La justice confirme la détention de Pierre Claver Mbonimpa




Par: Désiré Nimubona , lundi 15 septembre 2014  à 15 : 28 : 01
a

Le défenseur des droits de l’homme Pierre Claver Mbonimpa doit rester en prison, selon une décision du Tribunal de Grande Instance de Bujumbura, rendue publique ce lundi vers midi.
Contactée par téléphone, l’un des quatre avocats de Pierre Claver Mbonimpa, Me Charitas Niyongere a confirmé l’information.

Toute fois, la justice dit avoir ordonnée la mise en place d’une commission de trois médecins qui vont travailler pendant dix jours pour statuer sur l’état de santé du président de l’Aprodh, Pierre Claver Mbonimpa.

Vendredi dernier, les avocats de Mbonimpa avaient jugé inutile une commission médicale pour examiner la santé du défenseur âgé de 66 ans.

Selon la défense, à part que leur client a un problème de diabète, il est âgé de 66 ans, ce qui signifie que selon la logique de la lois burundaise, il devrait être libéré.

La défense de Mbonimpa ne semble être découragée par la décision. Selon des sources de cette équipe de quatre avocats, la bataille n’est pas perdue, mais promettent de s’exprimer dans les minutes qui viennent.

Entre temps, à Strasbourg, au siège du Parlement européen, un débat urgent est prévu dans l’après midi de jeudi le 18 septembre 2014 et sera suivi par une résolution pour quatre pays dont le Burundi, notamment sur le cas de Pierre Claver Mbonimpa.

Pierre Claver Mbonimpa, hospitalisé depuis trois semaines, souffre la maladie incurable (diabète) et est âgé de 66 ans.

Arrêté en mai dernier, il est accusé d’atteinte à la sureté intérieure et extérieure de l’état après qu’il ait déclaré que l’état devrait enquêter sur les possibilités de la présence des jeunes burundais à l’est de la RDC dans des entrainements militaires.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

379 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 3 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 3 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 2 %)