Affaire Gatumba : HRW appelle la traduction en justice d’Agathon Rwasa et Pasteur Habimana




Par: Désiré Nimubona , jeudi 14 août 2014  à 12 : 54 : 50
a

Human Rights Watch (HRW) demandent aux autorités burundaises d’exiger « des comptes aux responsables d’un massacre de réfugiés congolais perpétré en 2004 », dans lequel près de « 150 réfugiés, dont la plupart étaient des femmes et des enfants, ont été tués et plus de cent autres ont été blessés, le 13 août 2004 à Gatumba ».

Un communiqué diffusé par HRW souligne que les dirigeants du groupe armé qui a revendiqué cette attaque n’ont pas été traduits en justice.

Ici, Human Rights Watch pointe du doigt Agathon Rwasa, leader, à l’époque de la rébellion FNL (Front National de Libération) et Pasteur Habimana, à l’époque porte-parole de ce même mouvement.

« Le massacre de Gatumba était une attaque directe et délibérée contre des civils non armés », a déclaré Daniel Bekele, Directeur de la Division Afrique à Human Rights Watch, qui a aussi ajouté que « les meurtres ont été bien documentés, et pourtant dix ans plus tard personne n’a encore été traduit en justice. ».

« Peu après le massacre, les FNL ont endossé la responsabilité de l’attaque. Leur porte-parole à l’époque, Pasteur Habimana, l’a justifiée en prétendant que le camp abritait des combattants et que les réfugiés étaient armés » souligne le communiqué.

Agathon Rwasa et Pasteur Habimana, selon HRW, se trouvent à Bujumbura et vivent sans être inquiets dans des endroits connus, selon HRW, qui dit que Habimana, lui, est leader d’une faction qui est proche d’ailleurs du parti au pouvoir au Burundi.

HRW souligne que les choses ne semblent pas être faciles pour la communauté des Banyamulenge, au Burundi comme au Congo.

Il souligne que le 6 juin 2014, au moins trente civils ont été tués à Mutarule, au Sud Kivu, « dans le contexte de tensions croissantes entre d’une part les Bafuliro, un autre groupe ethnique congolais, et d’autre part les Banyamulenge et les Barundi, qui ont des liens avec le peuple du Burundi ».

Selon le communiqué, la plupart des victimes appartenaient au groupe ethnique des Bafuliro.

En 2011, HRW rappelle aussi que des travailleurs Banyamulenge travaillant pour une ONG locale ont été tués sur une base ethnique.

Des attaquants, « composé essentiellement de Babembe, ont tendu une embuscade et tué sept travailleurs humanitaires banyamulenge, les ciblant sur la base de leur appartenance ethnique », raconte le communiqué.

Malgré ces difficultés, le Gouverneur de la province du Sud Kivu Marcellin Cishambo, qui était à Bujumbura lors des cérémonies de commémoration des massacres de Gatumba a appelé les membres de la communauté Banyamulenge de retourner chez eux en République Démocratique du Congo.

Photo : RFI




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

571 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Yohani   ce  jeudi 14 août 2014   à 18 : 49 : 50

Isigireho. Mbe mubona Habimana Pasteur harico yoba ?
Barya bantu bafise umutima waboze.



Par Oscar NDABAZANIYE   ce  vendredi 15 août 2014   à 17 : 09 : 31

IMANA nikorere mu bantu bose babishoboye kugira ibihangange vyagirizwa ubwicanyi vyose birenguke imbere y,ubutungane



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 3 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 3 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)

Criminalité : L’opposition salut l’incarcération de deux agents de la police et du SNR,(popularité : 2 %)

La privatisation des entreprises publiques entachée d’imperfections,(popularité : 2 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 2 %)

Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)