L’éducation supérieure Afrique en question




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 17 septembre 2014  à 09 : 14 : 52
a

Bujumbura abrite depuis ce mardi la conférence internationale sur l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur en Afrique. 24 pays africains dont le Nigeria prennent part à cette conférence au cours de laquelle les universitaires vont débattre des défis qui hantent les universités africaines et les solutions pour y faire face.

Lors de l’ouverture de cette conférence ce mardi , le recteur de l’Université du Burundi qui a été délégué par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour s’exprimer a souligné que cette conférence a été délocalisée à Bujumbura où l’enseignement supérieur fait face à mult difficultés notamment la massification des étudiants, le manque d’auditoire et d’autres matériels et surtout le manque de professeurs qualifiés.

Il a souligné que certaines de ces interrogations seront débattues au cours des 4 jours que dureront cette conférence. A celles-ci s’ajouteront d’autres qui seront évoquées par les représentants de différentes universités présents dans cette conférence selon le Professeur Gaston Hakiza.

De sa part l’ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi Patrick Spirlet a indiqué qu’en Afrique les défis pour l’enseignement supérieur sont entre autres le souci pour que les enseignements supérieurs répondent aux besoins des populations africaines respectives. L’enseignement supérieur de qualité devrait être un pont pour la formation professionnel selon Patrick Spirlet.

Pour ce diplomate européen, l‘essentiel est la capacité pour les pays africains d’être efficace dans un domaine mais pas dans tous. Tous les participants ont reconnu l’implication de l’Union Européenne dans l’enseignement supérieur en Afrique de manière globale.

La séance d’ouverture de cette conférence a été une occasion pour ces universitaires de primer les meilleurs travaux réalisés aux cours de ces dix dernières années en matière d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur en Afrique.

Par assurance qualité, l’on entend un enseignement supérieur de nature à répondre aux besoins de l’heure des peuples africains selon Gaston. Selon lui, les diplômes qui seront délivrés devraient bénéficier d’un même traitement de la part des pays européens.

3 professeurs d’Universités Africaines ont été primés pour leurs productions parmi eux un burundais du nom de Pr Juma Shabani pour avoir fait plus de 80 productions scientifiques sur la promotion de l’enseignement supérieur en Afrique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

189 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 15 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 7 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 6 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 6 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 6 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 6 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 6 %)

Le fond logement pour enseignants en difficultés financières,(popularité : 6 %)

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive ,(popularité : 6 %)