Dix mois à la tête de l’Amisom, Lt Gen Ntigurirwa Silas donne son bilan




Par: Désiré Nimubona , jeudi 4 septembre 2014  à 16 : 10 : 38
a

Il ne reste que 25% des villes somaliennes entre les mains des insurgés islamistes Al Shebab, selon le Commandant de l’Amisom le Lt Gen Silas Ntigurirwa, qui s’exprimait dans une conférence de presse à Bujumbura ce jeudi matin.

Brossant un tableau des réalisations depuis me début de l’année 2014, Ntigurirwa dit que les choses n’ont pas été faciles pour les insurgés Al Shebab qui ont du laisser derrière eux quinze villes qu’ils occupaient depuis longtemps.

« Depuis Mars, on a déjà capturé quinze ville et nous allons continuer » a dit Ntigurirwa qui annonçait la libération prochaine, de trois autres villes côtières de l’océan Indien.

La libération de ces villes côtières, selon l’Amisom est d’une grande nécessité car « Al Shebab utilise ces villes pour s’approvisionner en armes et munitions et pour le recrutement des combattants étrangers ».

Deux grandes opérations, s éparée par une réunion d’évaluation ont été lancé depuis que Silas Ntigurirwa assure le commandement de l’Amisom.

Arrivé en Somalie en Novembre 2013, le Commandant de l’Amisom va rester presque un mois, en attendant la prise du commandement du la force des 21.126 hommes et femmes venus essentiellement du Burundi, Kenya, Djibouti, Ouganda et Sierre Leonne.

En mars, estime Ntigurirwa, une opération dite « opération de l’aigle » avait été lancé,
Le commandement de l’Amisom estime que jusqu’à l’heure actuelle, plus de 75% des villes sont sous contrôle de la Mission de l’Union Africaine en Somalie, dite Amisom, au moment où la mission continue d’agrandir le territoire en compagnie des militaires somaliens.

Après la réunion d’évaluation sur la première opération, Ntigurirwa souligne que l’Amisom a décidé alors de lancé une autre opération dite cette fois- ci « Opération Océan Indien ».

C’est cette opération en cours durant d’ailleurs trois mois qui veut couper les ponts entre Al Shebab et les villes côtières de l’Océan Indien.

Les insurgés Al shebab sont en perte de vitesse ces derniers jours suite aux attaques menées contre eux. Les défections aussi se multiplient ces derniers avec surtout la défection d’un certain Barhi Hirari, ancien allié Al Shebab mais qui vient de décider de rejoindre le camp gouvernemental avec des hommes derrière lui.

L’autre facteur, et pas n’importe le quel, c’est l’implication directe de l’armée américaine dans des combats à l’aide des rockets.

Se privant de donner un quelconque décompte des dégats lors de l’attaque de lundi dirigée contre le leader des Al Shebab, le commandant de la Force de l’Amisom Silas Ntigurirwa dit que toute force pouvant aider à mettre hors état de nuire aux miliciens est le bienvenu.

Il estime par ailleurs que les Etats Unis d’Amérique sont des partenaires de lutte contre le terrorisme dans cette partie de l’Afrique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

687 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 100 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 21 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 6 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 4 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 4 %)

La FDN demande des enquêtes impartiales sur la mort d’un journaliste en Somalie ,(popularité : 4 %)

Cinq Radios se coalisent contre l’insécurité galopante au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi,(popularité : 3 %)

Inde : Des jeunes étudiants burundais en prison sur fond de bagarre ,(popularité : 3 %)

Gihanga : Deux personnes d’une même famille tuées dans une embuscade ,(popularité : 3 %)