Inscription des bénéficiaires de parcelles près de l’ancien cotebu




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 9 septembre 2014  à 15 : 25 : 25
a

Contrairement à l’avant midi ou l’opération était émaillée de désordre, l’’ordre dans l’enregistrement des anciens propriétaires de stands à l’ancien marché de Bujumbura a commencé depuis l’après midi de ce lundi.

Un à un les personnes qui ont besoin de stands dans le marché provisoire aménagé tout près de l’ancien Complexe Textile de Bujumbura se faisaient enregistrer auprès des services de la deuxième vice présidence de la république du Burundi, une opération qui continue au Stade Prince Louis Rwagasore à Bujumbura.

Vers 15 heures, les anciens commerçants du marché de Bujumbura étaient en fil indienne. Malgré la fatigue, ils se réjouissaient de voir que contrairement à l’avant midi, les inscriptions se faisaient convenablement.

« Je suis ici depuis 5 heures du matin. Je suis content de voir que tout de même les inscriptions se font normalement », a souligné l’un des anciens propriétaires de stands à l’ancien marché de Bujumbura.

Certaines des personnes avaient amené des documents qui prouvent qu’elles possédaient de stands à l’ancien marché de Bujumbura avant l’incendie. Ces documents serviront de référence quand la commission procédera à l’analyse des personnes qui devraient bénéficier des parcelles tout près de l’ancien COTEBU.

Le responsable de cette opération d’inscription, Melchior Simbaruhije, a dit que les imperfections dans les inscriptions ont été remarquées dans les premiers moments parce que les débuts sont toujours difficiles. Il a précisé qu’elles seront corrigées au fur et à mesure.

Pour se faire inscrire, chaque candidat qui a besoin de stand tout près de l’ancien Complexe Textile de Bujumbura dépose les attestations qui montrent qu’il avait un stand à l’ancien marché central de Bujumbura.

Ceux dont ces documents ont pris feu avec l’incendie peuvent aussi se faire inscrire selon Melchior Simbaruhije qui a en même temps dit que la commission aura ses moyens de chercher si réellement l’intéressé avait une parcelle dans l’ancien marché central du Bujumbura.

Jusqu’alors le nombre de personnes dont les stands ont pris feu est plus élevé par rapport au place disponibles près de l’ancien COTEBU. La commission a visiblement du pain sur la planche pour le faire un tel travail à la satisfaction de tous.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

291 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 17 %)

Turkish Airline au Burundi bientot,(popularité : 10 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 9 %)

Peres, éclaireur du développement sur Mayemba à Nyabiraba ,(popularité : 8 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 8 %)

Le Burundi désormais le pays le plus pauvre du monde,(popularité : 8 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 8 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 7 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 7 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 6 %)