Plaidoirie pour plus de valeurs pour sauver le CNTS




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 21 août 2014  à 14 : 28 : 48
a

Suite à la mort d’une femme après césarienne par manque de sang dans les hôpitaux de la Mairie de Bujumbura, l’Association Burundaise pour la défense des Droits des Malades interpelle le gouvernement du Burundi à ne pas se recroqueviller sur lui-même en cas de crise financière mais à collaborer avec les autres entreprises philanthropiques œuvrant au pays pour relever les défis.

Au cours d’une interview à la Radio Isanganiro, Moise Ntiburuburyo a indiqué que le Centre National de Transfusion Sanguine durant le trimestre qui vient de s’écouler a été marqué par une crise financière. Cette crise s’est aussi manifestée dans les autres centres régionaux de collecte et conservation de sang.

Le personnel a manqué de moyens de déplacement pour aller collecter le sang dans les différents centres du pays .Les poches de collectes de sang et les frais de déplacement pour ce personnel qui normalement devraient être accordés par le gouvernement sont devenues une denrée rare selon ce défenseur des droits des malades.

Pour lui comme pour l’Association Burundaise des Consommateurs Abuco le manque de stratégie de nature à sauver en cas d’opérations chirurgicales n’est pas un honneur pour le pays.

Les deux organisations ont interpellé le gouvernement et en particulier le ministère de la santé publique à s’investir pour que les pertes en vie humaines ne soient plus enregistrées aussi gratuitement.

Plus de 5000 poches de prélèvement de sang sont arrivés au Burundi en provenance de l’Ouganda ce mardi soir selon Moise Ntiburuburyo.

Une femme est morte après césarienne suite une hémorragie qui a surgi après l’opération, hélas au moment où tout Bujumbura se heurtait au manque de sang.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

64 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 5 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 2 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 2 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 2 %)

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba,(popularité : 2 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 2 %)