Plaidoirie pour plus de valeurs pour sauver le CNTS




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 21 août 2014  à 14 : 28 : 48
a

Suite à la mort d’une femme après césarienne par manque de sang dans les hôpitaux de la Mairie de Bujumbura, l’Association Burundaise pour la défense des Droits des Malades interpelle le gouvernement du Burundi à ne pas se recroqueviller sur lui-même en cas de crise financière mais à collaborer avec les autres entreprises philanthropiques œuvrant au pays pour relever les défis.

Au cours d’une interview à la Radio Isanganiro, Moise Ntiburuburyo a indiqué que le Centre National de Transfusion Sanguine durant le trimestre qui vient de s’écouler a été marqué par une crise financière. Cette crise s’est aussi manifestée dans les autres centres régionaux de collecte et conservation de sang.

Le personnel a manqué de moyens de déplacement pour aller collecter le sang dans les différents centres du pays .Les poches de collectes de sang et les frais de déplacement pour ce personnel qui normalement devraient être accordés par le gouvernement sont devenues une denrée rare selon ce défenseur des droits des malades.

Pour lui comme pour l’Association Burundaise des Consommateurs Abuco le manque de stratégie de nature à sauver en cas d’opérations chirurgicales n’est pas un honneur pour le pays.

Les deux organisations ont interpellé le gouvernement et en particulier le ministère de la santé publique à s’investir pour que les pertes en vie humaines ne soient plus enregistrées aussi gratuitement.

Plus de 5000 poches de prélèvement de sang sont arrivés au Burundi en provenance de l’Ouganda ce mardi soir selon Moise Ntiburuburyo.

Une femme est morte après césarienne suite une hémorragie qui a surgi après l’opération, hélas au moment où tout Bujumbura se heurtait au manque de sang.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

76 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 2 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 2 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 2 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 2 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 2 %)

Les droits de l’enfant se cherchent encore au Burundi,(popularité : 2 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 1 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 1 %)

Village de paix sans pain à Nyarunazi,(popularité : 1 %)