Le barreau de Bujumbura sommé de quitter ses bureaux




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 28 août 2014  à 09 : 23 : 54
a

A travers une correspondance datant du 13 Août 2014 ; le ministre de la justice vient de sommer au Conseil de l’ordre des Avocats de Bujumbura de quitter les bureaux que ce Conseil occupait depuis plus de 10 ans. Selon la même correspondance de mise en demeure, le Conseil de l’ordre des avocats de Bujumbura a jusqu’au 18 septembre de cette année pour rendre disponibles ces bureaux.

Le motif avancé par le ministre de la justice pour justifier sa position n’a pas pourtant convaincu les concernés. Pascal Barandagiye indique dans sa correspondance que les 2 bureaux occupés par le Conseil de l’ordre des avocats de Bujumbura appartiennent au Secrétariat permanent du conseil supérieur de la magistrature. Pour le bon fonctionnement de ce Conseil, le ministre demande donc au Bâtonnier a.i de prendre les dispositions pour les disponibiliser.

Ce motif avancé par le ministre de la justice est dénoncé par le bâtonnier a.i qui crie plutôt à un acte qui ne vise qu’à poursuivre la perturbation des activités du Barreau de Bujumbura.

« Outre le caractère injuste de la décision du ministre de la justice, il s’agit d’un acte de plus dans sa détermination de persécuter le barreau », a déclaré Maitre Gabriel Sinarinzi, au cours d’une conférence de presse. L’on se souviendra de l’emprisonnement de plusieurs avocats, la radiation du Bâtonnier Isidore Rufyikiri, actes tous caractérisés par l’arbitraire et la violation des droits professionnels de l’Avocat, a-t-il ajouté.

Concernant les locaux qu’occupait le Conseil de l’ordre des Avocats, le Bâtonnier a.i souligne qu’ils n’ont pas été usurpés par le Barreau. Maitre Gabriel Sinarinzi précise que ces locaux lui avaient été attribués par l’ancien ministre de la justice et ancien Premier Vice Président de la République Térence Sinunguruza ; en application de l’article 18 du décret numéro 100 /053 du 29/08/1979 portant statut de la profession d’Avocat qui sera repris intégralement par l’article 17 de la loi numéro 1/014 du 29 Novembre 2002 portant réforme du statut de la profession d’Avocat.

Quant au bon fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature qu’invoque le ministre de la justice pour priver le Barreau de son outil de travail, le Bâtonnier a.i informe qu’il ne devrait pas reposer sur le sacrifice du Barreau, dont les membres sont des auxiliaires de justice, comme l’atteste l’article 1er de la loi précitée.

« Le ministre de la justice perd de vue que le Barreau est un service public même s’il ne fonctionne pas par le budget de l’Etat et que pareil machination consiste à déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul », a affirmé Maitre Gabriel Sinarinzi.

A ce propos, le Barreau de Bujumbura a adressé une correspondance au Président de la République lui demandant d’user de ses pouvoirs que lui confère la Constitution pour protéger la profession d’Avocat.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

278 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 5 %)

APRODH : Mauvaises conditions carcérales à Karusi,(popularité : 3 %)

La Cour Africaine des Droits de l’Homme en mission au Burundi, l’AJNA satisfaite,(popularité : 3 %)

Vers une amélioration des conditions de détention,(popularité : 3 %)

Le droit à la vie est en danger,(popularité : 3 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 3 %)

Le procès des mineurs du Msd remis à une date inconnue,(popularité : 3 %)

Ngendakumana relaché une journée après son arrestation ,(popularité : 3 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 2 %)

Kivyuka : Les assassinés ré-assassinés,(popularité : 2 %)