Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique




Par: Dieudonné Nzeyimana , jeudi 21 août 2014  à 14 : 53 : 22
a

Dire que la politique est du domaine satanique, c’est de l’ignorance . Cette affirmation est de Mgr Joachin Ntahondereye, évêque du diocèse catholique de Muyinga devant des centaines de chrétiens en congrès des laïcs de ce diocèse du 11 au 16 aout 2014.

Répondant à la question de savoir le rôle des jeunes catholiques dans les violences politiques signalées dans certains coins du pays (comme à Kirundo, en diocèse de MUYINGA) ces derniers jours, Mgr Ntahondereye trouve que les jeunes catholiques doivent plutôt intervenir non pas comme acteurs mais comme médiateurs.

Pour lui, le conflit est normal dans la société, ce qui est anormal, ce sont les conflits violents. D’ou, les jeunes chrétiens doivent œuvrer dans la prévention des conflits.

Les laïcs de Muyinga sont également invités à participer activement aux futures élections, la politique et la foi peuvent faire bon ménage d’après le même évêque, un bon chrétien doit partager avec les autres les préoccupations quotidiennes.

Ainsi dans ce Congrès des laïcs, des représentants des partis politiques, des administratifs ont été invités pour témoigner de leur vie politique. Par son témoignage, l’ancien président de la république, le Sénateur Sylvestre NTIBANTUNGANYA a jugé paradoxal que le Burundi ait connu des guerres cycliques alors que depuis l’indépendance, à part le roi MWAMBUTSA BANGIRICENGE non baptisé, tous les autres présidents étaient des chrétiens et de surcroit dans un pays majoritairement peuplé de chrétiens.

Pour l’évêque de Muyinga, tout en félicitant les catholiques déjà engagés en politique comme la gouverneur de la province Muyinga également présente au congrès, la politique est comparable à un linge blanc, c’est facile de se salir rapidement , d’où il faut témoigner de sa foi dans les mutations du monde, conseil de l’évêque tel que d’ailleurs consigné comme thème de ce congrès des laïcs.

Quoi faire ?

D’après l’abbé Niciteretse Salvator, pour asseoir les valeurs démocratiques, il faut éviter les sources des crises ayant endeuillé le Burundi : népotisme, égoïsme, mensonge, corruption, des élections non transparentes…

Par rapport aux élections prochaines, ce prêtre, s’exprimant dans le même congrès, a fait un clin d’œil aux Burundais : en votant on ne vend pas sa voix, et un politicien ne doit pas acheter les voix en donnant soit de l’argent ou de la bière aux électeurs, il doit plutôt préparer de bons projets de développement.

Mais pour certains fidèles interrogés sur leur espoir à voir des élections tel que prôné par ce chargé de l’apostolat laïc au Burundi, le pessimisme reste car d’après leurs dires, au Burundi, pas mal de politiciens ne font pas des campagnes autour des projets de société mais en hypnotisant la population par des promesses mirifiques.

Et pour d’autres, les optimistes, l’espoir repose sur la prière pour que Dieu pousse les hommes politiques à changer de comportement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

256 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 5 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Les personnes vivant avec le handicap demandent le respect de leur droit pour une autonomie effective,(popularité : 3 %)

La construction du tombeau du Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana,(popularité : 3 %)

Bujumbura : La liste des Bashingantahe s’allonge,(popularité : 3 %)

Kirundo : La famine encore une fois à la porte ,(popularité : 3 %)

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !,(popularité : 3 %)

Droits de l’homme : Nouvelle contribution au nom de « solidarité locale » !,(popularité : 3 %)

Avenue de l’amitié et de la mission, enfin réhabilitées ,(popularité : 3 %)