armés de fusils d’assauts et des gourdins ont fait irruption dans une pépinière de la stevia à Bubanza et l’ont entièrement détruite.

Quelques jours plus tard, d’autres attaques surviennent dans d’autres pépinières détruisant toutes les jeunes plantes.

Celles qui n’étaient pas touchées par cette « destruction méchante » sont en train de sécher dit Kinigi.

Selon les sources de la Stevco s.a. les malfaiteurs s’étaient munies, lors de leurs assauts contre les pépinières, des produits chimiques et les ont pulvérisés sur les pépinières avant de partir.

Suite à ces acides pulvérisés sur les plants, ceux-ci sont en train de sécher lentement, laissant près de 200 personnes en chômage, regrette le DG de la Stevico s.a.

Les administratifs souvent accusés de léthargie face à cette situation ont récemment réagit. Le Gouverneur de Bubanza Anselme Nyandwi, qui, au départ était accusé de s’impliquer dans la déstabilisation de la stevia dans sa province -après avoir refusé les travaux de sa multiplication dans sa province-, a nié avoir tenu une quelconque réunion contre la plante comme le disaient certaines sources.

Entre temps, les saboteurs eux, ont utilisé des moyens importants dans leurs attaques contre les pépinières à Bubanza.

Des témoins disent que lors de la dernière attaque, ils sont venus à bord d’une camionnette blanche, dont le numéro de la plaque n’a pas été identifié.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

519 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  jeudi 14 août 2014   à 13 : 14 : 41

IVYO NI BIMWE TWAMA TWIYAMIRIZA VY INTWARO Y INZIGO , ISHAVU NI SHARI VYUKWO UWUNDI AKURUSHIJE ,AHO BOMWEGEREYE NGO BAFATANYE, BO BACA BARANDURA ,BATURIRA IVYO YAKOZE CANKE MBERE N UKUMWICA BAKABISHIKAKO,JEWE NOVUGA KO ARI INTWARO ITARI BWABONEKE MU BURUNDI,KANDI ATAKINDI IRONDERA ATARI IMIVUMO
UYUMUSI NGO BATURIYE CANKE BARANDUYE IMIRIMA,EJO NGO BASAMBUYE IRERERO RY IMFUVYI,HIRYA Y EJO NGO BACIYE ABANTU IMITWE,UGIZE ARABIVUGA NGO PFUNGA CANKE CISHA KU BUHOMBA,NONE WUMVA ABO BANTU BATWARA BANDE,BAFISE INTUMBERO IYIHE,CANKE BAKORERA NDE IVYO NI BIBAZO TWIBAZA TUKABURA INYISHU



Par Rose Hakizimana   ce  mardi 26 août 2014   à 15 : 44 : 08

IZO NTERANO ZACU MUBONYE ARI NZIZA MURAZISHIRA MU BINYAMAKURU CANKE AHANDI MUBONA KO ABANTU BOSOMA BIKAGIRA ICO BIBAFASHA KUKO BENSHI NTIBAGIRA INTERNET MURAKOZE KANDI TURASHIMA IKIKOGWA CANYU



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 11 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 4 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 3 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 3 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 3 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 3 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 3 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 3 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 3 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 3 %)