Inscription des bénéficiaires de parcelles près de l’ancien cotebu




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 9 septembre 2014  à 15 : 25 : 25
a

Contrairement à l’avant midi ou l’opération était émaillée de désordre, l’’ordre dans l’enregistrement des anciens propriétaires de stands à l’ancien marché de Bujumbura a commencé depuis l’après midi de ce lundi.

Un à un les personnes qui ont besoin de stands dans le marché provisoire aménagé tout près de l’ancien Complexe Textile de Bujumbura se faisaient enregistrer auprès des services de la deuxième vice présidence de la république du Burundi, une opération qui continue au Stade Prince Louis Rwagasore à Bujumbura.

Vers 15 heures, les anciens commerçants du marché de Bujumbura étaient en fil indienne. Malgré la fatigue, ils se réjouissaient de voir que contrairement à l’avant midi, les inscriptions se faisaient convenablement.

« Je suis ici depuis 5 heures du matin. Je suis content de voir que tout de même les inscriptions se font normalement », a souligné l’un des anciens propriétaires de stands à l’ancien marché de Bujumbura.

Certaines des personnes avaient amené des documents qui prouvent qu’elles possédaient de stands à l’ancien marché de Bujumbura avant l’incendie. Ces documents serviront de référence quand la commission procédera à l’analyse des personnes qui devraient bénéficier des parcelles tout près de l’ancien COTEBU.

Le responsable de cette opération d’inscription, Melchior Simbaruhije, a dit que les imperfections dans les inscriptions ont été remarquées dans les premiers moments parce que les débuts sont toujours difficiles. Il a précisé qu’elles seront corrigées au fur et à mesure.

Pour se faire inscrire, chaque candidat qui a besoin de stand tout près de l’ancien Complexe Textile de Bujumbura dépose les attestations qui montrent qu’il avait un stand à l’ancien marché central de Bujumbura.

Ceux dont ces documents ont pris feu avec l’incendie peuvent aussi se faire inscrire selon Melchior Simbaruhije qui a en même temps dit que la commission aura ses moyens de chercher si réellement l’intéressé avait une parcelle dans l’ancien marché central du Bujumbura.

Jusqu’alors le nombre de personnes dont les stands ont pris feu est plus élevé par rapport au place disponibles près de l’ancien COTEBU. La commission a visiblement du pain sur la planche pour le faire un tel travail à la satisfaction de tous.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

270 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

Le nouveau marché de Jabe ne fonctionne pas encore,(popularité : 3 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 3 %)

BURUNDI- Salubrité : Les services techniques municipaux asphyxiés par la Mairie de Bujumbura,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Banque Centrale : L’absence des décideurs politiques dans des échanges critiquée,(popularité : 3 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 2 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)