Bujumbura frappé par la pénurie du ciment




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 5 septembre 2014  à 16 : 55 : 02
a

La pénurie du ciment se fait remarquer dans différents marchés de la capitale de Bujumbura depuis quelques temps. Depuis le mois de Mars , le prix de ce produit a même monté sur le marché comme nous l’ont confié certains commerçants détaillants.

Au marché communément dit « Chez Sion »,un sac de ciment de 50 kg fabriqué par la société locale Burundi Cement Company (BUCECO) se vend entre 28.500 frs et 29.000 frs. « Le même sac se vendait à 24000 frs au mois de Mars » , nous a expliqué l’un des commerçants. Pour les petits commerçants qui le vendent par kilo, celui-ci se vend à un prix compris entre 500 et 600 frs.

Au marché de Buyenzi, sur 4 magasins visités des distributeurs agrées de la société Buceco, aucun d’entre eux n’avait ce produit. « Nous venons de passer à peu près un mois sans le ciment », ont révélé les commerçants rencontres sur les lieux. L’un d’eux nous a dit que les grossistes ne parviennent plus à en avoir pour tous les détaillants.

La situation était presque la même dans le quartier Asiatique réputé pour le vente des matériaux de construction. Dans 3 magasins visités des distributeurs de la société Buceco, il n’y avait pas de ciment. Mais,ici l’un des agents de ces magasins dit qu’un sac se vend toujours à 25.500 frs, le prix qui leur a été imposé par la société productrice.

La diminution de la production est confirmée par le Chargé de l’approvisionnement et de la logistique au sein de la société Buceco. Il dit que cette situation est liée au manque d’électricité. « On est rationné comme tous les Burundais 8 heures par jour, voire même moins ou pas.Vous comprenez que la production qui était à 100% pour 24 heures doit être divisée par 3 ou même 4 », a expliqué Olivier Bitihari.

Il a aussi précisé que cette société n’a pourtant pas changé le prix de vente d’un sac de 50 kg qui reste fixé à 25.500 frs. Il met en garde les distributeurs qui en profitent pour augmenter les prix. Dernièrement il informe que 8 des distributeurs ont même été rayés de la liste à cause de ces spéculations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

691 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 5 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 2 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 2 %)

Le parti FNL tire la sonnette d’alarme contre la vie chère au Burundi ,(popularité : 2 %)

Le dialogue de sourd entre la société civile et le gouvernement sur la cherté de la vie,(popularité : 2 %)