Tolérance zéro à la corruption : 4 ans après, quel bilan ?




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 27 août 2014  à 07 : 40 : 44
a

4 ans exactement après la déclaration de la politique de tolérance zéro à la corruption et aux actes de la corruption par le chef de l’Etat, l’organisation paroles et actions pour le réveil des consciences et le changement des mentalités relève un bilan négatif.

Au cours d’une conférence de presse de ce mardi, le président de la Parcem a annoncé que cette politique a été étouffée dans l’œuf par une force occulte, en citant quelques actes qui militent pour cette position, notamment : l’enrichissement illicite, le détournement des biens, le blanchement, le fanatisme et le trafic d’influence.

« On ne peut pas parler de tolérence zéro quand des cadres de l’Etat s’enrichissent d’une manière démesurée sans pouvoir justifier l’origine licite de ces biens », a déclaré Faustin Ndikumana.

Il déplore aussi aujourd’hui le manque de transparence dans les secteurs de l’emploi et des marchés publics. « Ces secteurs ont été pris en otage par une poignée d’hommes qui y font semer la pluie et le beau temps », a-t-il dit.

Concernant le blanchiment, il signale que l’argent détourné ou volé est parfois utilisé pour investir dans la construction des hôtels, la contribution dans des initiatives pour acheter la conscience des autorités et apparaitre comme des bienfaiteurs.

Selon Faustin Ndikumana, la justice qui est le dernier rempart dans cette lutte, elle se trouve actuellement verrouillée, et toute tentative de la reformer se révèle vaine. La grande messe des Etats généraux de la justice se transforme de plus en plus vers un non événement car le rapport officiel n’est pas encore sorti, s’est-il inquiété.

Au cours d’un message à la nation à l’occasion de la célébration du 4eme anniversaire de sa réélection, le Président de la République a reconnu que les actes de corruption se manifestent encore. Pierre Nkurunziza dit qu’il s’agit des gens qui ne se sont pas encore adaptées au changement.

.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

168 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZIMANA   ce  mercredi 17 septembre 2014   à 17 : 27 : 23

WAVUGA NUKWO UTAVURA UMUTI UTANGA NTIBASHAKA KUWUFATA, MBEGA FAUSTIN NDAKUBAZE MURUGO UMUGABO YIBA NINDE AZOBUZA ABANA KWIBA KO NYINA ARIWE YOBABUJIJE NAWE AKABA ATIKA IVYIBANO
IKINDI NUKWO URUGO RUTUNGISHWA NUKWO BANYERWO BARUKUNDA IYO ARI BASINDABIBAZWA RUCIKA URUGO RWU BUSIMBIRA HAMWE,GUSHIKA AHO NI MBEBA MU NZU ZIRIRIMBA CANKE ZIKAGWNZIRA KURYA KWI MBONERAKURE ,IGIHUGU LERO KITUNGISHWA NA BATWARE BEZA ,AKARORERO GENDA URABE I RWANDA UBU AMAKUNGU AGITANGA KO AKARORERO,WEWE LERO NTUSARAGARE RINDIRA TURONKE ABATWARE BAKUNDA UBURUNDI



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 2 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 2 %)

Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 2 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 1 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 1 %)

Comment assoir une justice fiscale au Burundi ? ,(popularité : 1 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 1 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 1 %)