Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Le manque de sang imputable à la coupe budgétaire




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 25 août 2014  à 07 : 39 : 33
a

La ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida a indiqué que la crise de manque de sang qui vient de secouer les hôpitaux à travers le pays a été causée en partie par une coupe budgétaire de 50 millions de francs bu qui a eu lieu au début de l’année 2014.

Au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée ce vendredi sur le manque de poche de sang à travers le pays , Dr Sabine Ntakarutimana a souligné que depuis le début de l’année, le centre national de transfusion sanguine a eu du mal à fonctionner normalement. Elle a indiqué qu’en tant responsable en chef dudit ministère, elle n’a rien ménagé pour que ce centre puisse continuer à offrir ses services comme si de rien n’était.

La ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida a indiqué que l’essentiel n’est pas de polémiquer autour des responsabilités des uns et des autres dans la crise du fonctionnement du CNTS mais d’en trouver plutôt solution.

Pour Dr Sabine Ntakarutimana , près de 400 poches de sang sont disponibles ici et là dans les hôpitaux régionaux de distribution de ce produit sanitaire devenu denrée rare à travers le pays. Elle espère que cette crise sera résolue d’ici une semaine quand les poches de sang seront acheminées dans tous les centres.

La ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida a dit que jusqu’à présent il serait difficile de confirmer que les personnes mortes ont été réellement victimes du manque de sang puisqu’elle n’a pas eu de rapport. « Par ailleurs le secret de la profession nous incite à livrer la cause de la mort d’une personne uniquement à ses proches », a-t-elle souligné.

Quant à la crise de fonctionnement du Centre National de Transfusion Sanguine, Dr Sabine Ntakarutimana a indiqué que le ministère est en train de discuter avec les partenaires de ce pays et le gouvernement pour voir en quoi ce service puisse fonctionner normalement.

D’ores et déjà la coupe budgétaire de 50 millions a été restituée avec la révision budgétaire 2014.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

220 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  lundi 25 août 2014   à 11 : 56 : 16

NONE VYAGEZE HIYO GUSHIKA AHO BAPFA ABO BARIHE SIYANGENDO MBI YUKUBA SINDABIBAZWA, BANEZEGWA NUKWO BARYA BAKARYAMA BAKIBAGIRA ABABAHAYE KO ARABO BANYAGIHUGU BARIKO BARAPFA KUBERA ABOBAKIJIJE ARI BASINDABIBAZWA



Par   ce  lundi 25 août 2014   à 17 : 36 : 45

ce n’est pas question de polémique mme la ministre mais question de cibler le(s) coupables et les remercier !si c’est question d’incompétence ils n’ont qu’à être limogés.

cette pénurie n’est pas accidentelle ; elle pouvait être évitée.nos dirrigeants ont le devoir et la responsabilité de prévoir et prévenir et non pas de trouver solution à des problèmes qui auraient pu être évités !

les élus du peuple devraient remercier cette ministre qui ose minimiser l’affaire au lieu de demander pardon et démissioner !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises,(popularité : 17 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 13 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 9 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 9 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 8 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 8 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 8 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 8 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 7 %)