P.C Mbonimpa : HRW réclame toujours sa libération




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 1er septembre 2014  à 12 : 24 : 40
a

Human Right Watch interpelle Bujumbura à laisser Pierre Claver Mbonimpa comparaître étant libre puisque sa santé se détériore de jour en jour.

Au cours d’une interview que la chercheuse à Human Right Watch au Burundi et au Rwanda a accordée à la Radio Isanganiro ce dimanche, Carina Tertsakian n’en revient pas. Pour elle, la principale raison de détention de ce militant des droits humains est sans conteste une volonté de réduire au silence les défenseurs des droits humains dans c e pays.

Elle a dit qu’elle est au Burundi depuis qu’elle a entendu que la maladie de ce défenseur des droits humains s’était aggravée. Cette chercheuse à HRW a dit qu’elle est allée voir Pierre Claver Mbonimpa en prison mercredi et jeudi de la semaine écoulée avant son transfert vers l’Hôpital Bumerec.

Elle a dit qu’il l’a trouvé que sa santé se détériorait davantage même à l’hôpital Bumerec. « Je l’ai vu malade, fatigué, affaibli ; nous nous inquiétons de son état de santé », a t elle souligné.

Elle a souligné que dès le début, cette organisation internationale de défense des droits humains a plaidé auprès des autorités de Bujumbura pour que Pierre Claver Mbonimpa soit libéré mais sans succès. Cette chercheuse à Human Right Watch a dit qu’elle ne perdra pas du tout courage de réclamer que Pierre Claver Mbonimpa soit libéré.

A l’Hôpital Bumerec où il se trouve alité et sous traitement, Pierre Claver Mbonimpa est visiblement faible. « Les médecins essaient de maitriser son hypotension. Le mal est qu’il est venu plus tard », nous a indiqué sa fille.

Outre Human Right Watch, des organisations nationales et internationales de défense des droits humains se relaient pour être à ses cheveux.

« Le gouvernement réprime les militants comme Pierre Claver Mbonimpa dans la perspective des élections, et les bailleurs de fonds doivent réagir », a rappelé cette activiste des droits humain dans un article publié dans le journal The Guardian.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

355 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 60 %)

Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 7 %)

HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète ,(popularité : 7 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 6 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 5 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 5 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 5 %)

Un remous autour des cas d’exécutions extrajudiciaires,(popularité : 5 %)

Peu de pays reconnaissent à leurs citoyens le droit de faire recours à la cours africaine,(popularité : 5 %)

Certes le spot va cesser, et la libération de Ruvakuki ?,(popularité : 5 %)