Ni loi , ni diplômes régissant le système BMD




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 19 août 2014  à 16 : 17 : 48
a

Trois ans après l’entrée du Burundi dans le système d’enseignement de type BMD (baccalauréat, Master , Doctorat), les étudiants des universités publiques et privées ignorent les diplômes auxquels ils auront accès et déplorent le manque d’implication du ministère de tutelle pour venir à bout de la question.

Dans une conférence de presse que les représentants de ces étudiants ont animée conjointement, ils ont indiqué que certains d’entre eux notamment à l’École Normale Supérieure, ces étudiants en sont déjà à la deuxième partie à savoir Master.

Ils ne savent pas cependant le diplôme qui sera normalement délivré au niveau des Baccalauréats.

« Dans le département des Technologies de l’Information et de la Communication, les étudiants sont (déjà, Ndlr) en deuxième année de Master », a souligné l’un de ces représentants d’étudiants Dieudonné Hakizimana.

Ces étudiants déplorent le fait qu’ils n’ont pas aussi d’enseignants qualifiés pour la formation en Master dans différents facultés et instituts.

« Nous retrouvons dans un département un ou deux enseignants de niveau doctorat », a-t-il souligné encore une fois.

Alors que le problème date de plus de 3 ans, ces étudiants jettent le tord sur le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Joseph Butore lui-même.

Ils estiment qu’il a affiché une négligence hors normes pour venir à bout de ce problème.

« Il nous a dit que le projet de loi y relatif allait être étudié en conseil des ministres de juillet mais cela n’a pas eu lieu » a-t-il encore une fois déploré.

Selon les représentants des étudiants des universités burundaises, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique devrait collaborer avec celui de la fonction publique et de la sécurité sociale pour que ces diplômes soient mis au niveau de ceux qui existaient déjà une fois la loi les régissant devenue réalité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

325 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 11 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 9 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 9 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 9 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 9 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 9 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 8 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 8 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 7 %)