UB : L’administration de l’enseignement source aussi de la grève




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 15 août 2014  à 10 : 23 : 06
a

« Les autorités rectorales ont expliqué les raisons profondes qui ont motivé le retard des cours académiques de plus de 12 mois reconnus pour chaque année académique pour que le ministère de tutelle décide finalement de la nécessité de poursuivre l’octroi de la bourse à ces étudiants », c’est l’explication fournie par le Directeur de la Régie des Œuvres Universitaires Anatole Nzinahora par rapport à un retard de 3 mois que l’Université venait d’accuser sans octroyer de la bourse aux étudiants de deuxième licence.

Tout l’avant midi de ce jeudi, plus de 500 étudiants étaient en sit in à une vingtaine de mètres des locaux du rectorat de l’Université du Burundi. Encadrés par les éléments de la police qui d’ailleurs étaient venus nombreux, ces policiers les ont empêchés d’arriver au rectorat. Pancarte à la main, ils réclamaient où est ‘’partie leur maigre bourse’’ qui vient de faire un retard de plus de 3 mois.

Ils accusaient aussi les services du rectorat et le ministère de tutelle de ne rien faire pour venir à bout de leur problème et s’interrogeaient si les autorités de tutelles n’auraient pas détourné leurs bourses.

En marge de ce sit in, les autorités rectorales ont rencontré certains des représentants de ces étudiants. La rencontre a, hélas, accouché d’une souris. Les étudiants ont déclaré que les conditions de vie sont devenues intenables et qu’ils n’entendaient pas du tout retourner en classe.

Le Directeur de la Régie des Œuvres Universitaires, Anatole Nzinahora, a indiqué que la bourse sera d’ici peu affecté sur les comptes bancaires de ces étudiants. Difficile de savoir pour le moment si réellement l’administration de l’Université est l’élément catalyseur du retard de la bourse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

162 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent





Les plus populaires
Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 27 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 26 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 10 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 8 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 6 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 5 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 4 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 4 %)